La question du jour:

Inondations : êtes-vous satisfait de l'action des pouvoirs publics ?




Inondations : êtes-vous satisfait de l'action des pouvoirs publics ?

Manuel Valls à Crosne (Essonne), le 4 juin 2016

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le lundi 06 juin 2016 à 07h00

La menace d'importantes inondations en Normandie s'éloigne progressivement, une semaine après le début des intempéries qui ont fait quatre morts, 24 blessés et des dégâts dont le coût pourrait dépasser le milliard d'euros. L'heure est désormais aux questions pour les sinistrés, alors que certaines défaillances commencent à être pointées du doigt.

À Paris, le niveau de la Seine a pendant quelques heures été mal calculé, en raison d'un problème de capteur à la station hydrométrique de Paris-Austerlitz. Le ministère de l'Environnement est ainsi resté jusqu'à vendredi midi sur une prévision de pic de 5,30 à 5,90 mètres. L'erreur ne sera détectée que vendredi matin, et l'estimation de pic relevée à 6,30 m - 6,50 m à la mi-journée par le ministère.

DES ALERTES SUFFISANTES?

Dans certaines villes d'Île-de-France, comme à Longjumeau, les dégâts ont été considérables. La maire LR de la ville a émis quelques réserves quant aux avertissements des autorités. "Si nous avions été prévenus de l'ampleur de la crue, on aurait pu enlever plus de véhicules" a témoigné Sandrine Gelot-Rateau. Le préfet Michel Cadot considère quant à lui qu'à sa connaissance, "les maires de Seine-et-Marne, de l'Essonne et du Val-de-Marne ont pu anticiper très correctement l'évacuation des habitations". ""C'est un événement exceptionnel, donc c'est normal qu'il y ait un peu de désorganisation", a également tempéré la présidente LR de la région Île-de-France, Valérie Pécresse, qui a néanmoins soulevé la question des bassins de rétention. Les quatre lacs-réservoirs censés protéger la capitale et son agglomération n'ont pas pu empêcher les inondations, pour la simple raison qu'ils étaient déjà proches de la saturation jeudi.

Lundi, au ministère de l'Intérieur, le Premier ministre doit faire un point complet de la situation avec les ministres de l'Environnement Ségolène Royal, de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, des Finances Michel Sapin, des Collectivités territoriales Jean-Michel Baylet et de l'Economie Emmanuel Macron ainsi que le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll. A l'issue de cette réunion, Manuel Valls se rendra à Montargis, sous-préfecture du Loiret sévèrement touchée par les inondations.

 
20 commentaires - Inondations : êtes-vous satisfait de l'action des pouvoirs publics ?
  • je suis mécontent dans le sens où l'on construit n'importe quoi, n'importe où, des ouvrages qui ne laissent plus pénétrer l'eau dans les sols (parkings - super-marchés- maisons -etc..)

  • je ne comprend toujours pas comment des gents habitant des villes comme CROSNES ou VILLENEUVE st GEOGES peuvent encore être assure depuis des années a chaque cru ils sont inondée je peut penser que leurs maisons sont invendable et certaines autre villes de la région île de France il doit en être de même j ai 70 balais et j ai toujours entendu cela

  • Comment ces gens là pourraient ils être satisfait d'avoir été prévenus dans les dernières heures (quand ils l'ont été !) de la survenue de crues aussi importantes que sous estimées. Le problème est au niveau de ce ministre de l'intérieur léthargique et autoritaire qui musèle l'information et la distille à sa façon quand il ne dissimule pas littéralement les événements. C'est ainsi que les préfets ( sur des sièges éjectables ) n'osent plus anticiper faute d'être taxer de catastrophistes semant la panique et se résignent à faire du compte rendu pour le haut et à appliquer bêtement ce les ordres incohérents qui en proviennent.

  • Comme en 1910 en moins fort mais les secours comme en 1910

  • Pour ma part, je ne risque rien : ma maison est à flanc de colline, à quelque 300m au dessus de la rivière. Mais, au bout du jardin de la maison de campagne de mes grands-parents, il y avait une plage sur le Cher : Chaque hiver, les sous-sols de la maison étaient inondés, nous le savions, et, avant de rentrer à Paris pour l'hiver, nous faisions ce qu'il fallait pour protéger ce qui devait l'être !
    Dans les années 1970, j'étais en poste à Marseille, et j'ai vécu la crue de l'Huveaune : mon mari travaillait au service contentieux de la ville et était en charge du dossier d'indemnisation : La ville n'a presque rien indemnisé !
    Les permis de cpnstruire prévoyaient des zones sur pilotis, mais les bourgeoises, au lieu de les laisser inoccupées, y rangeaient leurs visons et autres tailleurs de soie,, les industriels et commerçants de la zone inondable avaient fait sauter les dispositifs de protection qui gênaient les manoeuvres de leurs camions, et, en plus,tentaient de faire rembourser par la ville, des stocks vendus depuis belle lurette !
    J'espère qu'avant de lâcher du fric, on fera bosser des profs d'économie et gestion ( Non, merci, je suis à la retraite!) pour vérifier ce qu'il en a été de vraiment imprévisible et de véritables sinistres dus à des défaillances des servives de la météo !
    Ceci dit, pour les vraies victimes, je ne peux que compatir, mais qu'elles s'organisent entre elles, en dehors de tout organisme officiel, et ne se fient surtout pas à des avocats d'entreprises , à des représentants d'assureurs, ou même à des représentants de l'Etat !
    Grisonne

    oui mais en ce temps-là les murs n'étaient pas en placo . il suffisait des laisser sécher , un coup de peinture et ça repartait . pour le reste , il y avait beaucoup moins d'appareils électriques . c'est la rançon du progrès .

    Bof...le progrès, mamigi...? je veux bien croire que la machine à laver le linge ou le frigo ont représenté un progrès important dans la vie quotidienne des gens...mais franchement, le portail électrique, les volets électriques, la clim etc...sans parler de tous les gadgets divers et variés, du "progrès", j'en doute...! construire des centrales nucléaires parce que des faignants n'ont pas le courage d'ouvrir leurs volets, ça se discute, non...?

    Il va de soi que dans les parties inondables de la maison de mes grands parents, il n'y avait aucun appareil électrique, et que les prises de courant étaient en hauteur ! Pourquoi la mode est-elle venue de les mettre au ras du sol, ce qui, en plus, est dangereux pour les jeunes enfants ?
    Grisonne

    Je crois qu'on est d'accord sur le fond...des habitations construites n'importe où, et beaucoup trop "sensibles" ou fragiles, et sans vision globale...on disait "autrefois"...ne pas voir plus loin que le bout de son nez...

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]