Législatives: Wauquiez (LR) renonce pour rester président de région

Chargement en cours
 Le numéro deux des Républicains, Laurent Wauquiez (2e à g), au côté du dirigeant de Michelin Jean-Dominique Senard (2e à d), à Lyon, le 18 mai 2017

Le numéro deux des Républicains, Laurent Wauquiez (2e à g), au côté du dirigeant de Michelin Jean-Dominique Senard (2e à d), à Lyon, le 18 mai 2017

1/2
© AFP, JEFF PACHOUD
A lire aussi

AFP, publié le vendredi 19 mai 2017 à 11h03

Le numéro deux des Républicains, Laurent Wauquiez, député sortant de la 1ère circonscription de Haute-Loire, a annoncé vendredi qu'il ne se représenterait pas en juin et choisissait de rester président de la région Auvergne-Rhône-Alpes.

"Lors de la campagne des élections régionales, j'ai indiqué que si j'étais élu, je resterai président de la région. Le respect de la parole donnée est sacré. Il est le ciment de la parole politique", déclare M. Wauquiez dans un communiqué, précisant qu'il serait le suppléant de la candidate Isabelle Valentin pour l'aider à "remporter cette élection législative au nom de la droite et du centre".

"La situation de notre pays commande que les femmes et les hommes qui portent des responsabilités publiques ne se défaussent pas et tiennent leurs engagements. A un moment où les lumières des palais ministériels aveuglent les élus de peu de convictions, je veux redire toute ma fidélité à la Région Auvergne Rhône-Alpes", ajoute l'élu, dans une allusion à l'entrée au gouvernement de Bruno Le Maire et Gérald Darmanin.

"Les sirènes parisiennes ne guideront pas mon action politique. Je reste convaincu que c'est par le terrain, ici, dans ma région, beaucoup plus que par l'action parlementaire à Paris, que nous changerons la vie de nos concitoyens", conclut l'ancien ministre, élu député de Haute-Loire depuis 2004 - il avait alors succédé à l'UDF Jacques Barrot - et à la tête d'Auvergne-Rhône-Alpes depuis décembre 2015.

Isabelle Valentin était sa suppléante depuis cinq ans. Dans cette circonscription ancrée historiquement à droite, elle affrontera notamment Fabrice Farison (PS), Martine Dejean (FI), Fabien Albertini (FN) et Cécile Gallien (LREM).

En Haute-Loire, Emmanuel Macron était arrivé en tête au premier tour de l'élection présidentielle, avec 23,51% des voix devant Marine Le Pen (23,06%) et François Fillon (18,60%). Dans le fief de M. Wauquiez au Puy-en-Velay, ville dont il a été maire pendant huit ans, le futur président de la République s'était aussi imposé, devant Jean-Luc Mélenchon et François Fillon. 

Ces résultats n'ont pas eu d'influence sur la décision de M. Wauquiez, assure-t-on dans son entourage - il avait indiqué depuis plusieurs mois qu'il ferait part de son choix après la présidentielle.

"Il nous appartient aujourd'hui de poursuivre les grands chantiers régionaux que nous avons initiés, encore une fois, en demeurant au plus près du terrain. J'ai donné ma parole aux électeurs de ma région et je la tiendrai. Ce sont les raisons pour lesquelles j'ai choisi de conserver mon mandat de président", insiste M. Wauquiez dans son communiqué.

 
342 commentaires - Législatives: Wauquiez (LR) renonce pour rester président de région
  • Très bonne décision, car si il a été élu pour ce poste, ce n'est pas pour démissionner quelques mois après en fonctions des magouilles et calculs politiques habituelles familiers à un certain clown du sud !

  • il y a des choses que l'on peut revoir sans qu'il y ai reniement

  • "Un tiens vaut mieux que deux tu l'auras"....!
    Il peut donner des leçons de critique mais pas de courage!
    Et ça ambitionne de prendre la tête des LR en plus.

  • L. Wauquiez: Enfin un politique qui respecte ses engagements.
    C'est un super président de région, au meme titre que Bertrant ou V.Pécresse

  • En même temps le parti de droite qui a le vent en poupe actuelle c'est bien LREM, soutenu par la majorité des milieux de l'argent.

    Il sera désormais difficile pour un représentant de LR, même s'il peut encore bénéficier des vieux "réseaux" RPR/UMP, de s'opposer où que ce soit à cette nouvelle donne stratégique, il y a de puissants oligarques derrière... Le repli sur ce qui est acquis est peut-être plus sage pour les politiciens professionnels, en attendant de voir comment ça va évoluer...

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]