Nicolas Sarkozy promet de revenir sur le non-cumul des mandats

Nicolas Sarkozy promet de revenir sur le non-cumul des mandats

Nicolas Sarkozy à Paris, le 29 juin 2016.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le mercredi 29 juin 2016 à 18h40

- La proposition de l'ancien président a été immédiatement critiquée par Bruno Le Maire, qui a dénoncé un "retour à la vieille politique". -

Nicolas Sarkozy persiste et signe avec un promesse qui lui vaut de nombreuses critiques.

Le président du parti Les Républicains a de nouveau promis, mercredi 29 juin lors d'une "matinée de travail" de son mouvement sur les institutions, de supprimer la loi sur le non-cumul des mandats.

"Nous voulons une classe politique moins nombreuse", a affirmé M. Sarkozy. "Avec le mandat unique, on augmente de 30 à 40% le nombre de membres de la classe politique alors que je pense qu'il faut la réduire", a-t-il insisté. L'ex-chef de l'État veut également réduire de 30% le nombre de parlementaires à partir de 2022: 400 députés au lieu de 577 actuellement, 202 sénateurs au lieu de 348. Il souhaite également diviser par deux le nombre des autorités indépendantes, au nombre de "40 actuellement". "Le Conseil économique et social a vocation à disparaître", a-t-il précisé à propos du Cese, le Conseil économique, social et environnemental dont le domaine de compétence avait été élargi durant son quinquennat.

UN RÉFÉRENDUM SUR LA RÉDUCTION DU NOMBRE DE PARLEMENTAIRES

"Je propose que le jour du deuxième tour des législatives suivant la présidentielle, il y ait un référendum portant sur ces questions de réduction du nombre de parlementaires, de deux mandats pas un de plus, et de suppression d'un certain nombre d'institutions, pour montrer aux Français que l'alternance ne commencera pas six mois après, mais tout de suite", a-t-il affirmé.



La proposition de Nicolas Sarkozy a aussitôt été critiquée par son adversaire dans la primaire de droite en vue de l'élection présidentielle en 2017, Bruno Le Maire. Il a dénoncé sur son compte Twitter un "retour à la vieille politique".



Le maire du Havre et juppéiste, Edouard Philippe, a pour sa part souligné le "risque politique considérable" que prendrait celui qui reviendrait sur le non-cumul des mandats. "Je n'y crois pas une seconde", a-t-il dit, estimant que ce serait un "message détestable et détesté" envoyé à la population française.

"Il nous faut repenser notre façon de vivre notre modèle démocratique", a également affirmé M. Sarkozy. "Dans le projet des Républicains - et je sais que la question est sensible - il y a la question du référendum". "Je ne dis pas que le référendum doit servir à régler tous les problèmes" mais "l'idée que nous, Les Républicains, voulons associer le peuple aux décisions majeures que nous prendrons, est une décision très importante", a-t-il affirmé, ajoutant que "ce fut une erreur de supprimer le service national sans demander leur avis aux Français". Selon lui, "le référendum est la meilleure façon de résister à la tyrannie des minorités à laquelle nous assistons aujourd'hui. C'est donner à la majorité la possibilité de faire entendre sa voix".
 
27 commentaires - Nicolas Sarkozy promet de revenir sur le non-cumul des mandats
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]