Sortie de l'euro: "Il faut prendre acte" du rejet des Français, selon Monot

Sortie de l'euro:

L'économiste Bernard Monot le 15 mai 2014 à Vineuil

A lire aussi

AFP, publié le vendredi 12 mai 2017 à 12h40

Sortie de l'euro: "Il faut prendre acte" du rejet des Français, selon Monot

Les Français ont rejeté "en bloc" la sortie de l'euro proposée par le FN lors de l'élection présidentielle, et "il faut en prendre acte", a déclaré vendredi Bernard Monot, "stratégiste économique" du parti.

"Effectivement politiquement, il faut en prendre acte, les Français ont rejeté en bloc cette sortie de l'euro radicale et donc il faut en tirer des conclusions", a-t-il affirmé sur RFI, même si, a-t-il ajouté, "techniquement, nous avons raison".

L'abandon ou le maintien de cette mesure phare du programme de Marine Le Pen feront "partie de l'objet de discussions au sein du mouvement", notamment lors du prochain congrès du parti, a-t-il aussi dit.

La veille, le vice-président du Front national Florian Philippot avait prévenu qu'il quitterait le parti si la question de la sortie de l'euro était abandonnée, estimant qu'"un parti qui défend la nation" ne peut "renoncer à un débat qui est essentiel".

"Il ne faut pas être radical comme ça", a réagi M. Monot. 

"La question est posée, il faut y réfléchir sereinement", a-t-il ajouté, précisant que l'éventualité de "remettre en cause cette question là pour convaincre les Français sur d'autres sujets" devait être envisagée.

"Il y a des solutions intermédiaires" au "patriotisme économique", a-t-il ajouté. "Tout n'est pas blanc ou noir".

Selon lui, la question de la sortie de l'euro a contribué au score plus faible qu'attendu de la candidate FN au second tour de la présidentielle. 

"Les Français n'étaient pas encore prêts pour nos solutions patriotiques de manière générale, peut-être en particulier l'euro", a-t-il affirmé, admettant aussi que "ce n'était pas tout à fait clair pour les Français".

"Peut-être qu'on n'a pas été assez bons dans la communication et l'explication", a-t-il précisé, interrogé sur les explications confuses sur le sujet de Marine Le Pen lors du débat de l'entre-deux-tours.

Sur RMC, Nicolas Bay, numéro trois du Front national, a lui fait valoir que le débat sur l'euro aurait lieu "après les élections législatives" de juin.

Il s'en est pris à Florian Philippot qui a, selon lui, "exprimé sa position personnelle". "L'heure est à la mobilisation, on est à moins d'un mois des élections législatives, ce n'est pas l'heure des états d'âme, c'est l'heure des rassemblements", a-t-il tranché.

mdh/mat/pap/kp

 
42 commentaires - Sortie de l'euro: "Il faut prendre acte" du rejet des Français, selon Monot
  • ce montel n'est qu'un zozo de plus qui parle de ce qu'il a appris auprès des banquiers et dans les livres pro euroéen!

  • Le mot en bloc est excessif,, les électeurs du FN n'ont pas rejeté la sortie de l'Euro et tous les votes d'abstentions il y en a quand même pas mal ils n'ont pas soutenu le maintient dans l'Euro, si ces abstentionnistes avaient été perturbés par cette sortie de l'Euro ils auraient alors voté pour Macron, mais ils ne voulaient pas non plus de Marine le Pen aussi vous ne pouvez pas en déduire que les français ont rejeté en bloc la sortie de l'Euro, c'est de l'esbroufe politique, de l'enfumage!

  • il faut en finir avec (les Francais paient)
    ils paient quoi???
    la mondialisation ,ils la souhaitent pour leurs achats moins chers ,toujours moins chers,
    ben oui quoi les produits importés de chines ou d'ailleur sont bien les mois chers payés en euro ou en une autre monaie
    oui les francais paient tres cher la perte d'emplois qu'ils provoquent eux meme
    le francais préfère se donner bonne concience en donnant au associations caritatives que permettrea d'autre francais de truover du travail en achetant le bon produit au bon endroit (made in france)

  • Je cite " la sortie de l'euro n'est peut être pas tout à fait clair pour une majorité de français " non c'est pour le FN que ce n'´est pas clair, une mesure bêtise dit Ménard coûteuse inutile et purement dogmatique. Que tous les français qui ont deux ronds trois sous d'économies sur un livret a n'auront plus qu'un rond et plus de sous après le d'évaluation inéluctable de la nouvelle monnaie le sachent. Je veux bien être patriote (terme un peu guerrier ) mais pas stupide.

  • memoire_solide  (privé) -

    Des intellectuels banquiers signaient une tribune dans le Monde du 28/10/1997 appelant à la création de l'euro avec sept promesses constitutives de prospérité. Aucune n'a été tenue....
    Il serait bon d'entendre MM Sapir, Cotta , Vesperini, Rosa, Monot et autres eurosceptiques. A notre époque, il est donc interdit de débattre avec des eurobéats: Madelin, Betbèze, Lorenzi Cohen...

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]