VIDEO - Emmanuel Macron visé par des jets d'œufs à Montreuil

VIDEO - Emmanuel Macron visé par des jets d'œufs à Montreuil

Emmanuel Macron a été bousculé à son arrivée à la Poste de Montreuil-sous-Bois

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le lundi 06 juin 2016 à 11h58

En visite à Montreuil-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) lundi 6 juin, Emmanuel Macron a été pris dans une bousculade et a essuyé des jets d'œufs d'opposants à la loi travail, dont il a dénoncé la "violence" et "l'agressivité". Alors qu'il se rendait dans la municipalité communiste pour dévoiler un timbre célébrant le 80e anniversaire du Front populaire, le ministre a été accueilli par plusieurs dizaines de manifestants de la CGT et du PCF aux cris de "Casse-toi!", et a reçu des œufs dans les cheveux.

Épinglé pour son vif échange du 27 mai dernier où il avait lancé à un militant que "le meilleur moyen de se payer un costard, c'est de travailler", le ministre de l'Économie a été reçu avec une banderole "Plutôt en grève qu'en costard" et des slogans de protestation comme "Ni chair à patron ni chair à matraques.

Retrait, retrait de la loi travail". Le locataire de Bercy a dû être escorté par des policiers à l'intérieur de La Poste. "Je ne parle pas d'un texte de loi avec des oeufs et des coups de bâton", "ils n'écoutent rien, ils invectivent", a-t-il déclaré.

Emmanuel Macron a ensuite déclaré vouloir honorer la Poste et le Front populaire, "loin de la violence et de la bêtise".

Dans un communiqué envoyé dimanche, le maire PCF de Montreuil, Patrick Bessac, avait déclaré "avoir décidé de ne pas accueillir M. Macron", un acte "symbolique", afin de "faire entendre la déception, le mécontentement, l'indignation et la colère que génère, auprès des Montreuillois et hors les limites de notre commune, la politique actuelle du gouvernement".

"Sous la tutelle d'Emmanuel Macron, l'économie est devenue la science de l'accaparement quand elle devrait être celle du partage", ajoutait l'édile. Le choix du maire a fait réagir en dehors même du parti socialiste, en la personne du sénateur des Hauts-de-Seine Roger Karoutchi.

Le projet de loi travail, contesté dans la rue depuis plusieurs mois, sera débattu au Sénat à partir du 13 juin. Le Premier ministre, Manuel Valls, a promis qu'il ne céderait pas sur le fond, estimant que "reculer serait une faute politique".
 
301 commentaires - VIDEO - Emmanuel Macron visé par des jets d'œufs à Montreuil
  • Bravo ! ça ne servira certainement à rien sauf à assouvir une petite vengeance pour les quelques "héros" qui se sont faits sermonner .Sermon qu'ils avaient bien mérité entre nous car il faut parfois remettre la pendule à l'heure!.

  • Oh non, des œufs sur son beau costume, il va devoir travailler plus pour s'en payer un autre. Mais non, suis-je bête, il se les fait payer sur les notes de frais et de représentation.

  • Enfermées dans leur "pré carré" de luxe et de privilèges d'un autre temps les élites enfermées dans leurs certitudes, psychorigides, arrogantes et méprisantes, inaptes au dialogue, semblent étonnées de recevoir la monnaie de leur pièce. La violence engendre la violence, et la sortie de Macron est d'une violence inouïe ; "le meilleur moyen de se payer un costard c'est de travailler", (alors que justement en cette période de crise majeure le travail c'est ce qui manque), est égale dans sa muflerie et son inconscience à celle de la reine Marie-Antoinette ; " les paysans n'ont pas de pain qu'ils mangent de la brioche" ...

  • je me pose une question ,si s martinez arrivait dans une zone de petites entreprises gén ées ,par ces gréves ,qu"il reçoive des oeufs ,quelle serait la réaction des encartés !! c'est vrai ,il ne se risque pas ,a ffronter des mécontents lui!!!

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]