Sénatoriales : Serge Dassault a sollicité, sans succès, l'investiture La République en marche !

Sénatoriales : Serge Dassault a sollicité, sans succès, l'investiture La République en marche !

Serge Dassault le 8 mars 2017 à Saint-Cloud (Hauts-de-Seine).

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le mercredi 12 juillet 2017 à 17h07

POLITIQUE - Le parti macroniste a refusé d'investir le milliardaire de l'Essonne pour les prochaines élections sénatoriales. Motif : "il ne correspond pas à nos critères".

Après avoir conquis l'Assemblée nationale, le clan Macron espère bien faire de même avec le Sénat et priver l'actuelle majorité Les Républicains (LR)-UDI de la majorité absolue lors des prochaines élections du 24 septembre.

"Le but est d'empêcher la majorité Retailleau (Bruno Retailleau, président du groupe LR au Sénat, ndlr)", confie Jean-Paul Delevoye, chargé de sélectionner les candidats La République en marche ! (LREM), à Paris-Match mercredi 12 juillet.

Le parti du président, qui dispose déjà d'un groupe de 25 membres, présentera des listes dans tous les départements, et les candidats sont nombreux à postuler pour une investiture. Parmi eux, une personnalité bien connue : Serge Dassault, député LR sortant de l'Essonne, rapporte l'hebdomadaire. Une information confirmée par Jean-Paul Delevoye par texto à Mediapart. "J'ai refusé", a indiqué le président de la commission d'investiture LREM, au motif que l'élu de 92 ans "ne correspond pas aux critères".



UNE CONDAMNATION QUI FAIT TACHE

En effet, l'une des conditions nécessaires pour être candidat LREM est d'avoir un casier vierge et de de ne pas avoir eu de condamnation à une peine d'inéligibilité, rappelle le site d'information. Or, l'ancien-maire de Corbeil-Essonnes a été condamné en février à cinq ans d'inéligibilité et deux millions d'euros d'amende pour avoir caché au fisc, pendant quinze ans, des comptes à l'étranger.

Le milliardaire, patron du journal Le Figaro, a fait appel de cette condamnation, ce qui lui a permis de garder son fauteuil de sénateur jusqu'à la fin de son mandat à l'automne 2017 et de se représenter. Sa condamnation ne sera en effet définitive qu'après épuisement de toutes les voies de recours.

Se représenter, mais sous quelle étiquette ? LR a décidé le 4 juillet d'investir dans sa circonscription Jean-Raymond Hugonet, maire sans étiquette de Limours-en-Hurepoix et président de l'Union des maires de l'Essonne (UME). "On ne savait toujours pas si Serge Dassault souhaitait se représenter ou non. C'était la dernière circonscription sans personne. Nous avons donc choisi M. Hugonet", justifie Jean-François Lamour, président de la commission d'investiture LR. Ce dernier assure néanmoins que Serge Dassault pourrait toujours, s'il le souhaitait, constituer sa propre liste.
 
181 commentaires - Sénatoriales : Serge Dassault a sollicité, sans succès, l'investiture La République en marche !
  • Il n'a qu'a repartir en Israël ce criminel

  • Rien ne l'arrête cet homme, même avec ses casseroles il continue, il n'a vraiment pas honte, à l'âge qu'il a franchement. Ah le pouvoir, l'argent mon Dieu, il n'emportera pas tout cela au Paradis, là haut tout le monde est sur le même pied !

    ce sont les imbéciles qui croient en dieu et au paradis toutes les crapules auraient déja leur place avec le fric y compris ceux qui se disent qu'apres leur méfaits sur terre ils vont monter au ciel!

  • C,est bien la moindre des choses; le contraire eût été purement scandaleux et indécent.

  • Quel naufrage, quel gâchis !
    Ce Capitaine d'industrie a, malgré une image sulfureuse, des qualités. Il a redynamisé Corbeil-Essonnes, mais a échoué sur la réhabilitation des quartiers "sensibles". La Ville avait été gérée pendant des décennies par Roger Combrisson, véritable "parrain" communiste avant de passer la main à Marie-Anne Lesage (PCF) qui n'a pas eu le temps de réparer les dégâts.
    Mais la politique nationale ne l'a pas grandi. Manifestement, il y est entré pour préserver au mieux ses intérêts personnels et industriels, et il a couvert trop d'affaires, quand il n'en a pas été directement le protagoniste. Peut-être que, dans les fonctions sénatoriales, l'immunité parlementaire fait partie des objectifs...
    Qui mieux que Pascal pour résumer la situation "l'homme n'est ni ange ni bête, et le malheur veut que qui veut faire l'ange fait la bête".

  • Tout à fait l'image même du "financier accro au pouvoir" qui plus est se croit éternel
    Non mais on en a plus qu'assez de ces gens manipulateurs,affairistes,avides de pouvoir et de fortune sans limite ,bon sang qu'on les gave avec des billets de 500 euros qu'ils se baignent dans les pièces de deux euros tout comme "don Salustre dans la folie des grandeurs"; l'avidité de ce personnage n'a pas de limite
    Il fait honte à l'humanité toute entière en se croyant indispensable à cet âge qu'il conseille mais en silence et non sur le devant de la scène avec en plus une procédure judiciaire en cours ! ! !

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]