Autel maternel

A lire aussi

Libération, publié le vendredi 21 avril 2017 à 17h16

Philippe Labro revient, dans Ma mère, cette inconnue, sur la vie de ses parents, dont il a déjà amorcé l'histoire en 1990 dans le roman le Petit Garçon. Cette fois, il raconte en adulte, et non plus avec un regard d'enfant.

Il a enquêté autant qu'il a pu, afin de lever les secrets de celle que tout le monde connaissait sous le nom de Netka, et qui se livrait peu. Il célèbre la tendresse de sa mère et «l'extraordinaire gaîté optimiste» qui a tempéré le sombre caractère de son mari. Ils s'étaient rencontrés à une partie de bridge. Ils avaient vingt ans de différence. Elle était à peu près orpheline. Conseiller juridique et fiscal, M. Labro père avait une belle situation, était du genre Bel Ami et n'aurait jamais pensé fonder une famille. Ce fut visiblement un…

Lire la suite sur Libération

 
0 commentaire - Autel maternel
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]