Au MJS, des années d'omerta et de duplicité

Au MJS, des années d'omerta et de duplicité

Au Forum «2012, Génération changement», organisé par les jeunes socialistes, à Paris, en avril 2011. 

A lire aussi

Libération, publié le mardi 14 novembre 2017 à 20h36

Personne n'a été surpris. Samedi 21 octobre, Mathilde M., dirigeante nationale du MJS sur le départ, lâche une petite bombe dans son discours d'adieu. Au sous-sol de La Maison, un bar parisien, une centaine d'amis et de militants l'écoutent retracer ses dix ans au service de la cause socialiste. En plein scandale Weinstein, elle transforme son allocution en plaidoyer pour la parole libérée et réclame des comptes à son organisation. Pour Mathilde M., il est «de notoriété quasi publique [qu'un] ancien président est un agresseur multirécidiviste». Lisant clair entre les lignes, la petite assemblée applaudit. Lourde, la charge est surtout limpide. Elle vise Thierry Marchal-Beck, qui a présidé le MJS de 2011 à 2013.

Jusqu'à ces mots, personne n'avait publiquement…

Lire la suite sur Libération

 
2 commentaires - Au MJS, des années d'omerta et de duplicité
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]