Jour de carence: Martinez demande d'"arrêter d'opposer les salariés"

Jour de carence: Martinez demande d'

Philippe Martinez répond aux journalistes durant le défilé du 1er mai 2017 à Paris

A lire aussi

AFP, publié le vendredi 07 juillet 2017 à 10h34

Le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez a regretté vendredi à propos du rétablissement du jour de carence des fonctionnaires que le gouvernement oppose les salariés du public et du privé au lieu de "s'occuper des vrais problèmes".

"Posons les vrais problèmes et arrêtons d'opposer les salariés entre eux public/privé, arrêtons de culpabiliser les salariés", a déclaré M. Martinez sur LCI.

"On veut culpabiliser les fonctionnaires, on veut les opposer au reste de la population. Il y a besoin de services publics, il y a besoin de fonctionnaires, ils sont au service de la population et on en manque", a-t-il martelé.

"Ceux qui ont des droits sont devenus des privilégiés, et la norme devrait être ceux qui n'ont pas de droits", a-t-il regretté.

Comme souhaité par Emmanuel Macron avant son élection à la présidence de la République, le ministre de l'Action et des comptes publics, Gérald Darmanin, a annoncé jeudi le rétablissement d'un jour de carence pour les fonctionnaires dès 2018, destiné notamment à "rétablir de l'équité entre le public et le privé", lors des états généraux des comptes de la nation à Bercy.

Le jour de carence consiste, en cas d'arrêt maladie, à supprimer la rémunération le premier jour d'absence. Mis en place pour les fonctionnaires le 1er janvier 2012, sous la présidence de Nicolas Sarkozy, il avait été supprimé par François Hollande en janvier 2014. Marylise Lebranchu, alors ministre de la Fonction publique, avait jugé cette mesure "injuste, inutile et inefficace".

Tandis que, dans le privé, le salarié en arrêt maladie ne perçoit une indemnité qu'à partir du quatrième jour de maladie (trois jours de carence) mais voit sa perte de salaire souvent compensée par son employeur, à l'exception des petites PME ou encore des artisans, ce n'est pas le cas dans la fonction publique, où il n'y a pas de compensation financière.

   

 
197 commentaires - Jour de carence: Martinez demande d'"arrêter d'opposer les salariés"
  • il est normal que les fonctionnaires aient un jour de carence le prive en a trois

  • L e profil du parfait Cégétiste: la lutte des classes chérie par les coco ,il ne manque plus que PEPONE pour lui donner la réplique

  • Qu'il aille dans sa famille , en Corée du Nord ,là où le communisme régne !!!

  • Chronique d'un échec annoncé ! Ce président et sont gouvernement sont condamnés à l'échec (la bulle Macron va faire ''plof''). Pourquoi ? parce qu'ils reprennent les mêmes arguments éculés depuis des décennies par leurs prédécesseurs, et qui se sont avérés plus faux les uns que les autres et surtout inéficaces. Non, ce ne sont pas les fonctionnaires, éternels bouc-émissaires, qui creusent les déficits budgétaires d'année en année. Ce sont les niches fiscales (coût des augmentations salariales des fonctionnaires = 2 milliards (deux milliards) d'€ ; Niches fiscales qui profitent aux plus riches = 62 milliards d'€ (soixante deux). Mais ils n'y toucheront jamais puisqu'ils (ou leurs copains) en sont les premiers bénéficiaires. Quand au rétablissement du jour de carence, au nom de l'égalité sociale entre privé et fonction publique, c'est exactement l'inverse qui va se produire, puisque les entreprises compensent cette perte salariale (y compris dans certaines PME), alors que l'Etat qui est de fait le plus grand employeur de par le nombre de ses salariés fonctionnaire, ne le fera pas. Il est des décisions officielles qui frisent la lâcheté sociale !

    Il faut une vraie équité entre les travailleurs, c'est à dire un seul régime de retraite. Et il faut des fonctionnaires, mais pas n'importe où , la Poste ne sait plus quoi en faire.

  • Chronique d'un échec annoncé ! Ce président et sont gouvernement sont condammnés à l'échec (la bulle Macron va faire ''plof''. Pourquoi , gouver

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]