"C'est de la diffamation" : Ségolène Royal accuse Yann Moix

"C'est de la diffamation" : Ségolène Royal accuse Yann Moix©Wochit
A lire aussi

6Medias, publié le dimanche 02 octobre 2016 à 17h56

"C'est de la diffamation. " Invitée sur le plateau d'On n'est pas couchés, Ségolène Royal ne s'est pas laissée démonter face aux accusations du chroniqueur Yann Moix.

En cause : le rapport du cabinet d'audit Ernst & Young, qui épingle sa mauvaise gestion alors qu'elle était à la tête de la région Poitou-Charentes. La ministre aurait eu recours à des emprunts toxiques, notamment 56 millions d'euros à "très haut risque". Alors ? "Manigance ou incompétence ?", lui a demandé Yann Moix.



Pour la ministre de l'Environnement, "C'est de la diffamation". "Comme par hasard, des comptes sortent deux ans après [mon départ]". "Ils n'arriveront pas à salir ni ma région ni ma gestion à la tête de la région".
 
36 commentaires - "C'est de la diffamation" : Ségolène Royal accuse Yann Moix
  • voir sa popularité dans cette région qui se passe de commentaire

    est plus souvent à Paris que dans sa région

    quand à sa politique, c est une catastrophe :
    des ravalement par l extérieur obligatoire alors que ce n est qu une solution et même pour les maisons typiques : une nouvelle hérésie de madame comme les fermes de 1000 animaux et ainsi de suite

    signe l inverse de ce qu elle dit : voir l interdiction pour les pesticides

  • et pourtant c'est de la manigance et surtout de l'incompétence - Je vais, sur ma petite retraite, payer pour rembourser tous ces emprunts.

  • " SA " région ( dont je fais partie ) s'en serait bien passé .

  • Ce genre de personnage se croit au-dessus de toutes les lois tout les habitants de son ex région connaîssent sa désastreuse politique.

  • "C'est de la diffamation" dit-elle ???
    Pourtant, ce rapport du cabinet d'audit Ernst & Young, qui épingle sa mauvaise gestion alors qu'elle était à la tête de la région Poitou-Charentes, a dû être vérifié et re-vérifié maintes fois, il n’aurait certainement pas tenu s’il n’avait pas été vrai.
    « « « Des emprunts toxiques, notamment 56 millions d'euros à "très haut risque" » » » : ce résultat affligeant n’aurait pas était publié sans preuves tangibles et bien ficelées de la part d’un cabinet d’audit réputé, surtout connaissant la madame en question !!!
    Dommage pour elle, le rangement du dossier dans les oubliettes, n’a pas réussi.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]