Maraude à Bordeaux : le dérapage d'Alain Juppé

Maraude à Bordeaux : le dérapage d'Alain Juppé©Panoramic
A lire aussi

6Medias, publié le mercredi 24 mai 2017 à 19h25

Alors qu'ils effectuaient une maraude près de la mairie de Bordeaux, des bénévoles du collectif "La Gamelle Bordelaise" ont eu la visite surprise du maire de la ville.

En voyant s'approcher Alain Juppé, place Saint-Christoly, ces bénévoles qui distribuaient des repas aux sans-abris ont cru qu'ils allaient recevoir les félicitations de l'édile. Mais il en fut tout autre, comme le révèle le journaliste Laurent Perpigna, sur son blog Mediapart.

"Il nous a dit que nous étions des 'inconscientes', que nous favorisions l'assistanat", révèle Sarah, lycéenne et bénévole. Et d'ajouter : "J'ai tenté très calmement d'engager un dialogue, de comprendre pourquoi il nous interpellait de la sorte, mais la discussion était impossible, il était très énervé".

La jeune fille révèle également qu'Alain Juppé, accompagné de deux de ses adjoints, leur aurait reproché de créer "des troubles à l'ordre public". Un peu plus tard, au détour d'une rue, les jeunes bénévoles recroiseront la route du maire de Bordeaux qui en remettra alors une couche, les accusant de "fidéliser" des sans-abris qui "abusent de la boisson et causent des nuisances sonores".

Contacté par Laurent Perpigna, le directeur de cabinet d'Alain Juppé a tenté de minimiser l'incident. "On a beaucoup de problèmes à Bordeaux, à cause d'une recrudescence de marginaux. Beaucoup sont en errance avec des chiens, et beaucoup de Bordelais s'en plaignent. Ces jeunes qui distribuaient des repas et que nous avons rencontrés étaient pétris de bonnes intentions. Il y a eu un malentendu. Donner à manger est un geste généreux, mais il faut aussi mesurer les conséquences", a justifié Ludovic Martinez.

 
357 commentaires - Maraude à Bordeaux : le dérapage d'Alain Juppé
  • je suis de Metz et le samedi ,rue Serpenoise il y a des mendiants tous les 20 mètres qui vous hèlent ,nous ne sommes plus chez nous ,si dire chez nous est un signe de racisme ? alors je suis raciste ,je pense que ces gens devraient être contrôlés par la police mais elle regarde ailleurs et ce qui me fait le plus mal c'est que la mairie s'en moque

  • La belle société que préconise A.Juppé, notre beau système capitaliste crée des richesses produites par tous mais dont les bénéfices ne profitent qu'à quelques uns, et quand ceux qui son exclus du partage sont assistés au sens noble du terme, on le leur reproche!!! Continuons dans cette décadence!!! Rallions nous à Macron dont le protectorat bancaire avec l'appui des naïfs ne fera qu'accentuer cette dérive!!! Quand je parle du sens noble du terme "assistanat", c'est qu'il a été dévoyé par les voyous complices de ce système inique, et qu'on ne veut plus distinguer les nécessiteux des profiteurs et que l'on met tout le monde dans le même sac!!! Pratique pour les profiteurs qui font souvent partie des critiqueurs, ce flou leur profite!!!

  • hé hé il est malin le turlupin de Bordeaux: qu'elle façon adroite (en un seul mot) de faire savoir par les média à ses électeurs qu'il s'occupe de leurs préoccupations ... sans avoir rien d'autre à faire. Ah la com c'est super on on parle fort, on met la langue là ou ça chatouille et les gogos y croient, et avec nos médias aussi voraces de cracra que des poissons carnivores le tour est joué, comme nous le sommes aussi! Ah mes amis c'est de l'art.

  • Plus de regrets de n'avoir pas pu voter pour lui......

  • Dommage, jusque là il avait mon estime même si je ne partage pas ses idées. Il y a une chose importante à comprendre tant que l'on ne traitera pas les causes il faudra subir leurs conséquences. Trop longtemps ces personnes car il s'agit d'êtres humains, ont été, que dis-je, sont traités comme des chiffres ou des nuisances.
    Oui, je suis pour un revenu universel pour tous mais avec comme contre partie trois choses :
    - suppression de toutes les aides sociales ;
    - imposition de ce revenu
    - le repeuplement des zones rurales en contrepartie des aides.
    Car il est possible de vivre avec 700 € par personne en campagne pas à Paris et consommer en campagne y maintien la vie et la diversité à Paris simplement la pauvreté.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]