"En Marche !" : Emmanuel Macron agace dans son camp et au-delà

"En Marche !" :  Emmanuel Macron agace dans son camp et au-delà

Emmanuel Macron en meeting à Paris, le 12 juillet 2016.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le mercredi 13 juillet 2016 à 11h45

- Le premier meeting du mouvement politique d'Emmanuel Macron fait des remous au sein de la majorité et au-delà. Alors que mardi déjà, Manuel Valls avait sèchement averti son ministre, de nombreuses personnalités politiques ont réagit mercredi 13 juillet.

-

La maire de Paris, Anne Hidalgo s'est livrée à une charge en règle contre le ministre de l'Économie, mettant en cause sa loyauté et sa sincérité. "Je suis quand même un peu étonnée, si vous voulez... Quelqu'un qui se présente comme 'antisystème', qui a été un énarque, qui vient d'une banque d'affaires (...). Je suis un peu surprise qu'un personnage en plus sans trop de loyauté vis-à-vis de ceux qui l'ont aidé... Bon", a-t-elle déclaré sur France Inter. Elle s'est également interrogée sur l'apparition régulière, dans le système médiatico-politique français, de personnalités qui se revendiquent hors-système.


"La première des responsabilités de toute femme et homme politique, c'est quand même de respecter ce pour quoi il a été ou élu ou désigné", a-t-elle poursuivi, espérant qu'Emmanuel Macron "s'occupe un peu mieux d'économie qu'il ne le fait aujourd'hui".

La ministre du Logement Emmanuel Cosse a également raillé les prétentions "anti-système" de son collègue. "J'ai trouvé un peu faciles les critiques anti-système, quand on est totalement du système", a-t-elle affirmé sur France Info. "Je vois qu'il attire des gens qui sont un peu éloignés de la politique", a-t-elle toutefois estimé, pour compléter son propos. "Je pense que ce qu'on attend de nous, c'est qu'on participe au débat politique. Notre rôle est aussi de défendre cette gauche qui est au pouvoir, et qui je l'espère, restera au pouvoir", a-t-elle affirmé.


Emmanuel Macron a agacé un autre de ses collègues, en la personne du ministre de la Justice, Jean-Jacques Urvoas. "Quand j'entends le ministre Macron parler, je pense à cette chanson d'Alain Souchon : 'On avance on avance, on n'a pas assez d'essence pour faire la route dans l'autre sens'", a-t-il déclaré sur RTL avant de conclure : "Quand on est ministre, on parle au présent, on agit, on ne pense pas au futur".

MANUEL VALLS DOIT "S'HABITUER"

Dans les rangs de l'opposition aussi, une pointe d'agacement se fait sentir. l'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin s'est ainsi interrogé le flou entretenu par Emmanuel Macron. "Qu'est-ce que ça veut dire ? C'est un peu ambigu. On ne sait pas très bien s'il est candidat ou pas", s'est-il interrogé sur RTL, après la déclaration ambiguë d'Emmanuel Macron sur 2017. Il reconnaît cependant que le ministre de l'Économie "dit des choses intéressantes", mais attend toujours l'action d'Emmanuel Macron sur des dossiers sensibles comme EDF ou Areva. Jean-Pierre Raffarin a par ailleurs fait un parallèle entre la situation actuelle et l'époque où Nicolas Sarkozy affichait son ambition de se présenter à la présidentielle, tout en étant ministre. Il conseille donc à Manuel Valls de "s'habituer" aux ambitions de son ministre.

Emmanuel Macron a mis le cap mardi soir sur la présidentielle de l'an prochain, en appelant ses partisans à porter son mouvement "jusqu'à 2017 et jusqu'à la victoire", sans toutefois annoncer officiellement sa candidature. "À partir de ce soir, nous devons être ce que nous sommes, c'est-à-dire le mouvement de l'espoir", a martelé à Paris le trublion du gouvernement socialiste, devant quelque 3.000 militants de son mouvement "En Marche !", créé en avril. Son initiative a eu le don d'agacer Manuel Valls. "Il est temps que tout cela s'arrête", a lâché le chef du gouvernement mardi à un journaliste qui lui demandait "si un de ses ministres pouvait tenir un meeting politique".
 
44 commentaires - "En Marche !" : Emmanuel Macron agace dans son camp et au-delà
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]