Primaire de la droite : "J'ai cru que je pouvais revenir, je me suis trompé", a confié Nicolas Sarkozy

Primaire de la droite :

Nicolas Sarkozy le 20 novembre 2016.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le dimanche 27 novembre 2016 à 17h53

Une semaine après l'élimination de l'ancien président au premier tour de la primaire de la droite, la journaliste Catherine Nay raconte dans le Journal du Dimanche "la chute" de Nicolas Sarkozy.

Nicolas n'a pas vu venir la première place surprise de François Fillon et s'attendait à duel contre Alain Juppé. Sa défaite ? Il s'y préparait sans vraiment y croire, mais assurait qu'il sortirait la tête haute : "Quand on est en compétition, on accepte le verdict du match, on ne remet pas en cause l'arbitre", disait-il rapporte ce dimanche 27 novembre Catherine Nay dans le Journal du Dimanche.



Dimanche dernier, "à 20h, il sait les choses très mal engagées. À 20h30, il est définitivement hors jeu", rapporte la journaliste dans son récit de "La chute de la maison Sarkozy". Pourtant, ses fidèles le voient sortir de son bureau étrangement serein, affectueux pour tous avec un mot gentil pour chacun. 'Cette campagne était la plus joyeuse de toutes hein ? On s'est vraiment bien entendus'". Arrivé 3e, loin derrière son ancien Premier ministre (20,8% contre 44,2% et 28,3% pour Alain Juppé), l'ex-chef de l'État a rapidement reconnu sa défaite humblement, annonçant son soutien à François Fillon. "Il est donc temps maintenant pour moi d'aborder une vie avec plus de passions privées et moins de passions publiques", a-t-il déclaré, actant son retrait de la vie politique. "Pour la première, je l'ai vu heureux", selon une amie romancière. "J'ai eu le sentiment d'un vrai soulagement", note de son côté le sénateur Pierre Charon.

Soulagé ? Heureux ? Vraiment ? Le déjeuner du lundi avec son équipe est en tous cas très joyeux. "Vous voyez, je ne suis pas parti que Juppé et Filon s'écharpent déjà. Quand j'étais là, ils se tenaient bien", plaisante-il. "Il était sans amertume. On a ri en évoquant des souvenirs", témoigne son attaché de presse Véronique Waché. À un ami qui lui témoigne sa sympathie, il répond : "Quand on a fait une carrière politique, et moi cela fait quarante ans, il y a un jour où forcément ça s'arrête. Pour moi, c'était hier. J'ai cru que je pouvais revenir, je me suis trompé", rapporte Catherine Nay. "Il n'était pas abattu du tout. Ce type n'est vraiment pas fait comme les autres", confie cet ami.

Ce dimanche 27 novembre, il a voté au deuxième tour de la primaire pour François Fillon. Lundi, "il partira en voyage avec Carla et leur fille Giulia", selon Catherine Nay. Histoire de montrer qu'il tourne vraiment la page.

 
248 commentaires - Primaire de la droite : "J'ai cru que je pouvais revenir, je me suis trompé", a confié Nicolas Sarkozy
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]