Cambadélis: "Recul sans précédent de la gauche" et du PS

Chargement en cours
 Le vote PS

Le vote PS

1/2
© AFP
A lire aussi

AFP, publié le dimanche 11 juin 2017 à 21h54

Le 1er tour des législatives est "marqué par le recul sans précédent de la gauche dans son ensemble et notamment du PS", a reconnu dimanche le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis.

"Ce soir, tout indique que la majorité absolue est d'ores et déjà acquise pour La République En Marche. En conséquence, le second tour de dimanche prochain sera celui de l'amplification ou du pluralisme", a souligné M. Cambadélis, lui-même candidat à Paris. 

"L'unanimisme est le terreau de l'aveuglement et le ferment des tensions", a-t-il averti à une semaine du second tour. "Si cette majorité absolue est encore amplifiée, elle sera quasiment sans opposition réelle, et nous aurons donc une Assemblée nationale sans véritable pouvoir de contrôle, sans débat démocratique digne de ce nom", a poursuivi le premier secrétaire du PS. 

"Il n'est ni sain, ni souhaitable qu'un président ayant rassemblé seulement 24% des suffrages au 1er tour et qui a été élu au second tour par le seul rejet de l'extrême droite bénéficie du monopole de la représentation nationale", a insisté M. Cambadélis. "Cette profonde contradiction démocratique pèserait sur tous les actes du quinquennat".

"Cette abstention record est le signe d'une immense fatigue démocratique", a souligné le premier secrétaire du PS. "Le brouillage intentionnel des clivages et la promesse appuyée de renouvellement n'ont pas pu endiguer ce désengagement civique aggravé".

Selon les premières estimations par sièges des sondeurs à 20H00, le mouvement présidentiel, la République En Marche (REM) et son allié du MoDem, raviraient dimanche prochain entre 390 et 445 des 577 sièges de l'Assemblée nationale, culminant très nettement au-dessus de la majorité absolue (289 élus). 

Le Parti socialiste, qui contrôlait la moitié de l'Assemblée sortante, s'effondrerait autour de 15 à 40 sièges, soit encore moins que les 57 de la débâcle de 1993. 

 
63 commentaires - Cambadélis: "Recul sans précédent de la gauche" et du PS
  • Recul sans précédent de la gauche" et du PS . . Lui même est battu, que du bonheur ! Ces braves socialistes qui n'aiment pas les riches, il va falloir qu'ils en trouvent un pour acheter Solferino.

  • Le visage politique français est entrain de changer, Cambadélis et certains autres sont balayés comme des fétus de paille.
    Tomberons nous dans un totalitarisme ? Attendons le second tour.

  • va t'on enfin pouvoir remplacer le social par le travail. Il serait grand temps.

  • Merci Hollande, le liquidateur de la gauche. Cet homme élu président en 2012 était-il vraiment de gauche ? J'ai toujours eu des doutes.
    Les électeurs ont sonné l'hallali du PS .... Après la présidentielle, la ruche Solferino prend une autre claque.
    Maintenant tout est à reconstruire.

    Et pourtant, il annonce dans un journal (il adore ça) vouloir reprendre la parole ! Il veut s'assurer que son pitoyable quinquennat sera apprécié à sa juste valeur. La croissance revient et c'est grâce à lui qui n'a rien fait, juste attendu que la roue tourne. J'ai rarement vu un homme dans un tel déni...

    Un jour, un journaliste pose la question à Mitterrand. Pourquoi êtes-vous socialiste ? Réponse : tout simplement parce que c'est plus facile de se faire élire à gauche. Ça en dit long ! Quand à Hollande est-il de gauche ? Il est surtout un apparatchiks opportuniste . .

    appararchiks !! elle est bien bonne cela là et assez juste. Il me semble qu'un dictateur de l'ouest lui a déjà offert le costume.

    Après 2012 Hollande et le PS avaient tout pour réussir .. Ils avaient tous les pouvoirs au lendemain de son élection . Ils n'ont rien trouvé de mieux que de se diviser sur de nombreux sujets pour tout perdre au bout de cinq ans. Un vrai gâchis et pourtant des élections intermédiaires avaient été des lanceurs d'alerte: ils n'ont pas répondu aux attentes qui se sont exprimées.
    Ils sont sévèrement sanctionnés ...... !!!

  • hier les socialos dominaient l'assemblée, aujourd'hui ils n'ont plus que quelques strapontins, que du bonheur. Ils nous en ont trop fait voir pendant 5 ans.

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]