La question du jour:

Sciences et maths doivent-elles être une priorité de l'école ?




Sciences et maths doivent-elles être une priorité de l'école ?

Une salle de classe (illustration). Les écoliers français sont derniers en mathématiques, selon une étude internationale publiée le 29 novembre 2016.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le mercredi 30 novembre 2016 à 07h00

Constat sans appel : les écoliers français sont mauvais en mathématiques et en sciences. Et il ne s'agit pas d'une légère différence statistique, que l'on se complairait à relativiser en regardant les résultats en Français où en histoire-géo.

D'après une étude internationale, nos élèves de CM1 se classent bon derniers en maths et avant-derniers en sciences.

Les élèves de CM1 affichent un score de 488 points en mathématiques et 487 en sciences, en deçà de la moyenne internationale (500) et de la moyenne européenne (527 en maths, 525 en sciences), selon l'étude TIMSS publiée mardi 29 novembre par l'Association internationale pour l'évaluation de la réussite éducative (IAE), un organisme scientifique basé aux Etats-Unis. L'enquête a été réalisée au printemps 2015 auprès de dizaines de milliers d'enfants en quatrième année de scolarité obligatoire (CM1 en France), dont quelque 5.000 en France.



La ministre de l'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem n'aura pas attendu longtemps avant de rejeter la faute sur le gouvernement de François Fillon, au pouvoir jusqu'en 2012. "Ce sont les élèves entrés en CP en 2011 et qui sont, je pèse mes mots, la génération sacrifiée. Celle qui paye au prix fort les choix politiques d'hier, c'est-à-dire du gouvernement de M. Fillon", a lancé la ministre, évoquant des résultats "inacceptables". Les élèves continueront de "payer ce prix fort à l'avenir si l'on remettait en place cette politique", a-t-elle ajouté en ciblant François Fillon, Premier ministre sous Nicolas Sarkozy (2007-2012) et désormais candidat de la droite à la présidentielle de 2017.
 
82 commentaires - Sciences et maths doivent-elles être une priorité de l'école ?
  • voilà : je suis un prof de math "à la retraite" . En 30 ans de carrière j'ai vu les "heures" élèves" diminuer !! en 1974 mes sixèmes qui maitrisaient, pour la plupart,les quatre (je dis 4 !) opérations avaient 5 h de math hebdomadaires . en 2004 j'avais devant moi des élèves fatigués (pas par l'école mais par les activités multiples ...) qui ne savaient pas tous soustraire, pour qui "retrancher" voulait dire "couper en tranches"... et je devais de temps en temps laisser mon cours pour "surveiller" du cross ou bien pour permettre à des élèves de se déguiser ... bref ... comment obtenir des résultats dans ce cas ??? un prof est en présence de ses élèves 20h par semaine .. OUI! mais chaque heure demande 1/4h de préparation (minimum) donc 20 +5... il a 5 classes pour lesquelles il prépare des tests ou devoirs ... 1h par classe (photocopie comprise !!) allez 5 h de plus . on avoisine les 30 h ..
    mais les copies sont emportées à la maison pour correction... environ 25 copies par classe par semaine... donc 125 ... à raison de 5 min par copie (minimum car si l’élève s'exprime par du charabia il faut bien compter le double pour comprendre ce qu'il veut dire !!) 125 x 5 = 625 min donc 10 h et 25 min... minimum.. nous voilà à 40 h 25 !!
    et JE n'ai PAS COMPTE les réunions , pré conseils, conseils , inter - disciplines , avec les profs d'école, avec les parents , les conseillers d'orientations , les entretiens individuels (avec les élèves ou leurs parents) ... Bref : en trente ans de carrière je n'ai pas eu une semaine en dessous de 42 heures !! et je n'ai vu AUCUN CHANGEMENT avec l'arrivée des 35 h !!! n'en déplaise à boucentrain (le mois de juillet n'a pas assez de jours pour récupérer ces heures de plus ...)
    Le boulot du prof (consciencieux je l'entends ) n'a rien à voir avec les résultats . Un élève qui ne maîtrise pas le français , qui vient de temps en temps s'assoir en classe SANS fournir lui-même des efforts est pour moi un BOCAL VIDE avec son couvercle ... comment faire pour qu'il parte avec les bases nécessaires pour comprendre une discipline qui se construit DANS LE TEMPS et la RÉFLEXION ?...
    quant à la paye : un agrégé démarre aux environs de 1600€ sans 13ème mois ni ticket resto ou autre avantage ...et n'a même pas de suivi "médical" ....avec ce constat ne vous étonnez pas que l'éducation Nationale recrute des vacataires non compétents, que les inspecteurs nous conseillent de donner moins de travail , de baisser nos exigences pour "masquer le désastre" !! Je connais un lycée où 4 vendredis de classe ont été banalisés l'an passé pour "ne rien faire " : Halloween, Noël, carnaval.. et la journée de l'élégance !!! la discipline qui a malheureusement 1h hebdo le vendredi n'a pas été enseignée pendant 1 mois !!! RENDONS aux PROFS les conditions nécessaires à l'enseignement c'est à dire la transmission ...

