Présidentielle : François Bayrou et Emmanuel Macron vont faire alliance

Présidentielle : François Bayrou et Emmanuel Macron vont faire alliance

François Bayrou, le 22 février 2017, au siège du MoDem à Paris.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le mercredi 22 février 2017 à 18h17

François Bayrou a mis fin au suspense. Dans une allocution effectuée depuis le siège du MoDem à Paris, le maire de Pau a indiqué qu'il proposait "une offre d'alliance" à Emmanuel Macron.

Une proposition acceptée quelques heures plus tard par le candidat d'En Marche !

"J'ai examiné depuis plusieurs semaines l'état de notre pays et je veux dire à quel point la gravité de la situation m'a frappée", a-t-il commencé, l'air grave, présentant une situation "décomposée" comme "jamais dans les 50 dernières années". Dans la perspective de la prochaine élection présidentielle, le président du MoDem a pointé du doigt les divergences à gauche, avant de taper fort sur la droite. "Le parti du président (Hollande) et du gouvernement sera représenté par un opposant. À droite le dévoilement des affaires (concernant François Fillon, NDLR) révèle l'acceptation tacite et presque unanime de ces abus", a-t-il lancé.

"LA DISPERSION NE PEUT QU'AGGRAVER CES PÉRILS"

Il s'est érigé contre l'argument "Tout le monde fait ça", avancé selon lui par certains pour justifier les pratiques récemment dévoilées dans la presse, et qui font l'objet de vives critiques. "Ce n'est pas vrai !", s'est-il insurgé, dénonçant une "accusation infamante". "Un peuple qui ne croit plus à la vie publique est un peuple en danger", a-t-il ajouté.


"Cette situation nourrit le pire des risques : une flambée de l'extrême droite qui fait planer la menace d'un danger majeur et immédiat pour notre pays et pour l'Europe", a-t-il poursuivi pour introduire son annonce centrale. "À situation exceptionnelle, il faut une réponse exceptionnelle". "Parce que le risque est immense, parce que les Français sont désorientés et souvent désespérés, j'ai décidé de faire à Emmanuel Macron une offre d'alliance", a-t-il indiqué, estimant que "la dispersion ne peut qu'aggraver ces périls".


S'écartant implicitement d'une candidature à la présidentielle sans l'exprimer de vive voix, François Bayrou a expliqué que cette "offre d'alliance comporte des exigences. Première d'entre-elles : une "véritable alternance des pratiques". "Je demande expressément une loi de moralisation de la vie publique", a-t-il ajouté, évoquant "les conflits d'intérêts". Le maire de Pau attend également, dans le cadre de cette alliance, que la France "résiste à la pente qui tend à réduire la rémunération du travail". "Peut-être, enfin, le projet de dépassement des clivages est à portée de main", a-t-il espéré, saluant en Emmanuel Macron un homme "brillant".

"UN TOURNANT DANS LA CAMPAGNE"

Le maire de Pau a confié son "incompréhension" face aux propos du leader d'En marche ! sur la colonisation française, qualifiée de "crimes contre l'humanité". "C'est une phrase blessante pour beaucoup de Français, et qui ne correspond pas à la vérité historique". Le maire de Pau a rappelé que "le crime contre l'humanité est imprescriptible et c'est un crime qui vise à faire disparaître de la terre une partie de l'humanité". "Ce qu'a été cet épisode de la présence de la France en Algérie et en Afrique ne correspond absolument pas à ça", a-t-il souligné.

Emmanuel Macron a accepté l'offre du président du MoDem, y voyant "un tournant de la campagne" mais aussi "de la vie politique". "L'alliance proposée par François Bayrou porte sur les valeurs et les idées" et "s'inscrit pleinement dans la démarche de renouvellement et de rassemblement qui, depuis le début, est la nôtre. C'est pourquoi je l'accepte", a expliqué l'ancien ministre de l'Économie à l'AFP. Une rencontre est prévue entre les deux hommes "dès jeudi".


Ministre et soutien d'Edouard Balladur en 1995, ministre de Jacques Chirac en 1995, candidat d'un centre indépendant en 2002 (6,8%), 2007 (18,6%) et 2012 (9,1%), François Bayrou s'éloigne une nouvelle fois de la droite française en soutenant un adversaire de François Fillon, après avoir voté pour François Hollande contre Nicolas Sarkozy en 2012.
 
180 commentaires - Présidentielle : François Bayrou et Emmanuel Macron vont faire alliance
  • C'est une alliance sous conditions et le programme de Macron peut modifier la donne , s'agissant aussi d'une alliance par défaut après l'élimination de Juppé en primaire de la droite et du centre sur injonction de Sarkozy qui s'en tient à Fillon malgré son absence de chance pour le 2me tour.

  • Le chant du cygne d'un Judas......avant sa mort politique définitive, croqué d'une seule bouchée par un gamin sans foi ni loi sauf celle de son ambition démesurée.

  • avatar
    quiyatiletpourquoi  (privé) -

    j'ai parfaitement le droit de m'exprimer et d'appeler les choses par leurs noms
    le bal des faux culs est ouvert. Il y a deux mois en arrière , Mr Bayrou parlait des idées de Mr Macron comme d'une marécage , je cite et aujourd'hui , il adhère.Il a sans doute acheté des cuissardes à cause de la grippe aviaire.

  • La belle paire que voilà! Après toutes les critiques il "rejoint" le train de l'opportunisme en marche, il le traitait d'hologrammes politique, il trouvait incompréhensible sa prise de position sur la colonisation etc. Et soudain il se découvre des affinités avec le monde de la prédication, qu'elle fin de vie politique ratée et affligeante, finalement il vaut encore mieux un Fillon pas trop honnête que ce couple d’opportunistes ambitieux.

  • Nulle doute que ce bon monsieur De La Fontaine aurait été inspiré de cette copulation de la girouette et du miroir aux alouettes.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]