La question du jour:

Quartiers populaires : les mesures de Macron sont-elles convaincantes ?




Quartiers populaires : les mesures de Macron sont-elles convaincantes ?

Emmanuel Macron à Tourcoing le 14 novembre 2017.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le mercredi 15 novembre 2017 à 07h00

POLITIQUE DE LA VILLE. Emmanuel Macron a appelé à une "mobilisation nationale" pour les quartiers en difficultés lors de déplacements à Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) lundi puis mardi à Roubaix et Tourcoing (Nord).

"Avoir une ville, une vie, belles, ce n'est pas un luxe, ça ne doit pas être réservé aux plus fortunés", a clamé mardi 14 novembre à Tourcoing le président de la République lors de son premier discours sur la politique de la Ville.

"Je veux que le visage de nos quartiers ait changé d'ici la fin du quinquennat", a-t-il lancé, en précisant qu'un "plan de mobilisation générale" serait établi d'ici à février 2018.

Pour y parvenir, Emmanuel Macron propose notamment le retour des emplois francs, le "name and shame" pour lutter contre les discriminations à l'embauche, de renforcer les services publics ou encore de concentrer la police de sécurité du quotidien dans ces quartiers. Toutes ses annonces sont à retrouver ici.

DES ÉLUS DU 93 ESPÈRENT QU'IL NE S'AGI PAS D'UN ÉCRAN DE FUMÉE

Stéphane Troussel, président du département de la Seine-Saint-Denis, et Bruno Beschizza, maire Les Républicains d'Aulnay-sous-Bois, ont accueilli favorablement mais avec prudence le discours du chef de l'État.

"Moi, je dis 'chiche'à M. Macron", écrit M. Troussel dans un communiqué intitulé "M. Macron: Docteur Jekyll dans les quartiers populaires, Mister Hyde sur le budget?". "M. Le Président, au-delà des mots et des intentions aussi bonnes soient-elles, engagez-vous vraiment pour les quartiers populaires et mettons-nous au travail". Mais si au contraire "le gouvernement persiste à prendre aux collectivités d'une main ce qu'il promet de l'autre, c'est une politique de gribouille qui n'aura aucun effet".

M. Beschizza a estimé de son côté que M. Macron avait "réalisé un bon diagnostic sur la faillite de la République dans les quartiers populaires" et fait "de nombreuses annonces intéressantes". Saluant l'appel à une "mobilisation nationale", le maire d'Aulnay-sous-bois "espère que ce grand discours fondateur n'est pas juste un écran de fumée" destiné à "faire oublier que depuis le début de son quinquennat, Emmanuel Macron a pris des mesures (...) contre les quartiers populaires" comme "la baisse des APL", "la saignée des offices HLM les plus pauvres" ou "la diminution drastique des emplois aidés".

 
121 commentaires - Quartiers populaires : les mesures de Macron sont-elles convaincantes ?
  • bien sur que oui !! viva el macron !!!

  • hier comme aujourd'hui c'est la même chanson. Mettez dans un environnement tranquille, paisible, agréable des familles africaines et constatez le résultat. C'est la seine saint denis avec la fuite des gens aisés qui payent et qui maintiennent un niveau de vie élevé. Les français soucieux de leur environnement et de leur tranquilité désertent les zones grises. Résultat ces endroits se dégradent, la racaille s'installe et les élus se couchent devant la chienlit. L'état peut mettre autant d'argent que le réclame ces élus irresponsables et vérolés rien ne changera. Ceux qui payent ne veulent pas vivre dans ces endroits insécurisés et merdiques. 50 ans de laisser faire, de lâcheté, de faillite, de complicité. Les responsables sont là toujours aussi imperturbables qui répètent à l'envie la même rhétorique délavée. Demandez donc à tous ces journaleux, politicards, OU ils habitent ? A la Courneuve ? A Stains ? A Epinay ? A Gennevilliers ?

    avatar
    zincorrect  (privé) -

    Avant toute chose, il est indispensable que les lois de la République soient appliquées avec une Tolérance ZÉRO contre toutes les dérives actuelles qui ne sont pas sanctionnées !

  • J'ai mis un message ce matin dans lequel je mettais en cause l'éducation nationale, j'ai eu plusieurs critiques me disant que l'éducation était l'affaire des parents et que le role de l'éducation nationale était d'enseigner. Oui ok le premier rôle des enseignants est d'enseigner mais il ne faut pas oublier que si çà s'appelle éducation et non enseignement, c'est quand même qu'on considère qu'ils ont un rôle éducatif aussi. Mais je suis OK pour dire que s'est avant tout le rôle des parents cependant ce que je voulais dire c'est qu'il ne faut pas que les enseignants démolissent le travail des parents, apprendre aux enfants la discipline quand il n'y a plus de discipline en classe, apprendre le savoir vivre où la politesse, quand dans le milieu scolaire l'enfant constate qu'il n'en ait rien, et apprendre le respect des autres quand les enfants s'insultent, se moquent des copains, sans que personne n'intervienne, vous croyez que c'est possible pour les parents. Je ne demande pas aux enseignants de donner des cours de politesse où de savoir vivre, mais seulement de donner l'exemple afin que l'éducation que les parents donnent à leurs enfants serve à quelquechose

    si on regarde le cahier des charges de l'éducation nationale ; celle-ci a bien une mission d'éducation , en plus de l'instruction et de l'insertion sociale et professionnelle des élèves . un grand ménage s'impose donc . sans pour cela diminuer la responsabilité des parents

  • Non un beau pansement de riche sur une jambe de bois.

  • avatar
    quiyatiletpourquoi  (privé) -

    au lieu de s'en servir et de l'exploiter à des fins électoralistes ,qu'il agisse et qu'il mette l'armée dans ces ghettos , ce serait plus intelligent .

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]