Présidentielle : pour Najat Vallaud-Belkacem, la situation est "pire qu'en 2007"

Présidentielle : pour Najat Vallaud-Belkacem, la situation est "pire qu'en 2007"

Najat Vallaud-Belkacem, le 30 novembre 2016, à l'Assemblée nationale

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le dimanche 26 février 2017 à 08h10

Alors que le PS peine à se mobiliser pour son candidat investi en vue de l'élection présidentielle, dont le premier tour se tiendra le 23 avril prochain, la déclaration sonne comme un aveu. Dans les colonnes du Parisien dimanche, Najat Vallaud-Belkacem a évoqué la "situation délicate" dans laquelle est plongée le parti de gouvernement.

"LES CHOSES SERAIENT PLUS SIMPLES SANS MACRON"

La ministre a dressé un parallèle entre le vainqueur de la primaire de la gauche Benoît Hamon, et Ségolène Royal, qui était la candidate PS à la présidentielle il y a dix ans.

"On est un peu dans la situation de 2007 où il n'y a pas le soutien évident de tout le parti, avec en plus une offre concurrentielle, ce qui dédouane ceux qui n'ont pas une sympathie évidente pour notre candidat", reconnait la ministre de l'Éducation, qui estime que "la situation est délicate... Pire qu'en 2007" et que "les choses seraient plus simples sans Macron".



Affirmant ne s'être jamais posé la question de rejoindre les rangs du fondateur de "En Marche", la ministre se montre critique et sceptique vis-à-vis du projet de l'ancien patron de Bercy, aujourd'hui solide prétendant à l'Élysée. "Je n'ai toujours pas la réponse à une question simple: dans un attelage composé aussi bien de gens de gauche que de l'ex-directeur de campagne de Bruno Le Maire, ou encore d'Alain Minc, qui décidera de la ligne politique ? Quelle majorité gouvernera ?" s'interroge t-elle.

"LES ÉLECTEURS ONT-ILS OBJECTIVEMENT TANT DE RAISONS D'ÊTRE ÉCŒURÉS?"

Elle met par ailleurs en garde d'autre part sur le "discours du 'tous pourris'" car "aucune force politique ne sort gagnante" d'un tel discours, "seule celle qui promet le chaos généralisé recueille les suffrages d'électeurs écœurés". "Mais les électeurs ont-ils objectivement tant de raisons d'être écœurés ?", se demande t-elle. Et après une mise en garde, la ministre lance "une alerte: attention au dénigrement permanent des politiques, thème préféré des antisystèmes de tous bords, car au bout de ce chemin c'est le désir d'un régime autoritaire qui s'imposera."
 
396 commentaires - Présidentielle : pour Najat Vallaud-Belkacem, la situation est "pire qu'en 2007"
  • avec ça on peut considérer qu'on a touché le fond !

  • elle fait semblant de pas comprendre que le p.s est cuit qu'après les législatives il n'existera plus.

  • Les partis politiques ont joué depuis 40 ans à un jeu dangereux.
    Les partis traditionnels ont conduit par l'alternance des politiques strictement en direction de leur électorat propre en ignorant les autres. Le FN s'est contenté de parler au reste de la population en les regroupant comme un seul électorat hétéroclite auquel il raconte les outrances incohérentes que chaque groupe de cette population hétéroclite veut entendre.
    Macron qui cherche l'intérêt du pays au profit de chacun avec des mesures concrètes en recherche d'efficacité maximum paraît être dans un ailleurs pour ce monde des partis politiques.

  • Il n'y a que les acteurs du film, pour s'étonner que depuis 5 ans ils tournent un NAVET.
    Ils le savaient, ils le savent, mais pourquoi vouloir perdre sa place.
    En attendant ils se sont grassement payés. Ils se sont gavés de prendre des places bien rémunérées pour eux, leurs copains, leurs conjoints.
    Et c'est le peuple qui paie.
    Et qui ne dit rien, enfin jusqu'à maintenant.
    Les choses ont l'air de changer.
    Je prie pour que ce ne soit pas les extrêmes qui en profitent.
    Alors, Madame, ne jouez pas les étonnés, car si vous êtes sincère, vous n'avez rien a faire dans un gouvernement. Vous n'avez pas su voir le résultat de votre politique.
    Alors que pensez de toutes les décisions que vous avez prises. Elles participent à ce résultat que vous déplorez.

  • Pauvre Najad va plus avoir de boulot bien payé aux frais des français

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]