Débat pour la présidentielle: les retraites divisent les candidats

Chargement en cours
 Francois Fillon serre la main de Benoît Hamon avant le débat avec les autres candidats à la présidentielle: Emmanuel Macron, Jean-Luc Melenchon et Marine Le Pen, le 20 mars à Aubervilliers

Francois Fillon serre la main de Benoît Hamon avant le débat avec les autres candidats à la présidentielle: Emmanuel Macron, Jean-Luc Melenchon et Marine Le Pen, le 20 mars à Aubervilliers

1/2
© AFP, Patrick KOVARIK, POOL
A lire aussi

AFP, publié le mardi 21 mars 2017 à 02h28

Présidentielle: Le sujet des retraites a marqué des divergences entre les cinq candidats du débat télévisé

Le sujet des retraites a marqué des divergences entre les cinq candidats du débat télévisé lundi, François Fillon comparant le programme de Marine Le Pen à "la gauche en 1981" sur ce point, Jean-Luc Mélenchon voulant revenir au départ à 60 ans.

A la candidate du FN qui venait d'affirmer qu'il fallait recréer du travail "et pas demander en permanence aux Français des sacrifices" via les retraites, le candidat de la droite a jugé que sur ce sujet "le programme de Mme Le Pen, c'est le programme commun de la gauche en 1981", lors du débat télévisé sur TF1 et LCI.

"La gauche n'a jamais soutenu une seule des réforme des retraites qui permettent aujourd'hui (...) au gouvernement de plastronner en disant que l'équilibre des régimes est atteint", a grincé l'ancien Premier ministre et député LR, plaidant pour un "passage progressif à 65 ans" qui permettrait, selon lui, d'"augmenter les petites retraites et faire à la fin une réforme structurelle".

L'âge légal de départ a été relevé de 60 à 62 ans à partir de la génération née en 1955 par la réforme des retraites de 2010. Pour bénéficier d'une retraite à taux plein, il faut avoir atteint l'âge légal mais aussi avoir cotisé suffisamment (166 trimestres, soit 41,5 ans pour la génération 1955). 

Le candidat d'En Marche! Emmanuel Macron a ensuite estimé ce que proposait M. Fillon reviendrait à "faire des économies sur celles et ceux qui vont partir à la retraite", des économies sur "le dos des Français". 

"Je ne propose pas de faire la énième réforme qui consiste à repousser l'âge de départ", a affirmé cet ancien ministre de l'Economie, vantant "une réforme en profondeur" en gardant un système par répartition, "où un euro cotisé donne droit aux mêmes droits pour tout le monde, quelle que soit votre catégorie".

Un contexte dans lequel "on pourra prendre en compte la pénibilité", qui "va progressivement monter en charge", pour être effectif "d'ici à 10 ans", a-t-il aussi promis. 

Le socialiste Benoît Hamon a défendu la possibilité de "partir plus tôt" pour ceux ayant connu un métier pénible mais aussi sa proposition consistant à pouvoir transférer des trimestres à son conjoint pour avoir plus rapidement une retraite à taux plein.

Quant à Jean-Luc Mélenchon, il a plaidé pour revenir à la retraite à 60 ans et aux 40 annuités, jugeant "incroyable qu'on soit revenu au niveau où on en était quand elles (les retraites) ont été créées en 1910". Pour cela, "il faut et il suffit que les femmes soient payées comme les hommes et, à partir de là, les cotisations sociales auxquelles ça donnerait lieu équilibreraient le régime", selon le candidat de La France insoumise.

 
13 commentaires - Débat pour la présidentielle: les retraites divisent les candidats
  • Piteux débat, et pour cause, les candidats les plus intéressants n'y étaient pas conviés.

  • Fillon a raison. Quand à Macron, son premier effort pour les retraités est de les taxer un peu en augmentant la CSG. C'est une façon de faire des économies!!! va-t-il appliquer "sa réforme" aux parlementaires ? De plus, il a décidé de ne la mettre en application que dans 10 ans. C'est dire qu'il n'est vraiment pas sûr que ça marche. Encore une idée en l'air. Il préfère que ce soit un autre élu qui la mette en pratique!!!!

  • est ce que mr macron appliquera son systeme aux retraites des parlementaires ?un euro cotise donne le meme droit a tout le monde quelle que soit votre categorie sous resrve d'avoir cotise 66 trimestres ce qui n'est le cas que de quelques parlementaires

  • C'est F Fillon qui a raison :a quoi servirait une retraite à 60 ans,si c'est une pension de créve-la -faim.il faut commencer par aligner tout le monde sur la durée:fini les priviléges des régimes spéciaux.

  • Tous les retraités dont je fais parti , nous devons réfléchir sérieusement.
    N oublions pas que Macron veut augmenter à vitesse grand V la CSG en ce qui nous concerne. C est dans son programme;
    FIlion lui en a parlé mais je n ai rien lu dans son programme
    M Le Pen rien non plus
    Hamon je parle je parle , et c est tout. J avance et je recule . rien sur la CSG
    Mélanchon rien la dessus non plus

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]