Fermetures de centrales nucléaires: "A moyen terme, bien sûr", promet Philippe

Fermetures de centrales nucléaires:

Le Premier ministre Edouard Philippe à Paris, le 11 juillet 2017

A lire aussi

AFP, publié le mercredi 12 juillet 2017 à 08h34

Des fermetures de centrales nucléaires auront "bien sûr" lieu en France "à moyen terme", estime le Premier ministre Edouard Philippe, tout en appelant, dans une interview aux Echos à paraître mercredi, à "la prudence" sur un dossier dont le calendrier est loin d'être fixé.

Après le coup de tonnerre déclenché lundi par les déclarations du ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot qui a envisagé publiquement le chiffre de 17 fermetures de réacteurs sur les 58 que compte le pays, le Premier ministre a rappelé les grands objectifs et les contraintes du gouvernement en matière énergétique.

"Sur le fond, l'objectif de baisser la part du nucléaire dans la production d'électricité est un objectif formulé par le président pendant la campagne sur lequel il n'y a pas à discuter", souligne M. Philippe, qui fut directeur des affaires publiques du groupe nucléaire Areva de 2007 à 2010.

"L'idée n'est pas de rompre avec le nucléaire mais d'arriver à un mix énergétique plus équilibré", précise-t-il en soulignant que le gouvernement devra attendre l'avis de l'Autorité de sûreté nucléaire "fin 2018-début 2019" sur "toute une série de renouvellements d'autorisation" avant de se prononcer. "Nous devons aussi engager les discussions avec les acteurs de la filière, à commencer par EDF", ajoute-t-il.

"Si l'on veut respecter l'objectif de 50% de la part du nucléaire dans le mix électrique français, des centrales fermeront, mais je ne peux pas vous dire lesquelles", ajoute le Premier ministre. "Il faut être prudent: cette décision devra tenir compte non seulement d'éléments techniques sur les centrales, mais aussi du niveau attendu de la consommation énergétique ou du développement des autres modes d'électricité".

A titre d'exemple, l'ancien maire du Havre évoque "l'offshore éolien", qu'il dit regarder "avec beaucoup d'intérêt". "Mais rien de concret n'en est encore sorti", ajoute-t-il.

L'évocation de la fermeture de 17 réacteurs a provoqué la stupéfaction et la condamnation des syndicats de l'énergie, la CGT estimant que Nicolas Hulot prend "les Français pour des gogos". La CFE-CGC a parlé "d'hérésie" tandis que l'association Sortir du Nucléaire se félicitait d'une "annonce intéressante".

La loi sur la transition énergétique prévoit de réduire la part de l'atome dans la production d'électricité de 75% à 50% à l'horizon 2025.

im/sl/fm

 
139 commentaires - Fermetures de centrales nucléaires: "A moyen terme, bien sûr", promet Philippe
  • En campagne on lance de belles promesses.
    Une fois élu on nomme des utopistes mais populaires, qui font des annonces irréalistes.
    Puis le patron de l'exécutif calme tout ce petit monde. On met de l'eau dans son vin.
    Et les électeurs s'apperçoivent au réveil, que les cadeaux, au pied du sapin de Noël sont moins beaux que ceux qu'on leur avait promis.
    Ce n'est pas grave on est élu pour cinq ans et on espère que les électeurs vont oublier.
    E. Macron a une ''pensée complexe''.
    Mais plus çà change et plus c'est la même chose!!!

  • On veut d'un côté développer le parc de voitures électriques, et de l'autre arrêter le nucléaire. L'équation va être difficile. Quelqu'un a fait le calcul des besoins ?

  • le jour ou l'on fermera les centrales il restera juste à trouver un ministre qui expliquera aux français que le prix de l'électricité déjà hors de prix sera multiplié par 2 où 3 , c'est drôle les écolos toujours des idées et des trouvaille pour les bobos friqués où des propositions tellement cheres quelles ne verrons jamais le jour , d'ailleurs ses 3 dernières décennies quel gouvernement c'est soucié des écolos ?

    Sauvageon  (privé) -

    Le prix de l'électricité en France est un des moins chers d'Europe à l'achat pour les particuliers.

    Cela ne veut d'ailleurs pas dire que le prix à la production est le moins cher.
    Car si le prix en France est bas pour l'achat du KWh c'est grâce au fait que les contribuables payent depuis toujours le prix de la construction des centrales électriques, qu'elles soient nucléaires, hydrauliques, thermiques, éoliennes, solaires.

    Dans le nucléaire, si vous ajoutez ce que le contribuable paye pour la construction d'une centrale, son exploitation, et demain ce qu'il faudra payer pour leur démantèlement (qui quoi que l'on fasse adviendra) + le prix du traitement des tonnes de déchets nucléaires produits, vous vous apercevrez finalement que le nucléaire est loin d'être aussi compétitif que cela.

    Autre chose, le prix d'une éventuelle catastrophe, de type Tchernobyl ou Fukushima, en France représenterait des milliards, sans compter le coût humain et le coût à long terme de l'abandon de milliers ou millions d'hectare de terrains suite à la contamination radioactive.

    Encore autre chose, le comité d'entreprise d'EDF est le mieux lotie de toutes les entreprises Françaises. Son budget, 407 millions d'euros, correspond à 1% du chiffre d'affaire d'EDF.

    Concernant le minerais d'uranium nécessaire pour le fonctionnement des centrales... : Tout est importé, principalement du Niger, Canada, Australie, Kazakhstan. De plus c'est une ressource non renouvelable qui finira comme toutes les autres par s'épuiser.

    Alors dire que le nucléaire c'est pas cher, ça ne pollue pas, c'est pas dangereux, ça garantie l'indépendance énergétique de la France, c'est durable etc... !?

  • Résumons : plus de centrales, mais plus d'éoliennes : ne se recyclent pas; photovoltaïques : ne se recyclent pas... etc Quelle est cette écologie d'opérette avec des ministres incompétents (mr Hulot aucune formation en écologie, ni faune et en flore) moi qui était dans la restauration je peux être ministre aussi du travail, je crois que je ne ferai pas pire en ce qui concerne la pénibilité. Voilà, maintenant il y est il y reste

    Sauvageon  (privé) -

    Où avez vous vu que ni les éoliennes, ni les panneaux photovoltaïques ne se recyclaient pas ?
    Cherchez bien et vous trouverez vôtre erreur (peut être volontairement entretenue).

    Mais à part cela, où en est le "recyclage" des centrales nucléaires et des tonnes de déchets radioactifs qui s'accumulent depuis des décennies. Déchets dont nous ne savons que faire au point de les refiler à nos enfants, petits-enfants, arrières petits-enfants... pour les siècles à venir ?

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]