Présidentielle : le débat organisé par TF1 fait polémique

Présidentielle : le débat organisé par TF1 fait polémique

Nicolas Dupont-Aignan, le 21 février 2017, à Paris

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le mercredi 22 février 2017 à 18h00

Le grand débat annoncé par TF1 ne fait pas plaisir à tout le monde. Pas invité à la "grand-messe" du 20 mars prochain, qui va réunir François Fillon, Benoît Hamon, Jean-Luc Mélenchon, Emmanuel Macron et Marine Le Pen, le candidat de "Debout la France" s'est indigné de sa mise à l'écart, appelant au boycott pur et simple de la première chaîne européenne.

"VIOL DÉMOCRATIQUE"

"Ce sont les chaînes de télévision qui vont choisir qui a le droit de parler aux Français?", s'est-il insurgé sur l'antenne de BFMTV, évoquant un "viol démocratique".

Crédité de 4% d'intentions de vote dans un sondage OpinionWay dévoilé ce mardi 21 janvier, le député de l'Essonne se soulève contre le mode de sélection de TF1. "Sélectionner uniquement les candidats qui sont à plus de 10% dans les sondages est totalement inepte. Si cela avait été le cas lors des primaires, ni François Fillon ni Benoît Hamon n'auraient été invités aux débats télévisés", a-t-il lancé, dénonçant une "décision arbitraire et antidémocratique" et une "manœuvre politicienne destinée à voler l'élection aux Français".

La chaîne a répondu par l'intermédiaire du chef de son service politique. "Il y a cinq candidats nettement au-dessus de 10% (...). Si Dupont-Aignan ou Bayrou ne sont manifestement pas loin de 10% dans les sondages, bien sûr qu'on les invitera", a indiqué Christophe Jakubiszyn sur RMC, soulignant que tous les candidats officiels seraient reçus par ailleurs dans d'autres émissions.

L'éditorialiste de TF1 a mis en avant les règles en vigueur en matière de temps de parole en période pré-électorale. "À partir du 9 avril, tous les candidats seront invités sur le même format", explique t-il rappelant que dès cette date sera respecté le "principe d'égalité". Avant ça, le "principe d'équité", plus souple, prévaut.


Certains candidats conviés au débat se sont également indignés. Sur Twitter, Marine Le Pen a indiqué qu'il serait "souhaitable que tous les candidats ayant obtenu leurs parrainages soient invités aux débats télévisés du premier tour". Le candidat de la droite, François Fillon, avait déjà estimé le dispositif de TF1 "très limite sur le plan démocratique", trouvant un peu "étrange" d'organiser un débat "en choisissant les candidats".


"C'est en effet un problème", a lui jugé le candidat de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon sur Twitter. "Je considère que les sondages ne doivent pas dicter les lois du débat démocratique".
 
71 commentaires - Présidentielle : le débat organisé par TF1 fait polémique
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]