La question du jour:

Moralisation : les mesures de Bayrou sont-elles suffisantes ?




Moralisation : les mesures de Bayrou sont-elles suffisantes ?

Le garde des Sceaux a présenté ce jeudi 1er juin les contours de son projet de loi de moralisation de la vie politique.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le vendredi 02 juin 2017 à 07h00

Cumul des mandats, suppression de la Cour de justice de la République, réserve parlementaire... Le ministre de la Justice a présenté les grandes lignes de son projet de moralisation de la vie publique ce jeudi 1er juin, rebaptisé "loi pour la confiance dans notre vie démocratique".



"Nous avons collectivement besoin d'un retour de la confiance", a plaidé François Bayrou en présentant le premier texte du quinquennat d'Emmanuel Macron lors d'une conférence de presse. Ce projet, dont l'ancien candidat à l'Elysée avait fait la condition de son alliance avec Emmanuel Macron, passe par trois grands chantiers : vie parlementaire, réforme institutionnelle, et financement des partis.

DE LOURDES RÉFORMES INSTITUTIONNELLES

Parmi les principales mesures annoncées, on retiendra notamment la suppression de la réserve parlementaire pour éviter toute "dérive clientéliste". Celle-ci est remplacée par un "fonds d'action pour les territoires et les projets d'intérêt général". Les emplois familiaux pour ministres et parlementaires seront désormais interdits. À noter également qu'une peine d'inéligibilité de plein droit et jusqu'à dix ans sera créée en cas de crimes ou délits "portant atteinte à la probité", c'est-à-dire les affaires de fraude et de corruption.

Le gouvernement prévoit également des réformes institutionnelles lourdes, dont la suppression de la Cour de justice de la République. Les anciens présidents ne pourront plus être membres du Conseil constitutionnel, "pour ne plus être juge et partie".

 
140 commentaires - Moralisation : les mesures de Bayrou sont-elles suffisantes ?
  • il faudrait qu'il commence par moraliser les gens de son parti et par lui-même

  • « Les mesures de Bayrou »
    Il y en a une qui doit boire du petit lait, si ses affirmations sont sincères…
    Dans son livre «Les mains propres», paru en 2014, l’ancienne ministre centriste de l’Environnement Corinne Lepage dénonçait le recours à de «nombreux "emplois fictifs" pour assurer le secrétariat des uns ou des autres.
    «Lorsque j’ai été élue au Parlement européen en 2009, le MoDem avait exigé de moi qu’un de mes assistants parlementaires travaille au siège parisien. J’ai refusé en indiquant que cela me paraissait d’une part contraire aux règles européennes, et d’autre part illégal. Le MoDem n’a pas osé insister mais mes collègues ont été contraints de satisfaire à cette exigence», raconte Corinne Lepage.
    Qui est Président du MoDem depuis mai 2007 ?

  • J'en doute !
    Rien que sur un des points importants : interdiction d'embaucher des membres de leur famille.
    C'est très bien sur le papier, mais qui empêchera un pote parlementaire de le faire à leur place ?
    Avec renvoi d'ascenseur... !
    C'est un boulevard pour contourner la loi...
    Bayrou nous prend pour des idiots !

  • On ne peut pas être sur à 100 %, on arrivera à trouver un député, qui trouve une astuce pour passer aux travers, mais là, c'est quand même plus difficile, on verra sur la durée et je crois qu'enlever la réserve parlementaire évitera bien le clientélisme, c'est bien.

  • "Nous avons collectivement besoin d'un retour de la confiance", a plaidé François Bayrou. Bien d'accord avec lui, mais a t'il compris que la confiance ça se mérite?

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]