    Je suis moi aussi professeur de Mathématiques à la retraite et je trouve vos description et analyse très réalistes, que ce soit sur les programmes ou la dispersion sur des tâches à l'utilité discutable, mais j'émettrai pourtant deux réserves.
    Il me semble que dans les années 70, mes élèves de Sixième ou Cinquième avaient 4 heures de "Maths" par semaine, mais au delà d'un certain effectif (un peu en-dessous de 30, mais je ne me le rappelle pas exactement), une heure était par demi-classe, ce qui donnait 5 heures pour l'enseignant. J'ai bien conservé les Queysanne-Revuz de l'époque, mais les programmes et horaires officiels n'y sont pas reproduits.
    Le texte de boucentrain reprend les poncifs habituels, surtout sur ce forum, mais en raison de l'exagération manifeste et du ton, je suppose que lui-même le fait par ironie, ce que confirmerait le "LOL" de sa dernière ligne.

  • Les profs sont trop payés et en plus, ils ne bossent pas assez, sinon, les élèves auraient quand même de meilleurs résultats!
    Fillon a raison de dire qu'il faut carrément renvoyer un demi-million de fonctionnaires. Avant, c'était mieux: j'étais plus beau, plus jeune, il y avait du boulot partout et pour tout le monde, et avec un bac-12, on arrivait à l'aise cadre moyen et les plus débrouillards arrivaient même cadres sup! Le tout en étant partis en pré-retraite avant 60 ans, à plein traitement, payé par la boîte et le tout assorti d'une bonne grosse prime de départ...Ce qui me fait rire, c'est que nos retraites de cadres sont financés par les jeunots d'aujourd'hui qui ont bac+5, un salaire de m...isère, et qu'il en faut au moins 5 pour financer nos retraites. Ils n'ont même pas su se débrouiller comme nous tous ces gaillards. D'ailleurs, peu m'importe, je continuerai à croire en l'ultra-libéralisme si je veux (ce qui est un minimum, vu que j'en ai quand même bien croqué), je continuerai à raconter qu'il y a trop de fonctionnaires, sans trop réfléchir, parce que, voyez-vous, c'est ce que les gens "en vue" racontent régulièrement et puis, vu que la rigueur ne me touchera pas, autant que ce soit les autres qui morflent. La solidarité, c'est bien mieux quand on en profite, mais, pfffff, c'est quand même un peu un truc de pauvres en 2016, non? Et puis si ça rendait intelligent, les études, ils auraient réfléchi tous ces fain euh profs!. Fillon ne devrait même pas besoin de les virer: vu la manière dont on on les traite en France, depuis un long moment, il ne faut quand même pas être trop "fufute" pour rester dans ce job, avec une licence ou un master!. Ainsi, comment voulez-vous que le niveau des élèves ne monte? UN GRAND LOL! Bien sûr...

  • La vraie priorité serait de:
    Remettre l'éducation nationale à sa vraie place . Avec ses vraies valeurs. Avec ses vrais acteurs auxquels ont aurait restitués leurs vraies fonctions, accompagnées de vraies possibilités de travail dans de vraies bonnes conditions . Sous couvert d'une vraie discipline de vraies valeurs morales retrouvées , d'une vraie éthique, dotés d'une vraie et immuable autorité. Pour assurer sa vraie mission , apporter à de vrais nécessiteux , de vraies satisfactions de vrais besoins grâce à de vrais moyens vraiment adaptés aux exigences des résultats à obtenir. Car à ce jour tout est lamentablement faussé par l'hypocrisie de l'ensemble des acteurs au nom d'une vraie, mais totalement utopiste, idéologie .

  • S'ils ne veulent pas se retrouver techniciens de surface, certainement.

  • La France a pourtant de quoi être fier de ses grands mathématiciens mais qui, à part les scientifiques, connaît Henri Poincaré - Evariste Galois sans parler de Descartes - Pascal. Aujourd'hui ils sont oublié.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]