L'anchois désarme

A lire aussi

Libération, publié le lundi 17 juillet 2017 à 18h06

Il envoie du lourd, l'anchois, à l'heure de l'apéro. C'est peu dire que l'on raffole de ce petit poisson qui nous emmène jusqu'au bout de la nuit quand on le déniche serré dans une boîte de poche chez Amar, l'épicier insomniaque. On se vautre dedans quand la ville dort avec un quignon de Paris rassis et Lemmy qui rugit Enter Sandman. Notre petit compagnon de nuit est en fait un drôle de zèbre avec ses flancs argentés et son dos bleu, héros du port catalan de Collioure. Longtemps, il donna lieu à un étrange cérémonial appelé «la pêche au feu», raconté dans Tour de table en Languedoc-Roussillon (1) : «Elle se pratiquait de nuit avec deux bateaux. Sur le premier, appelé "le lamparo", plusieurs milliers de bougies étaient allumées, ce qui faisait remonter les…

Lire la suite sur Libération

 
0 commentaire - L'anchois désarme
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]