Édouard Philippe face aux lecteurs : "Le prélèvement à la source repoussé à 2019"

Édouard Philippe face aux lecteurs : "Le prélèvement à la source repoussé à 2019"©Capture vidéo
A lire aussi

Source Le Parisien, publié le mardi 06 juin 2017 à 22h23

Il devait être mis en place dès le 1er janvier prochain. Mais on savait le gouvernement d'Emmanuel Macron peu enclin à se lancer immédiatement dans ce chantier d'une grande complexité, décidé et voté sous le précédent quinquennat.

Finalement, le prélèvement à la source sera reporté d'un an, nous a révélé ce mardi le Premier ministre Edouard Philippe lors d'un entretien exclusif face aux lecteurs du parisien-Aujourd'hui en France. Interrogé par l'un de nos lecteurs, Daniel Sisso, sur la mise en oeuvre du prélèvement à la source, le chef du gouvernement a confirmé le report de cette réforme.



"C'est une bonne réforme car elle permet d'ajuster en temps réel la perception de l'impôt à l'évolution de vos revenus. Mais nous allons décaler sa mise en œuvre au 1er janvier 2019. Pour une raison simple : de juillet à septembre, nous allons tester le dispositif dans des entreprises volontaires et réaliser un audit. S'agissant de l'argent des Français et des recettes de l'Etat, je ne veux pas m'engager dans cette réforme sans avoir la certitude que, techniquement, tout se passera bien. On va utiliser l'année qui vient pour garantir que le dispositif sera opérationnel et simple pour les employeurs et notamment pour les petites entreprises".
 
214 commentaires - Édouard Philippe face aux lecteurs : "Le prélèvement à la source repoussé à 2019"
  • perso je fais partie des retraités qui ont toujours bossé et vont se voir une fois de plus enfumés avec la csg, merci aux électeurs et à macron!!!

    vous savez bien que le mérite ça n'existe plus
    y a tellement de dépenses en france(assisités,migrants etc)

  • Trés bien le prélevement a la source.
    mAIS IL FAUT AUSSI PENSé aux retraités qui voient leurs revenue baissé ,car augmentation de la csg, va diminuer leurs retrate et leurs nivaux de consomation

  • ça a le mérite d'être clair. A faire dégager au plus vite.

  • Avant que parlez de règles d'imposition, il faudrait mieux faire le ménage dans notre économie. Et si on s'attaquait réellement aux fraudeurs ? Sur de nombreux sites, beaucoup d'argent "au black" qui circule... sans qu'aucun impôts ou cotisations sociales ne soient générés... Je ne parle de la vente ou de la location d'un bien ou de matériel tout à fait occasionnellement. On parle surtout de ces pseudos "particuliers" qui vendent des centaines ou des milliers articles neufs (achetés où ?) sans être déclarés professionnels, qui exercent véritablement une activité d'achat-vente sans les contraintes du professionnel. Il y a aussi ces "collectionneurs" qui revendent leur collection depuis plus de dix ans sur des bourses, les sommes pouvant dépasser la dizaine de milliers d'euros notamment pour les numismates... Ou également les loueurs "particuliers" qui louent plusieurs appartements via les sites d'économie "solidaire" au détriment de l'hôtellerie professionnelle qui elle paie "plein pot" comme tous les professionnels qui sont constamment étouffés par les normes administratives, la paperasse, les contrôles, les charges - l'administration s'en donne à cœur joie avec eux car ils sont clairement identifiés... tandis que les autres... Que font les agents du fisc, du RSI ou de l'URSAFF ? Rémunérés par les professionnels qui respectent les règles, effectuent-ils des contrôles (c'est une facilité déconcertante d'identifier les pseudos particuliers sur les 5 principaux sites de vente en ligne notamment). Peut-être que ce gouvernement prendra le problème à bras le corps... ou pas.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]