Alerte
07:57
Le taux de chômage en baisse de 0,1 point au 2e trimestre (Insee)

Primaire de droite : un premier cas de fraude à Châteaurenard ?

Primaire de droite : un premier cas de fraude à Châteaurenard ?

Alors qu'il a fait une belle remontée dans les derniers sondages, l'ex-Premier ministre François Fillon est tranquillement allé voter dimanche matin à Paris

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le dimanche 20 novembre 2016 à 16h17

Serait-ce le premier cas de fraude découvert lors de cette inédite primaire de la droite et du centre ? À Châteaurenard, dans les Bouches-du-Rhône, l'assesseur représentant François Fillon n'est pas parvenu à entrer dans l'unique bureau de vote dimanche matin, rapporte L'Obs. La Haute autorité de la primaire a été saisie.

Quelle surprise pour l'assesseur représentant François Fillon ce dimanche 20 novembre au matin.

Alors qu'il se présentait à 7h30 devant le seul bureau de vote de la commune du député-maire Les Républicains, Bernard Reynès, impossible pour lui de pénétrer à l'intérieur, d'après une information de l'hebdomadaire L'Obs. À 7h45, toujours à l'extérieur, l'assesseur "a saisi la cellule juridique de Fillon qui a elle-même saisi la Haute autorité". À la mi-journée, il n'avait toujours pas réussi à remplir sa mission de surveillance.



L'Obs révèle une autre anomalie : "le bureau de vote, présidé par un dénommé Lombardo, a ouvert ses portes, avec dix minutes d'avance, à 7h50 au lieu de 8h. Pourquoi ? Qu'a-t-il pu se passer pendant ces dix minutes ? Saisie, la Haute autorité devra tenter de l'établir".

L'édile de Châteaurenard, qui a longtemps soutenu Jean-François Copé, qui avait l'habitude de faire sa rentrée politique dans la commune, s'est récemment éloigné du maire de Meaux pour rallier le camp sarkozyste. Ce dernier y était en meeting pour lancer sa campagne le 25 août dernier.


Pour l'instant, rien n'a filtré sur ces possibles anomalies du côté des organisateurs de la primaire, qui avaient érigé en principe la lutte contre la fraude. En effet, la droite a toujours en mémoire la guerre fratricide de novembre 2012 entre Jean-François Copé et François Fillon pour la présidence de l'UMP. Les lourds soupçons de fraude avaient fracturé durablement le parti.

 
232 commentaires - Primaire de droite : un premier cas de fraude à Châteaurenard ?
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]