Philippot (FN) "à l'inverse" de la "vision assez rabougrie" et "rétrograde" de Ménard

Philippot (FN) "à l'inverse" de la "vision assez rabougrie" et "rétrograde" de Ménard

Le vice-président du Front national Florian Philippot, le 18 juin 2017 à Forbach

A lire aussi

AFP, publié le mercredi 23 août 2017 à 17h25

Le vice-président du Front national (FN) Florian Philippot s'est dit mercredi "à l'inverse" de la "vision assez rabougrie" et "rétrograde" de Robert Ménard, après la lettre ouverte du maire de Béziers à ses "amis du FN".

Dans cette lettre, M. Ménard, élu en 2014 avec le soutien du FN, plaide pour des alliances à droite et remet en question le leadership de Marine Le Pen.

"Sur le fond, je suis à l'inverse de lui. Lui a toujours une vision assez rabougrie, fermée, rétrograde des choses. Il nous parle d'union des droites... Ça, c'était le front il y a 25 ans. On ne va pas faire l'union des droites avec des gens qui nous ont trahis méthodiquement quand ils sont arrivés au pouvoir (...) et qui par ailleurs sur les positions économiques et européennes sont aux antipodes des nôtres", a réagi M. Philippot sur France 2.

La droite, a-t-il poursuivi, "défend la loi travail. Nous on n'est pas pour la loi travail, on n'est pas pour la précarisation des Français".

"Il n'y a pas de doute qui s'exprime" sur le leadership de Marine Le Pen, a assuré M. Philippot. "On a entamé une refondation pour aller vers un Front national qui va probablement devenir une nouvelle force politique, comme Marine l'a dit, et qui veut être plus rassembleur. Je pense, au contraire de ce que dit M. Ménard, qu'il faut être plus ouvert, plus rassembleur, plus moderne, plus connecté avec la société française et faire l'union des patriotes".

Interrogé sur LCI, Nicolas Bay, secrétaire général du FN, a lui aussi défendu, sans "tabou", Marine Le Pen, "la plus à même de nous représenter et de nous diriger" après avoir "porté le Front national à un niveau historiquement jamais atteint dans son histoire".

"Quand on mène une réflexion de fond sur notre stratégie --ce qui est parfaitement légitime, c'est même une preuve de maturité politique--, il ne faut pas tomber dans une espèce de dérive qui consisterait à tout remettre en question", a poursuivi M. Bay.

"Je serais curieux de savoir comment Ménard aurait gagné à Béziers sans le soutien de l'inefficace FN et de l'incompétente MLP (Marine Le Pen - ndlr)... Chiche ?" a aussi interrogé sur Twitter David Rachline, sénateur-maire FN de Fréjus.

Celui qui a dirigé la campagne présidentielle de Marine Le Pen a ensuite estimé que M. Ménard, "l'inspecteur des travaux finis de la ringarde +union des droites+, devrait être plus respectueux et humble : il doit beaucoup à MLP !"

C'est une "attaque indigne de Marine" a aussi critiqué sur Twitter Damien Philippot, frère de Florian et assistant parlementaire de la présidente du FN. 

 
22 commentaires - Philippot (FN) "à l'inverse" de la "vision assez rabougrie" et "rétrograde" de Ménard
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]