Hamon: gouvernement "doux à l'égard des marchés financiers"

Hamon: gouvernement

Benoit Hamon lançant son "Mouvement du 1er juillet", à Reuilly

A lire aussi

AFP, publié le dimanche 09 juillet 2017 à 16h14

Benoît Hamon, chef de file du mouvement du 1er juillet, a jugé dimanche le gouvernement "profondément conservateur", le trouvant "doux à l'égard des marchés financiers" et "dur vis-à-vis de millions de Français", comme avec la réforme du compte pénibilité ou du code du travail.

Croyant à la persistance d'un "clivage droite-gauche, selon que l'on voie le monde avec la volonté de maintenir en place les logiques libérales, ou de résister, d'aspirer à davantage d'égalité", l'ex-candidat socialiste à la présidentielle a considéré sur BFMTV que "l'actuel gouvernement est profondément conservateur, quelle que soit l'image que veut en donner le président de la République".

Aux yeux de M. Hamon, "les premiers actes posés par ce gouvernement sont très parlants", comme "l'abandon de la taxe sur les transactions financières au niveau européen qui aurait permis de financer le Fonds vert pour le climat" et de la "taxe sur les transactions financières au niveau français (intraday)", qui va provoquer un manque à gagner fiscal.

"Le gouvernement est doux à l'égard des marchés financiers. Et, dans le même temps, dans un même souffle, il est dur vis-à-vis de millions de Français. Il va supprimer quatre des dix critères du compte pénibilité, il va augmenter la CSG qui va peser principalement sur les retraités, il reporte l'annulation de la taxe d'habitation. Il y a aussi le retour du jour de carence pour les fonctionnaires, le gel du point d'indice, un déséquilibre profond dans cette politique", selon l'ancien ministre.

M. Hamon a aussi critiqué la nouvelle réforme du code du travail, par ordonnances. "Déjà la loi El Khomri va trop loin, on va encore plus loin sur les conditions de licenciement, la place du CDD par rapport au CDI, beaucoup trop loin sur les licenciements abusifs" avec la plafonnement des indemnités prud'homales, a-t-il jugé.

"Cela va évoluer sous la pression d'un certain nombre de grandes organisations patronales, grands lobbys libéraux qui plaident pour que le marché du travail soit plus déréglementé. Ni l'OCDE ni l'OIT ni la Banque mondiale ne disent que cette méthode est la bonne. Et on sait que, quand on dérèglemente le marché du travail, peut-être que le chômage baisse, mais au prix d'une augmentation de la pauvreté et de la précarité incroyable", a-t-il argumenté.

Interrogé sur une position paraissant moins batailleuse des syndicats, l'ex-candidat à l'Élysée a estimé que, "comme toujours en début de quinquennat, tous les syndicats cherchent à trouver leur point d'équilibre entre leur position et le nouveau pouvoir", mais aussi que les "syndicats, comme les partis politiques, sont affaiblis, souffrent d'un vrai déficit de légitimité".

ic/er

 
24 commentaires - Hamon: gouvernement "doux à l'égard des marchés financiers"
  • Mais monsieur Hamon, ce gouvernement si doux selon vous est dans la droite ligne des précédents !

  • trops de blablas incomprehensibles pour le peuple des mots complexes qui ne veulent rien dire sauf pour des menteurs patentés

  • Encore un qui n'a rien compris et il aurait voulu être président !

  • clivage de partis, prérogatives des uns et des autres, nous les français qui avons votés, qui avons des valeurs, qui avons su que le travail et la conscience professionnelle allaient de pair. Nous sommes plus nombreux qu"'il paraît à connaître le sens et le respect du travail bien fait, à n'avoir jamais tenu compte des heures passées. Le malheur c'est que tous ces politiquars n'ont jamais travaillé, que les chefs syndicalistes n'ont jamais fait que monter le travailleur contre le patronat. Ce n'est pas ça la vraie vie Messieurs. La pénibilité, demandez à vos grands pères paysans, s'ils savaient ce que cela voulait dire, allons il y a bien longtemps qu'on ne porte plus les les sacs de ciment sur les épaules sur les échafaudages, bien longtemps que les cheminots ne mettent plus le charbon dans la loco........ Si tous les citoyens acceptaient un peu plus de travailler avec conscience de leur chance tout irait mieux. Hélas on a trop donné sans retour et ça continuera....Messieurs et Mesdames du perron de la politique : respectez-nous, le peuple qui bosse, qui économise et qui ne compte pas ses heures ni sa fatigue Ne faites pas en sorte que les très riches ne payent pas ce qu'ils doivent, ni que ceux qui n'ont jamais su ce qu'était le mot travail touche plus que les retraités. Hamon et Macron et les autres qui ne pensez qu'à votre pognon La France est endettée surendettée, mais si les Présidents et leur gouvernement avaient su faire les bonnes économies on n'en serait pas là Regardez ce qu'Hollande a dépensé à l'Elysée t à la Lanterne, c'est trop facile car c'est toujours nous qui payons. Tous les ministres sont fautifs.

  • un chien ne mords jamais la main qui le nourri ; Hamon lui a eu pour objectif de tuer la main qui le nourri tout en voulant dépenser de l'argent qu'il n'a jamais eu.

    il faudrait depuis les resultats des élections faire passer les commentaires d'Hamon de la rubrique politique à la rubrique comique

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]