Fréjus : Manuel Valls apporte son "soutien total" à la secrétaire de section PS menacée de mort

Fréjus : Manuel Valls apporte son

Manuel Valls à Paris, le 15 juillet 2016

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le samedi 08 octobre 2016 à 13h05

Manuel Valls a exprimé son "soutien total" à Insaf Rezagui, secrétaire de section PS de Fréjus et aspirante candidate à la 5e circonscription législative du Var. Le Premier ministre a dénonçé des "menaces infâmes venues de la fachosphère", dans un tweet publié samedi 8 octobre dans la matinée. "Soutien total à @InsafRez, victime de menaces infâmes venues de la fachosphère. La République s'indigne de cette dérive de l'extrême droite", a écrit le patron de Matignon sur son compte Twitter officiel.

Des messages "haineux, violents et menaçant" Insaf Rezagui de mort et de viol ont déclenché l'ouverture d'une enquête préliminaire pour localiser et entendre leur auteur, a indiqué la veille le procureur de Draguignan, Ivan Auriel.

Âgée de 21 ans, l'étudiante en droit international, qui aimerait représenter le parti socialiste aux prochaines élections législatives dans la circonscription tenue par le maire LR de Saint-Raphaël Georges Ginesta, a estimé que les messages d'intimidation faisaient suite à un récent communiqué de sa part critiquant le coût du projet de participation de la mairie de Roquebrune-sur-Argens à un salon du tourisme au Canada.

Dans une tribune publiée vendredi 7 octobre sur le site du Parti socialiste, elle souligne à quel points ces attaques, qu'elle reçoit "régulièrement" depuis qu'elle est "dans l'opposition à Fréjus", sont blessantes et "à l'opposé de nos valeurs républicaines". Elle assure cependant qu'elle continuera son "combat pour faire reculer l'extrême droite et la haine".

 
49 commentaires - Fréjus : Manuel Valls apporte son "soutien total" à la secrétaire de section PS menacée de mort
  • il y a des écrivains sur le site mais rassurez vous le front national ne reculera pas je ne suis pas de ce parti je suis d'extrême
    droite mais je vote pour eux sans honte quand dans un pays il y a manger pour deux on ne peux pas nourrir dix personnes

  • J'en connais d'autres qui mettent leurs menaces à exécution avec des cocktail molotof.

