Présidentielle 2017 : polémique autour des comptes de campagne de Benoît Hamon

Présidentielle 2017 : polémique autour des comptes de campagne de Benoît Hamon

Le candidat socialiste à l'élection présidentielle, Benoît Hamon, le 23 avril 2017 à la Maison de la Mutualité à Paris.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le samedi 12 août 2017 à 11h09

RETOUR SUR - Les dépenses de campagne de Benoît Hamon, chiffrées à plus de 15 millions d'euros, posent questions. Mercredi, le porte-parole du Parti socialiste Julien Dray a demandé "des comptes" au candidat à l'élection présidentielle.

Éliminé dès le premier tour avec 6,36% des voix, Benoît Hamon a été le candidat le plus dépensier juste derrière Emmanuel Macron (16,698 millions d'euros) lors de la dernière élection présidentielle.

Rapporté au nombre de voix, chaque bulletin aura donc coûté 6,58 euros au candidat socialiste, soit trois fois plus que pour la majorité des "grands candidats".

Un ratio qui pose question dans un parti en proie aux difficultés financières. "Nous sommes un certain nombre à avoir beaucoup d'interrogations sur la manière dont a été géré ce budget", a affirmé Julien Dray mercredi sur LCI. Le directeur de la campagne de Ségolène Royal en 2007 réclame un audit "correct et honnête". "C'est beaucoup de sous pour un résultat très modeste", a-t-il jugé.

"ILS ONT DÛ PAYER DES CHOSES TRÈS CHER"

"C'est la moindre des choses que de venir s'expliquer", a poursuivi le conseiller régional d'Île-de-France. "On ne peut pas dépenser l'argent et s'en aller. C'est la moindre des règles, des politesses, quand vous dépensez l'argent qui ne vous appartient pas, qui appartient pour une part aux militants du Parti socialiste, ou qui va être gagé sur son patrimoine".

Les réunions publiques - dont le grand meeting à Bercy le 19 mars - ont consommé 40,5% des ressources du candidat socialiste, avec 6,1 millions d'euros de frais. Les tracts, affiches et autres propagandes imprimées ont également fait grimper la facture : 3,1 millions d'euros, soit 20,5% des frais. Benoît Hamon a également misé sur l'audiovisuel : 990.000 euros ont été dépensés pour produire du contenu vidéo. "Je me dis : ils ont dû payer des choses très cher", a estimé Julien Dray.

"UNE CAMPAGNE ÉCLAIR"

Des soupçons rejetés par les dirigeants de la campagne de Benoît Hamon : "Nous n'avons en aucune manière à rougir de l'argent perçu et utilisé", écrivent dans Libération Régis Juanico, ex-trésorier de campagne du candidat PS, Mathieu Hanotin, ancien co-directeur de campagne et Bastien Recher, ex-secrétaire général administratif de la campagne, en affirmant que "la campagne de Benoît Hamon a été sérieuse et sobre".


"Oui, Benoît Hamon a dépensé 6,58 euros par voix gagnée quand Emmanuel Macron n'en a dépensé qu'1,9", écrivent-ils. Mais "avec un parti divisé, la déloyauté inédite de nombreux dirigeants socialistes (...) et une campagne électorale éclair", celui qui était alors député des Yvelines "avait toutes les raisons de compenser les difficultés par des dépenses supplémentaires".

8 MILLIONS REMBOURSÉS PAR L'ÉTAT

"Ce choix n'a pas été fait et les dépenses sont restées dans le budget initial prévu", assurent-ils, soulignant que le niveau des dépenses au premier tour est "inférieur à celui des principaux candidats des élections de 2007 et de 2012", et que Benoît Hamon a été "le seul candidat à avoir fait le choix très net de publier la liste intégrale de ses grands donateurs". "Qu'affirme-t-on ici en creux ?", s'interroge la tribune : "que le politique devenu gestionnaire doit attirer et séduire à moindres frais un électeur transformé en client et consommateur. Eh bien non. Nous préférons encore perdre une élection que sombrer dans ce cynisme".

L'écologiste Yannick Jadot - qui avait choisi de soutenir Benoît Hamon dès le premier tour de la présidentielle - est également monté au créneau : pour lui, ces accusations sont "une opération de diversion" qui permet d'éviter "de faire l'audit du quinquennat calamiteux" de François Hollande. Les socialistes pourront néanmoins se voir rembourser une partie des sommes engagées par Benoît Hamon pour sa campagne. En effet, l'ex-candidat à l'Elysée peut prétendre au remboursement par l'Etat d'environ 8 millions d'euros, attribué à chaque candidat ayant rassemblé plus de 5 % des voix au premier tour (47,5 % du plafond autorisé au premier tour).
 
402 commentaires - Présidentielle 2017 : polémique autour des comptes de campagne de Benoît Hamon
  • Oooooh Julien est effectivement très bien placé pour donner des leçons, comme les autres d'ailleurs. Tous des petits magouilleurs qui ne font que profiter du système corruptible mis en place.

  • Argent pris sur le dos des petits travailleurs comme toujours avec les soit- disant socialistes .

  • 6,58€ par voix gagnée pour Hamon contre 1,90€ pour Macron...Le premier a connu la pire défaite d'un candidat socialiste depuis plus de 30 ans, l'autre est aujourd'hui à l'Elysée...Le fiasco socialiste est à l'image du fiasco du président précédent qui n'a pas osé défendre son bilan lors d'une deuxième campagne présidentielle...Terre-Neuve

    avatar
    SANCTION  (privé) -

    Mon cher "cale", 55 millions de dette pour le parti Les Républicains (après un sarkhoton) pour être éliminé au premier tour après avoir été battu en 2012...C'est à l'image de la France au cours du quinquennat de Sarkozy dont la dette a augmenté de 50% (600 milliards) avec Fillon comme premier ministre...
    Le fiasco des LR est à l'image des mis en examens qui se sont présentés à l'élection présidentielle

    En tout cas Sarkozy, lui, n'a pas eu peur de défendre son bilan en 2012, et il n'a perdu qu'au second tour...Question de courage politique...Terre-Neuve

    avatar
    SANCTION  (privé) -

    mon cher "cale", il n'a surtout pas eu conscience de la raclée qu'il allait prendre en 2012 et encore moins de celle de 2017...Question d'aveuglement politique ...

    Holllande savait très bien qu'il ne passerait même pas le premier tour...Grande clairvoyance avec moins de 10% d'opinions favorables...Terre-Neuve

    avatar
    SANCTION  (privé) -

    mon cher "cale", Sarkozy était persuadé d'être ré-élu en 2012, était persuadé de revenir en 2017, comme Fillon était persuadé d'être élu ...Grande clairvoyance de ses individus surtout au vu de leurs blians et de leurs malversations et encore plus grande clairvoyande de ceux qui les ont soutenus...

  • Quand allons nous trouver un candidat intelligent peu dépensier et qui utilisera,le solde de on budget attribué
    au gens qu'il est sensé défendre dans sa campagne?.......Je reve béatement aux socialos qui ne revent que de la situation
    que cela représente.....Allons revons

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]