2 250 pièces d'or et d'argent découvertes à Cluny !

2 250 pièces d'or et d'argent découvertes à Cluny !©LEPOINT
A lire aussi

LEPOINT, publié le mercredi 15 novembre 2017 à 14h20

VIDÉO. Les archéologues de l'université Lyon-II et du CNRS ont mis au jour un trésor exceptionnel datant du XIIe siècle sur le site de l'abbaye de Cluny.

© Alexis Grattier Alexis Grattier

Lire la suite sur LEPOINT

 
7 commentaires - 2 250 pièces d'or et d'argent découvertes à Cluny !
  • avatar
    boudiou  (privé) -

    magnifique découverte, cela va occuper les chercheurs pendant longtemps pour comprendre le pourquoi du comment de cette cache.

  • Bizarre la photo l'or ne s'altère pas .

    avatar
    boudiou  (privé) -

    non l'or ne s'oxyde pas contrairement au autres métaux, c'est pour cela que les monnaies d'argent ici sont vertes

  • C'est (peut être de la fausse monnaie vu la couleur qu'elles ont!!!!

    avatar
    boudiou  (privé) -

    non la couleur vient de l'oxydation car l'argent n'est pas pur à 100%

    avatar
    boudiou  (privé) -

    Si c'était de la fausse monnaie, même de la fausse monnaie d'époque les archéologues numismates le sauraient. Ce métier ne s'improvise pas et si avant il y avait des doutes, maintenant avec l'aide de la technologie et de la chimie, il est pratiquement impossible de les tromper.

    Je doute que la couleur qui apparaît sur la photo soit un indice fiable quant à la composition des pièces. En effet, les conditions de la prise de vue ne sont pas précisées et un éclairage fluorescent pourrait expliquer la dominante verte de l'image.
    Si les pièces d'argent ont vraiment une teinte aussi verte, c'est qu'elles sont faites d'un alliage avec une faible teneur en Ag ou que d'autres éléments minéraux se sont fixés à leur surface au cours des siècles; en effet, l'oxyde d'argent est brun foncé, presque noir.
    L'or pur étant très malléable, les pièces dites d'or sont certainement en alliage, mais avec un taux d'Au très élevé car il y a très peu d'oxydation visible pouvant être imputée aux autres métaux utilisés.
    Et pour savoir si ces pièces étaient fausses ou légales, il faudrait connaître la composition fixée par la loi lorsqu’elles ont été frappées; rien ne dit que les archéologues disposent de documents avec les informations nécessaires, que ce soit pour la monnaie frappée en Bourgogne ou celle venue de l'état almoravide.
    Bien que le physicien Richard Feynmann ait dit un jour que la Science consistait d'abord à douter de l'avis des spécialistes, il me semble que dans le cas présent, le mieux est de s'en remettre aux dires de ceux qui ont manipulé les pièces, peuvent les analyser et dont les compétences sont reconnues par leurs pairs.

    avatar
    boudiou  (privé) -

    la couleur de la photos est fiable à 100% pas de problème.

    avatar
    boudiou  (privé) -

    il est faux de croire que les monnaies n'ont pas un poids précis par exemple le poids des monnaies de cette période va de 0,53g à une Once qui fait 30,59g précisément, mais ce n'est qu'un exemple.
    Maintenant les fausses monnaies d'argent de l'époque sont majoritairement faites avec deux feuilles d'argent très fines entourant un flan en plomb. Et la contrefaçon existait aussi sauf que les techniques étant moins bonnes, il est simple pour un numismate, maintenant, de vérifier l'exactitude d'une pièce d'autant que les ateliers de frappes sont connus puisqu'ils étaient sous contrôle du pouvoir local ou royal.

    avatar
    boudiou  (privé) -

    encore un oubli si vous avez des doutes sur mes affirmations je vous donne le moyen de vérifier " Ferdinand de Saulcy, Recueil de documents relatifs à l'histoire des monnaies frappées par les rois de France , tome premier, Paris, 1879".

    avatar
    boudiou  (privé) -

    A oui j'ai oublié de dire que les balances monétaire existent depuis l'antiquité et ce n'était pas pour faire beau dans le paysage.

    avatar
    boudiou  (privé) -

    certain affirme sans savoir. La photo ici est contractuelle, car les archéologues gardent le contrôle de l'information pour ne pas avoir à démentir, car cela est plus compliqué que d'affirmer.

    avatar
    boudiou  (privé) -

    Pour ce qui est de la couleur cela vient de l'argent qui n'est pas pure et qui contient d'autres métaux comme du plomb mais aussi du cuivre ce qui fait une oxydation verte. Oxydation qui s'accentue en présence de l'oxygène de l'air et la première chose que font les archéologues, c'est de faire stabiliser les objets par des labos, sur le secteur Auvergne-Rhône-Alpes le Créam sur Vienne 38, mais le Cnrs doit être capable de le faire en solo..

    Il est à peu près certain que la photo publiée sur une page Web a été prise avec un appareil numérique et en cas d'éclairage comportant une source fluorescente, situation fréquente dans un laboratoire, un tel appareil enregistre plus de radiations vertes qu'un œil humain, ce qui fausse les couleurs.
    De plus, une photo contractuelle est un élément légal de la description d'un produit destiné à la vente. Pour des photos illustrant un article destiné à l'information du grand public, personne n'est tenu d'assurer - au sens du Droit - la fidélité des couleurs.
    Si la masse des pièces était relativement facile à contrôler après leur frappe, ce n'était pas le cas de la composition (les taux des divers métaux dans l'alliage) comme le prouve l'anecdote des feuilles d'argent plaquées sur du plomb. Quant à savoir à quel point les règles édictées par un pouvoir royal encore faible étaient suivies dans les provinces, c'est certainement à regarder au cas par cas. De toute façon, l'oxydation a modifié la composition superficielle des pièces, donc seule une analyse détaillée pourrait répondre à la question d'alexanna, ce qui est conforme à ma conclusion d'hier.
    Fin de la discussion.

    avatar
    boudiou  (privé) -

    Tecumseh, la photo est une preuve en archéologie donc l'éclairage est fait pour ne pas créer de déformation à minima. Même certains anonymus basiques devrait le savoir.

    avatar
    boudiou  (privé) -

    Un journaliste n'aurait pas mis de mire sur sa photo, ici il y a une preuve pour donner l’échelle exacte et servir de soutien scientifique, ce n'est pas pour gâcher cela en déformant les couleurs.

    avatar
    boudiou  (privé) -

    Les feuilles d'argent ce n'est pas une anecdote, mais un fait. Certains doivent pouvoir faire la différence. Pour le reste, le métal était découpé et pesé pièce par pièce avant la fonte donc qu'importe la pureté du métal. Cela n'altère pas le poids qui est constant et l'atelier est caution de la teneur en argent + ou -. Quant à la photo, elle est faite pour figurer dans des ouvrages scientifiques et servir de caution scientifique, ce qui impose une déformation minimum des couleurs, mais certain semble ne rien capter à ce monde. et l’oxydation superficiel n'altère en rien la composition des pièces.
    Effectivement fin de la discussion, car je ne peux converser avec une porte blindée à la culture.

  • Dommage que la Révolution Française ait entraîné les destructions de cette abbaye et de celle de Jumièges, entre autres dégâts qu'elle a provoqués.

  • Tiens, il faut les données à Bern comme celà les Cathédrales seront pas taxées. .

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]