  • Pendant près de quarante ans, sous la férule de Jean-Marie Le Pen, le Front national (FN) s’est satisfait de choquer les consciences et d’affoler la République, le temps des élections présidentielles. Depuis bientôt quatre ans, sous la présidence de Marine Le Pen, son ambition est tout autre : conquérir le pouvoir et mettre en œuvre son projet. Il s’en donne les moyens, s’implante, se renforce. Aux européennes de 2014, puis aux départementales du printemps, un électeur sur quatre a voté pour ses candidats. Aux régionales des 6 et 13 décembre, il espère améliorer ce score, l’emporter ici ou là, avec la présidentielle de 2017 en ligne de mire.
    Il faut donc prendre le parti d’extrême droite au sérieux. A tous ceux qui, exaspérés par les échecs ou les impuissances des partis au pouvoir depuis des décennies, entendent le soutenir pour mieux exprimer leur défiance ou leur colère, il faut redire que ce parti constitue une grave menace pour le pays. Son idéologie, ses propositions sont contraires aux valeurs républicaines, à l’intérêt national et à l’image de la France dans le monde.
    Qu’en est-il de la fraternité quand le FN propose le rétablissement de la peine de mort, au mépris de la Constitution ?
    Les valeurs républicaines ? Avec un cynisme consommé, la présidente du FN les revendique désormais. Mais que reste-t-il de l’égalité quand la « priorité nationale », fondée sur une discrimination ethnique généralisée à l’emploi, au logement et aux prestations sociales, reste au cœur du projet lepéniste ? Ou quand l’immigration est dénoncée comme la cause de tous nos maux et l’immigré désigné comme le bouc émissaire ?
    Qu’en est-il de la fraternité quand le FN propose le rétablissement de la peine de mort, au mépris de la Constitution ? Ou quand sa présidente saisit le prétexte des attentats terroristes du 13 novembre pour réclamer la suspension immédiate des procédures d’asile des réfugiés, au mépris d’un droit universel et d’une tradition qui honorent la France ? Que devient la laïcité quand, brandie contre le fondamentalisme islamique, elle vise, en réalité, à jeter le soupçon sur l’ensemble de la communauté musulmane de France ? La liberté, enfin : la réaction de Mme Le Pen à l’appel récent de La Voix du Nord contre le FN dit assez quelle conception elle en a, agressive et intolérante.
    Un programme économique illusoire
    L’intérêt national n’est pas moins menacé par le programme économique de l’extrême droite. Certes, le FN s’emploie depuis peu à gommer ses propositions les plus dissuasives. Mais son projet reste bâti sur trois illusions aussi simplistes que dangereuses. La première est de croire que la sortie de l’euro et le rétablissement du franc, qui restent l’objectif central, doperaient, sans risque, l’économie nationale. C’est oublier que la dévaluation de la monnaie se solde toujours par un appauvrissement : l’explosion de la dette publique serait immédiate et catastrophique. La deuxième illusion est de prétendre que la France pourrait retrouver une croissance vigoureuse et une industrie florissante grâce au protectionnisme et à une quasi-autarcie. C’est oublier que nous faisons plus de la moitié de notre commerce extérieur avec la zone euro et que nos partenaires ne manqueraient pas de riposter durement.
    Enfin, le Front national promet de raser gratis : augmentation des bas salaires, revalorisation des retraites et rétablissement de la retraite à 60 ans, baisse des tarifs du gaz, de l’électricité, du train et des prix de l’essence… Non seulement ces mesures grèveraient lourdement les finances publiques, mais elles relèvent d’un étatisme d’un autre âge et ruineraient une compétitivité convalescente.
    Quant à l’image de la France dans le monde, elle s’effondrerait aussi vite que son économie si, d’aventure, Mme Le Pen arrivait à ses fins. Ce serait celle d’un pays retranché derrière ses frontières, obsédé de sa pureté ethnique, portant la responsabilité du démantèlement de l’Union européenne, enfermé dans l’impasse d’un nationalisme étriqué et hargneux. Bref, un pays déconsidéré, tournant le dos à son histoire, autant qu’à son avenir.
    Le parti de Mme Le Pen se prétend « national ». Elle-même se targue d’incarner « l’esprit de la France ». C’est, en tous points, une imposture. L’audience croissante du FN témoigne, certes, de l’efficacité de sa recette : attiser les peurs des Français pour mieux leur vendre ses mirages. Or, la peur, dans ce pays, a toujours conduit à des catastrophes. Puissent les électeurs en prendre CONCIENCE

    avatar
    memoire_solide  (privé) -

    Relisez Rabelais: science sans conscience n'est que ruine de l'âme. Pour l'Ue, ruine des peuples.
    Vous avez la science peut-être mais pas la CONSCIENCE de la situation. Ah les illusions!

    Courageux privé
    Blablabla sans blablabla n'est que blablabla...
    Rabelais est mort en 1553. Au lieu de vivre dans le passé, regardez l'avenir....

    avatar
    memoire_solide  (privé) -

    La constance et la justesse dans l'analyse sont l'apanage des cultivés et des modestes.

  • Les gars de la Marine ont encore tiré une bordée....

    avatar
    memoire_solide  (privé) -

    Ils arrosaient votre futur sabordage; chacun son plaisir. Sortez vos mouchoirs, Sopalin et kleenex font des promotions.

    Gardez en un stock, on ne sait jamais.
    Peut être que vous en aurez besoin pour pleurer vos héros déchus ou battus.

  • Les menaces de mort sérieuses, ne viennent pas de ces quelques abrutis sur le net, mais ça permet à notre premier ministre de faire un peu de cinéma, c'est toujours bon pour la communication. En fait on est en train d'assister à la fin des démocraties molles, car au lieu d'être sévère mais juste, les politiques préfèrent l'enfumage et " pas de vague".

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]