ISF, patrimoine, emprunts : Macron veut "rétablir la vérité"

ISF, patrimoine, emprunts : Macron veut
Emmanuel Macron s'est expliqué sur sa situation fiscale lundi soir sur Facebook. Ici le ministre de l'Économie à Paris, le 3 juin 2016.
A lire aussi

Orange avec AFP, publié le lundi 13 juin 2016 à 23h00

- Sur son compte Facebook, Emmanuel Macron est longuement revenu lundi soir sur les révélations du Canard Enchaîné et de Mediapart sur sa réévaluation de patrimoine. Il explique également n'avoir "aucun compte à rendre" à ceux qui lui reprochent d'avoir pu bien gagner sa vie lorsqu'il était banquier. -

Comme l'indique le titre de sa tribune, Emmanuel Macron veut "rétablir la vérité", même si "cela (le) conduit à révéler ce qui devrait rester privé".

"Ces derniers jours, certains médias se sont fait l'écho de commentaires concernant ma situation de contribuable", débute le ministre de l'Économie. "J'y ai d'abord répondu de manière lapidaire, préférant m'exprimer sur les sujets du ministère, et parce que ma situation fiscale est à la fois parfaitement régulière et à jour".

Le 31 mai dernier, Mediapart et Le Canard Enchaîné avaient révélé que le patrimoine du ministre et de sa femme allait être réévalué par le fisc. Selon les deux organes de presse, le couple aurait sous-évalué la valeur de leur patrimoine immobilier de 200.000 euros, ce qui leur fait franchir le seuil de l'impôt sur la fortune (ISF). En cause ? La valeur de la maison de son épouse au Touquet (Pas-de-Calais) sous estimé par un premier expert. Cette dernière a été estimée par l'administration à 1,4 million d'euros, au lieu des 1,2 million avancés par le ministre, qui a contracté un emprunt pour y réaliser des travaux.

"Je suis pour la transparence dans la vie publique, je suis pour le contrôle régulier et intransigeant de tous les dirigeants publics. Mais je ne suis pas pour la société du déballage. Je ne suis dupe de rien, sachez-le!", avait répondu fin mai le ministre, évoquant une volonté de le déstabiliser à un moment où il tente de renouveler la politique française avec son nouveau mouvement "En Marche".

"JE N'AI RIEN DISSIMULÉ AU FISC"

Emmanuel Macron le réaffirme ce lundi sur son compte Facebook : il n'a "évidemment jamais rien dissimulé à l'administration fiscale" et ajoute qu'il n'a "pas sous-évalué (son) patrimoine en vue d'échapper à l'ISF, ni organisé de dispositif fiscal pour échapper à cet impôt". La première évaluation de la maison de son épouse au Touquet (1,2 million d'euros) avait été faite par un expert, rappelle-t-il. Mais les services fiscaux ont eu en 2015 une autre évaluation (1,45 million d'euros).



"Compte tenu de mes fonctions, j'ai accepté cette évaluation administrative et j'ai renoncé à engager plus avant les discussions. Alors que j'estime être parfaitement dans mon droit, il n'était pas envisageable pour moi, comme ministre, d'entamer un dialogue plus long voire une action contentieuse contre l'administration", ajoute le ministre qui précise avoir réglé, le 18 septembre 2015, "4.174 euros au titre de l'ISF en 2013 et 2.264 euros pour 2014". "Il est donc faux de dire que j'ai fait l'objet d'une procédure de redressement fiscal, car c'est une régularisation que j'ai moi-même effectuée", ajoute-t-il, notant qu'"il est étonnant que près de 9 mois plus tard, c'es échanges (avec l'administration fiscale) aient été 'révélés' le même jour et au même moment par deux titres de presse différents".

TOUS SES EMPRUNTS ET INTÉRÊTS DÉVOILÉS À LA HAUTE AUTORITÉ

Emmanuel Macron revient également sur sa déclaration à la Haute autorité pour la transparence et la vie publique (HATVP) et explique avoir acheté un appartement à Paris, lorsqu'il "était fonctionnaire" en 2007. "Je l'ai financé en totalité avec des emprunts car je n'avais aucun apport personnel ou familial. J'ai donc emprunté une partie auprès du Crédit Mutuel, et auprès de mon témoin de mariage, Henry Hermand, une somme de 550.000 euros (prêt personnel à un taux de 3,5 %, déclaré à l'administration fiscale et contracté devant avocat)", assure-t-il. "Lorsque j'ai vendu en 2015 mon appartement parisien, j'ai remboursé intégralement mes emprunts et les intérêts courus, tant auprès du Crédit Mutuel que de mon ami". "Certains ont cru pouvoir écrire que j'avais dissimulé des intérêts dans une société. C'est faux", ajoute-t-il.

"Sur le terrain idéologique, certains me reprochent d'avoir pu bien gagner ma vie pendant quelques années", écrit-il. "Mais qu'ils sachent que je n'ai pas de compte à leur rendre : je suis certes né dans un environnement provincial favorisé, mais pas dans les milieux de la haute finance, de la haute administration ni de la haute politique. J'y suis parvenu par mon travail". Et l'ancien banquier d'affaires de Rothschild d'ajouter : "Ils pensent qu'avoir été banquier est une lettre écarlate infamante. Qu'ils sachent que ce que j'ai appris durant ces années me sert tous les jours dans ma fonction. Et qu'ils considèrent que j'ai fait le choix de diviser par dix mes revenus en 2012 pour servir mon pays et prendre mes responsabilités".

"La vie politique n'est pas une jungle où tout peut être dit pour salir, où le soupçon remplace la transparence et où les indispensables contre-pouvoirs deviennent un autre pouvoir lui-même intouchable", ajoute-t-il avant de conclure : "Comptez sur moi pour agir en conviction jusqu'au bout et prendre tous les risques mais sans rien céder à la démagogie du moment ni aux médiocrités de tout genre ; sans rien céder non plus sur l'idée que je me fais de la responsabilité d'un citoyen engagé"..

 
39 commentaires - ISF, patrimoine, emprunts : Macron veut "rétablir la vérité"
  • M. Macron est certainement bien plus honnête que beaucoup d'autres qui sont au pouvoir ou qui ont du pouvoir; ce qui est condamnable, c'est l'Etat qui nous vole tous les jours un peu plus; l'exemple de la fiscalité sur les héritages est particulièrement édifiant : vous vous endettez pour acheter ou faire construire une maison, ce faisant vous payez de la TVA, des frais de notaires, des intérêts d'emprunts etc...; vous entretenez la maison en faisant intervenir régulièrement des entreprises, donc vous alimenter l'activité du pays; et quand vous décédez, l'Etat vous taxe à nouveau au-delà d'une somme de 100 000 euros !
    C'est un VOL LEGAL, il n'y a qu'en France qu'on voit cela, merci les bobos de gauche !

  • C'est un gamin qui cherche à devenir président

  • aussi farceur,que les autres!!!!!!

  • Moi, moi, moi, ma petite personne a besoin de se justifier. Mais s'il avait payé comme les contribuables lambda, sa petite personne n'aurait pas besoin de se justifier...amen! Que de nombrilisme...on s'en fout complètement surtout avec tout ce qui se passe aujourd'hui. Travaille, déclare et paie ce que tu dois et arrete de gémir!

  • Mr Macron :un peu de pudeur et surtout moins d'arrogance !

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]