Primaire : la réaction de Manuel Valls

Primaire : la réaction de Manuel Valls

Valls

A lire aussi

6Medias, publié le dimanche 22 janvier 2017 à 22h00

L'ancien Premier ministre a opposé dans son discours deux gauches : une spectatrice, celle de son concurrent, et une gauche crédible, la sienne.
Manuel Valls, arrivé deuxième au premier tour, s'est dit heureux de se retrouver au second tour face à Benoît Hamon.

"Une nouvelle campagne commence, a-t-il déclaré de manière très offensive, ne mâchant pas ses mots. Une campagne entre la défaite assurée et la victoire possible, entre des promesses irréalisables et infinançables, une gauche spectatrice et une gauche crédible"
Manuel Valls a assuré que "gouverner, c'est difficile, car c'est aussi transformer le quotidien des gens". L'occasion au passage de tacler son adversaire pour le second tour en affirmant qu'il ne croyait pas au revenu universel, principale proposition de Benoit Hamon.
"Je refuse d'abandonner les Français à leur sort face aux extrêmes et à François Fillon, face à l'Amérique de Trump, la Russie de Poutine, dans ce monde difficile face à une mondialisation qui ne fait aucun cadeau aux plus pauvres, aux plus faibles".
L'ancien chef de gouvernement, montrant des signes de gravité dans son discours, a affirmé que "face à la menace terroriste", il souhaitait "affirmer plus encore l'ordre républicain, l'autorité de l'État, face aux fractures qui minent notre modèle républicain. J'incarnerai avec force la laïcité et je ne céderai aucun pouce de terrain sur ce sujet".
Il a enfin appelé les électeurs à amplifier leur engagement la semaine prochaine pour le second tour. "Ce ne sera pas seulement le choix du candidat de la gauche, mais du futur Président de la République". Avant de conclure : "Vouloir gagner, c'est pouvoir gagner".

 
244 commentaires - Primaire : la réaction de Manuel Valls
  • Desoles Manuel, nous ne te comprenons plus...

  • Citoyens de France et des Outre Mer, dimanche n'allez pas voter ! Valls va sortir son calibre 49.3 pour s'approprier la place du GRAND VAINQUEUR des élections de la primaire de gauche au 2eme tour...

  • M. Valls présidentiable ?, il en a ni l'envergure, ni le self-contrôle. Il est pétri d'arrogance, pensant que son passage en tant que 1er ministre lui confère, entre autre, l'expérience nécessaire pour "protéger les français" comme cela l'a été durant les attentats qui ont eu lieu. Mais, à faire descendre M. Valls de son piédestal, il faut lui faire savoir que n'importe quel autre ministre de l'intérieur ou 1er ministre aurait agi de même : c'est la fonction qui veut qu'il en soit ainsi.

  • Et oui ce type est violent (il n'est qu'à regarder l'expression de soin visage lorsqu'il est en colère) et autoritaire, il prend les décisions tout seul c'est sa démocratie,comment les gens peuvent-ils encore voter pour lui après tout ce qu'il a fait et dit durant son "règne" de premier (s)ministre.

  • Hamon a fait de la surenchère électorale
    son programme est utopique comment va t il le financer ?
    il est en train de faire comme a fait Hollande dans son discours du Bourget
    il a promis on connait le résultat
    paroles ............ paroles........... chantait dalida
    ceci dit Valls a raison c est le seul à pouvoir gouverner

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]