La question du jour:

Réforme du code du travail : Emmanuel Macron veut-il aller trop vite ?




Réforme du code du travail : Emmanuel Macron veut-il aller trop vite ?

Emmanuel Macron, son conseiller social Pierre-Andre Imbert et la secrétaire générale adjointe de l'Élysée Anne de Bayser reçoivent le président du Medef Pierre Gattaz à l'Elysée le 23 mai 2017.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le mercredi 24 mai 2017 à 07h00

Emmanuel Macron, qui veut réformer le code du travail par ordonnances d'ici la rentrée, a noué mardi le dialogue avec les responsables syndicaux et patronaux, dont il a écouté les exigences sans entrer dans le détail de ce délicat chantier.

Tour à tour, la CFDT, la CGT et FO ont plaidé pour que le calendrier de cette réforme, que le gouvernement juge prioritaire et compte mener au pas de charge, soit moins contraint. Le patronat, lui, a réitéré son exigence de rapidité.

Le président Macron devait poursuivre ces entretiens mardi après-midi, en recevant successivement Alain Griset de l'U2P, François Hommeril de la CFE-CGC et Philippe Louis de la CFTC.

Le président de la CPME, François Asselin, a affirmé que le chef de l'État lui avait confirmé un calendrier serré avec une "grande concertation" jusqu'à mi-juin, une loi d'habilitation à légiférer par ordonnances "durant l'été", puis une loi de ratification des ordonnances "courant septembre".

MENACE D'UNE NOUVELLE MOBILISATION

Face à la volonté d'Emmanuel. Macron d'aller vite, les syndicats mettent en garde contre une réforme menée au pas de charge. Pas question à leurs yeux que le dialogue social passe à la trappe pour réformer le code du travail, moins d'un an après la loi El Khomri et son interminable conflit social. Insuffisamment discutée avec les partenaires sociaux et rejetée par une partie des syndicats (dont la CGT et FO), la loi travail avait donné lieu à six mois de contestation ponctuée de 13 journées de grèves et manifestations, souvent émaillées de violences.

Pour éviter un nouveau conflit, Laurent Berger a redemandé au président "que la méthode ne soit pas à la hussarde" et laisse "le temps suffisant à la nécessaire concertation".

Alors que certains syndicats menacent d'une nouvelle mobilisation si le gouvernement passe en force, le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, les a prévenus qu'ils n'avaient "pas le droit de bloquer la France".

"Un ministre il dit ce qu'il veut. Les salariés, ils font ce qu'ils veulent", lui a rétorqué le secrétaire génral de la CGT Philippe Martinez, jugeant nécessaire que "les salariés se fassent entendre".

LES DÉTAILS DE LA RÉFORME ENCORE FLOUS

Le chef de l'État a satisfait le patronat en confirmant à la CPME qu'il y aurait "un moratoire" sur le compte pénibilité, dont les dix critères sont censés entrer en vigueur au 1er septembre. Selon François Asselin, qui a salué une "avancée majeure", le projet ne serait "pas abandonné pour autant", mais "renégocié avec les partenaires sociaux".

Sur le fond de la réforme, Emmanuel Macron n'a pas révélé davantage de détails. Hormis le plafonnement des indemnités prud'homales, le regroupement des instances représentatives du personnel et le référendum d'entreprise à l'initiative de l'employeur, ses contours restent flous, notamment sur la place laissée au dialogue social dans l'entreprise.

Cette dernière mesure, déjà au cœur de la loi El Khomri, a toujours été une ligne rouge pour la CGT et FO, tandis que la CFDT est ouverte au dialogue si le droit applicable en l'absence d'accord d'entreprise reste élevé.

Une mesure parvient à faire l'unanimité des syndicats, mais contre elle: le plafonnement des indemnités prud'homales.

 
30 commentaires - Réforme du code du travail : Emmanuel Macron veut-il aller trop vite ?
  • par ordonnace et il va attendre juillet aout,

  • par ordonnance ou 49.3 c est pareil , alors vite ou pas , il fait ce qu il veux

  • Il faut une simplification rapide et importante, notre code du travail est un usine à gaz qui défavorise l'emploi, on veut protéger des catégories, on les empëche de trouver du travail, un exemple pour les mineurs, impossible de trouver même un job d'été compte tenu des contraintes du code du travail, officiellement on doit pouvoir travailler à 16 ans mais les contraintes font que c'est impossible, ce n'est qu'un exemple et il y en a beaucoup d'autres.

    ben voyons, un retour au moyens ages

    a 16 ans, on peut suivre une formation encadré Cap ou autres

    pour les job d été, c est déjà difficile a 18 ans alors a 16, le seul avantage est que les profiteurs paient moins un jeune de 16 qu un de 18

    je pense que vous voulez embauchez des jeunes de 16 pour les payer 30% de moins minimum qu a 18 ou vous dites des stupidités

  • Non ! Cela suffit les tergiversations, les syndicats qui bloquent toute évolution. Ils ne représentent finalement qu'à peine 7% des travailleurs et ils veulent imposer leur vue à tous pour conserver leurs privilèges et avantages. Nous n'avons plus le choix, ou on simplifie de façon drastique notre Code du Travail qui est devenu une véritable usine à gaz, ou on continue à végéter et à dégringoler économiquement . Bien sûr, c'est difficile et cela déplaira à un certain nombre dont la devise est "gagne plus en travaillant peu", mais en l'état actuel de la situation, c'est la seule voie pour assurer l'avenir de nos enfants, le reste, les belles promesses d'un avenir radieux, les solutions miracles, ne sont que poudre aux yeux des naïfs.

    un code du travail simple et contraignant, voila ce qu il faut car en ce moment c est une usine à gas voulu par le Medef qui peut faire ce qu il veut
    notre code du travail est très très cool par rapport en Allemagne, en GB et au States et dans beaucoup de pays européens qui ont mis des structures pour contrebalancer le pouvoir du patronat , ce qui n existe pas en France ou peu et n est jamais contraignant

  • Oui il faut aller très vite si nous voulons recoller au peloton des autres pays européens , les cinq ans d'immobilisme du quinquennat Hollande nous ont relégué en queue de la course .

    et sous NS, Chirac , ils ont fait quoi ....idem que Hollande

    ah, les revanchards

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]