Code du travail: Martinez "tend la main" à Mailly et Berger

Code du travail: Martinez "tend la main" à Mailly et Berger

Philippe Martinez (d), numéro un de la CGT avec ses homologues Laurent Berger de la CFDT (g) et Jean-Claude Mailly de FO (c), le 29 septembre 2015 à Paris

A lire aussi

AFP, publié le jeudi 21 septembre 2017 à 11h42

Philippe Martinez, numéro un de la CGT, a "tendu la main" jeudi, au matin d'une deuxième journée d'action contre la réforme du travail, à ses homologues Laurent Berger (CFDT) et Jean-Claude Mailly (FO), pour construire une "mobilisation unitaire".

M. Martinez a dit sur LCI "regretter" l'absence des deux leaders syndicaux, alors même qu'ils s'opposent eux-aussi aux ordonnances réformant le Code du travail, faisant néanmoins remarquer que certains de leurs militants sont, eux, aux côtés de la CGT "dans les cortèges".

"Mais je ne désespère pas et c'est pour ça que je pense qu'il faut que nous nous rencontrions rapidement pour envisager des formes de mobilisation unitaire", a-t-il poursuivi.

"On leur tend la main, si on peut dire, pour qu'on se rencontre rapidement et qu'on envisage ensemble une riposte", a-t-il insisté, faisant valoir que "personne, aucun syndicat en France, n'a dit que ces ordonnances allaient dans le bon sens".

Selon lui, "quand le monde syndical, quand les salariés sont divisés, c'est en général toujours le patronat qui gagne".

Interrogée par l'AFP, la CFDT a dit "ne pas avoir reçu d'invitation" formelle de la CGT et que donc il n'y avait "pas de réponse à donner".

FO a de son côté répondu que la question des actions à mener contre la réforme serait examinée les 28 et 29 septembre lors du Comité confédéral national, sorte de "Parlement" du syndicat. D'ici là, une éventuelle rencontre avec les autres organisations syndicales "ne sert à rien".

La CFE-CGC a assuré ne pas avoir "de réponse immédiate" à l'invitation de la CGT.

La CGT organise ce jeudi avec Solidaires une deuxième journée d'action contre les ordonnances, après une première le 12 septembre, qui a rassemblé entre 223.000 (police) et 500.000 (CGT) personnes dans toute la France.

"Il y avait plus de manifestants et beaucoup plus d'arrêts de travail dans les entreprises que pour la première mobilisation le 9 mars 2016 contre la loi El Khomri, donc c'est un bon début", a de nouveau estimé Philippe Martinez, pour qui "ce qui compte aujourd'hui et dans les jours et les semaines qui viennent, c'est que la mobilisation se renforce".

"Il faut que les salariés interviennent et que les citoyens interviennent, c'est ça la démocratie dont ne parle pas M. Macron", a-t-il déclaré, en réponse au président qui a dit mardi depuis New York que "la démocratie, ce n'est pas la rue".

 
53 commentaires - Code du travail: Martinez "tend la main" à Mailly et Berger
  • avatar
    tazounet  (privé) -

    Il est pas beau notre Dupond!!!

  • Le monde syndical français n'est pas divise il est obsolète. Comme le parti communiste français,la CGT est un dynosaure de notre vie politique.

  • La mobilisation syndicale est indispensable pour combattre la casse sociale prévue par ce gouvernement !!!

    discour typique de quelqu'un qui n'a pas lu la loi et qui répète uniquement ce qu'il a entendu à la télévision

  • La CGT veut être le leadership de la contestation des ouvriers dans la rue, comme MELENCHON pour la politique de gauche.
    Les autres tendances doivent s'y plier au risque d'être des traitres au service du Patronat. Sans doute une autre soit disant forme de démocratie qui veut démolir une économie nationale. Tant pis pour ceux qui veulent travailler, le droit de grève passe par dessus l'intérêt général.

  • A bidule2004 Vous prétendez qu'en France on peut compter 92% de non-syndiqués et vous avez très certainement raison. D'année en année, les syndicats s'affaiblissent pour le plus grand plaisir du gouvernement et du grand patronat (je dis bien GRAND patronat). A vous bidule2004 qui voulez "dézinguer" et "détruire" les syndicats (je reprends vos termes) je donne le conseil suivant: intéressez vous à l'histoire du syndicalisme en France et dans d'autres pays du monde ainsi, vous prendrez une bonne leçon d'histoire et cela vous évitera à l'avenir de sortir des inepties!! Cordialement tout de même

    ce qu'il faut détruire, ce n'est pas le système syndical mais bien ceux qui prétendent être les représentant des salariés. Les syndicats actuels ne font rien à part se plaindre dès que l'on veut réformer, cachant certaines informations qui pourraient intéresser les salariés et jouant sur les peurs. Les syndicats ne défendent plus, ils se contentent de garder leurs privilèges.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]