La question du jour:

Terrorisme : faut-il décerner une médaille aux victimes ?




Terrorisme : faut-il décerner une médaille aux victimes ?

L'hommage national aux victimes des attentats du 13 novembre à Paris et Saint-Denis, le 27 novembre 2015 aux Invalides (photo d'illustration).

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le mardi 06 septembre 2016 à 07h00

La "médaille nationale de reconnaissance aux victimes du terrorisme" a vu le jour le 12 juillet dans un décret, selon les informations du Figaro. Elle serait accordée sur demande, sur dossier, précise RTL ce lundi 5 septembre. Mais l'idée n'enthousiasme pas les familles des victimes, qui parlent d'un "gadget" et préféreraient des "aides concrètes", selon les mots du Figaro.

Ces proches jugent aussi qu'une médaille doit récompenser une action, alors que les victimes des attentats en France n'ont fait que subir. Les associations d'anciens combattants s'indignent également, car le rang protocolaire de cette médaille devrait devancer celui de la Croix de guerre. 

Cette initiative du gouvernement, pas encore en place, semble déjà faire l'unanimité contre elle. "Le métal n'a même pas encore été fondu pour la fabriquer que la future nouvelle 'médaille nationale de reconnaissance aux victimes du terrorisme' suscite déjà des réactions mitigées", comme l'écrit Le Figaro, qui a révélé l'information dimanche 4 septembre. 

La décoration, qui devrait représenter une fleur à cinq pétales séparés par des feuilles d'olivier et suspendue à un ruban blanc, est censée remplacer la Légion d'honneur, jusqu'alors décernée aux victimes du terrorisme mais pas vraiment adaptée. "Continuer à décerner la Légion d'honneur allait dénaturer cette distinction, qui récompense un acte de bravoure", explique au Figaro Guillaume Denoix de Saint Marc, responsable de l'Association française des victimes du terrorisme (AFVT). "Il fallait donc trouver un symbole nouveau". Concrètement, pour recevoir la médaille, il faut "être français et avoir été tué, blessé ou séquestré lors d'actes terroristes commis en France ou à l'étranger", ou "être étranger et avoir été tué, blessé ou séquestré lors d'actes terroristes commis en France ou à l'étranger contre les intérêts de la République française", selon le décret, cité par BFMTV. 

"BRELOQUE", "GADGET"

Mais le symbole retenu n'est pas forcément bien accueilli par les proches des victimes, qui préféreraient davantage d'efficacité dans le suivi des dossiers plutôt qu'une simple "breloque", comme la qualifie dans le quotidien Georges Salines, président de l'association du 13 novembre, qui a perdu Lola, sa fille de 29 ans, au Bataclan. Quant à Stéphane Gicquel, de la Fédération nationale des victimes d'attentats et d'accidents collectifs (Fenvac), il parle d'un "gadget". 

Les anciens combattants s'offusquent eux aussi, car cette nouvelle médaille surclasserait la Croix de guerre. Selon Le Figaro, elle arrive en effet en cinquième position dans l'ordre procédural et "passe avant les Croix de guerre, ces décorations pour des faits de guerre", regrette dans Le Figaro Jacques Goujat, président de l'Union française des associations de combattants et des victimes de guerre (UFACVG). Selon lui, "cet emplacement est mal vécu et je peux vous dire que cela bouge dans les rangs". Son association a donc décidé, toujours selon le quotidien, de porter l'affaire devant le ministère de la Défense. 

"UN SIGNAL DÉPLORABLE" ENVOYÉ AUX TERRORISTES

De son côté, la sénatrice centriste de l'Orne Nathalie Goulet, également présidente de la commission d'enquête sur les réseaux jihadistes, regrette que la future médaille "donne une priorité aux victimes passives par rapport aux femmes et hommes qui ont combattu pour la France", selon Franceinfo. Elle a d'ailleurs lancé, fin juillet, une pétition en ligne sur Change.org pour demander l'abrogation du décret créant la médaille pour les victimes. Selon elle, cette décoration enverrait "un signal déplorable (...) aux terroristes car elle ancre la victime de terrorisme dans la permanence et la place dans l'ordre protocolaire avant la Médaille de la Résistance ou la Croix de guerre". 



La création de cette médaille était passée presque inaperçue en raison de l'attentat à Nice (86 morts), survenu deux jours plus tard.

 
75 commentaires - Terrorisme : faut-il décerner une médaille aux victimes ?
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]