Jean Véronis

Orange: Présidentielle et requêtes des internautes

Les moteurs de recherche constituent un observatoire sociologique tout à fait fascinant, j'ai déjà eu l'occasion d'en parler sur mon blog, pour le meilleur et pour le pire. Sagesse (ou folie) des foules : la masse des requêtes permet par exemple de déclencher des alertes épidémiologiques de façon aussi réactive que les autorités sanitaires (voir par exemple "Google Grippe"). J'ai eu l'opportunité de me pencher sur les logs de requêtes du Moteur d'Orange (que je remercie au passage pour m’avoir autorisé à publier cette étude). Certes, le volume est moins important que sur Google, mais avec plusieurs millions de requêtes par jour (une représentation de près de 15% des internautes français d’après Médiamétrie), il est néanmoins suffisamment grand pour permettre des observations intéressantes.

augmenter la taille du textediminuer la taille du texte
photo :

Je me suis demandé ce que les logs disaient sur la campagne présidentielle en cours. J'ai observé pour cela le volume des requêtes mentionnant les cinq principaux candidats (par ordre alphabétique, Bayrou, Hollande, Le Pen, Mélenchon, Sarkozy) depuis le 1er janvier. Voici les résultats (j'ai bien entendu filtré certaines requêtes hors sujet comme celles concernant Carla ou Guilia Sarkozy).

L'entrée en campagne proprement dite de François Hollande (plus la présentation de ses propositions que le meeting du Bourget, d'ailleurs) et celle, officielle, de Nicolas Sarkozy, ont déclenché des pis d'intérêt importants. Néanmoins, à part ces pics initiaux, et quelques répliques par-ci par-là au gré des meetings, la dynamique est assez morose : les volumes de requêtes confirment le désintérêt (voire l'agacement) assez marqué des français que révèlent les sondages pour la campagne en cours. On notera cependant que Nicolas Sarkozy fait un peu mieux que François Hollande. Même si le niveau moyen reste bas, chacune de ses interventions déclenche plus de passions que celles de François Hollande, qui visiblement est à la peine, dans les sondages comme sur le moteur.

A lire aussi

En ce qui concerne les troisièmes hommes (ou femmes) potentiels, les requêtes semblent aussi confirmer ce que nous disent les sondages : tassement de Marine Le Pen, stagnation de François Bayrou — et essor de Jean-Luc Mélenchon. Marine Le Pen était bien partie, mais visiblement après le débat avec Jean-Luc Mélenchon, la tendance s'est inversée : la dynamique est désormais favorable à ce dernier.

On voit d'ailleurs, en agrandissant la partie correspondant au mois de mars, qu'à partir du meeting à la Bastille, Mélenchon a rattrapé Hollande. Si les requêtes reflètent l'intérêt, ou en tout cas la curiosité, des internautes, le candidat socialiste a peut-être quelques questions à se poser — d'autant que la période égalitaire des temps de parole va compliquer la donne !

Les sondages ne font pas l'élection. Les moteurs de recherche non plus. Mais ils nous disent manifestement des choses, et je vais suivre tout cela avec beaucoup d'intérêt dans le mois qui vient !

baromètres

politique

 CSA  BFM  Orange  Le Figaro

liens commerciaux

médiathèque
diaporamas photos vidéos AFP
sports
Cavani inquiété pour tricherie