Conférence des territoires: Larcher demande "du concret et un vrai programme de travail"

Conférence des territoires: Larcher demande

Le président LR du Sénat Gérard Larcher, le 8 mai 2017 à Paris

A lire aussi

AFP, publié le dimanche 16 juillet 2017 à 08h19

Le président LR du Sénat Gérard Larcher demande au chef de l'Etat d'être "concret" et le met en garde contre "la technostructure parisienne", à la veille de la conférence des territoires, dans un entretien au Journal du Dimanche.

"Cette conférence doit définir une méthode, pour aboutir à des conclusions d'ici à la fin de l'année. Que les choses soient claires : nous ne sommes pas qu'un lieu d'accueil !", prévient Gérard Larcher.

Et le président du Sénat d'assurer: "On ne laissera rien passer qui ne soit pas calculé, prévu. C'est un sujet majeur pour moi (...) Je demande à Emmanuel Macron d'être concret (...) Il nous faut maintenant un vrai programme de travail, qui nous permette de donner stabilité et prévisibilité aux collectivités territoriales. Tout ne doit pas être décidé par la technostructure parisienne. Il faut changer de méthode".

"Un dialogue va s'amorcer entre l'exécutif, les trois grandes associations d'élus - communes, départements et Régions - et le Parlement, en particulier le Sénat" explique-t-il avant d'implorer: "De grâce, ne recommençons pas le big bang en matière d'organisation territoriale. Donnons de la stabilité aux collectivités territoriales. Ne cassons pas tout".

Et Gérard Larcher d'affirmer: "Il est capital que nous retrouvions la confiance entre l'État, les collectivités et le Parlement". 

Sur le projet de suppression de la taxe d'habitation pour 80 % des Français, Gérard Larcher  "en souligne les risques". "Les pauvres seront un petit peu moins pauvres mais la classe moyenne, le ciment qui permet de tenir encore, va être percutée. Il y a un risque démocratique, et je pèse mes mots (...) La commune, c'est ce qui tient encore le pays aujourd'hui. Ce n'est donc pas qu'une affaire financière", souligne-t-il.

Concernant le sévère recadrage du chef d'Etat-major des armées, le général Pierre de Villiers, après ses réserves sur les économies demandées à la défense par le président Emmanuel Macron, Gérard Larcher relève qu'"on ne peut en demander toujours plus" aux militaires "et envisager de leur en donner moins". "Un tel désengagement contredit les besoins indispensables des forces armées que le Sénat vient de rappeler", observe-t-il.

La réforme de la taxe d'habitation et la réduction des dépenses publiques seront au coeur de la première Conférence nationale des territoires de l'ère Macron, qui se tiendra lundi au Sénat.

Annoncé par Emmanuel Macron durant la campagne, ce rendez-vous semestriel doit déboucher sur un "pacte" entre l'Etat et les collectivités, pour définir notamment les objectifs de maîtrise et de réduction des dépenses.  

bd/laf

 
43 commentaires - Conférence des territoires: Larcher demande "du concret et un vrai programme de travail"
  • Le matin mais pas aprés le Déjeuner et pour cause????ZZZZZZZZZZZZZ

  • Et d'autre part lorsqu'une personne est élue et est soit à la retraite soit en âge de la percevoir pas plus d'un S M I C par mois et défraiement de l'activité ainsi nos "chers" anciens présidents de la République n'ont plus aucun droit d'avoir véhicule,personnel,voyage et autres avantages payés par le pays seulement leur retraite !

  • Le Président Larcher est un sage qui a bien compris tout ce qui actuellement est bloqué . S'il n'est pas écouté , une grave crise tant sociale que politique voire de confiance peut rapidement éclater .
    Ses propos méritent d'être écoutés et appliqués ; qu'en sera t'il avec la nouvelle majorité essentiellement composée de néophytes ?

  • Hé Gérard démitionne ma télé n'est pas assez large et comme je n'ai pas une paye de sénateur moi .
    de toutes façon le sénat doit disparaître ça ne sert à rien ; toi tu gagne plus de 15 000 E /MOIS; moi c'est 1300
    alors par respect pour les pauvres gens dégage.

  • Je continu : Ce qui explique aujourd'hui que les fruits et les legumes sont si cheres il faut payè maintenant .

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]