Attentat à Nice : "J'ai été traité comme un subalterne", se plaint Estrosi

Attentat à Nice : "J'ai été traité comme un subalterne", se plaint Estrosi

Christian Estrosi à Nice, le 16 juillet 2016. (Illustration)

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le lundi 18 juillet 2016 à 15h00

- L'ancien maire de Nice fustige l'exécutif qu'il ne l'a pas traité à sa juste valeur dans le sillage de l'attentat du 14-Juillet. -

Il n'est plus maire de Nice, mais depuis l'attentat meurtrier du 14 juillet, c'est tout comme.

Christian Estrosi, qui a laissé son fauteuil le 13 juin dernier pour ne pas cumuler de mandats, est omniprésent dans les médias. Il est même le premier responsable politique à donner un bilan provisoire, en annonçant "des dizaines de morts" sur les réseaux sociaux.

Pourtant, le président de la région PACA n'a pas du tout apprécié le traitement qui lui a été réservé par l'exécutif après l'attentant. Et il le fait savoir dans une longue interview dans les colonnes de Paris Match. "J'ai été traité comme un subalterne. Un moins que rien. J'étais devenu transparent alors que tout se passait dans ma ville et concernait les Niçois. J'ai pris congé du chef de l'Etat. Personne ne m'a retenu", dénonce-t-il dans l'hebdomadaire, qui détaille avec précision la nuit de Christian Estrosi, ce soir-là.

"NICE EST LA FOIS DE TROP"

Au moment de l'attaque, il se trouve en terrasse avec le chanteur de U2 de Bono. Tout d'un coup, des cris, des mouvements de foule, la panique. Prévenu par téléphone, le président de la région se rend au PC de sécurité, puis sur la promenade des Anglais, pour se rendre compte de la situation. Plus tard dans la nuit, il reçoit un appel du président, dont il détaille le contenu : "Bonjour Christian, c'est François. Je dois te dire que, selon les informations dont je dispose, il semblerait qu'il s'agisse d'un ­attentat terroriste. C'est confidentiel. Tu ne peux en faire état. Je vais venir sur place avec Valls. En attendant, je t'envoie Cazeneuve."



Au moment de l'entretien avec Paris Match, deux jours après l'attentat, la "colère" et l'"amertume" de l'ancien maire n'étaient pas retombées. Samedi soir, dans son bureau, il fustige encore une fois le gouvernement et le président. Il a "les larmes aux yeux", précise l'hebdomadaire. "Nous avons connu 'Charlie Hebdo', le Bataclan, Magnanville, et à chaque fois les mêmes paroles lénifiantes. Trop, c'est trop. Nice est LA fois de trop. Je le dis pour mon pays qui a été attaqué le jour même de sa fête nationale, le plus fort symbole de la patrie. On ne peut pas se contenter d'invoquer systématiquement l'unité nationale. Nous sommes en guerre. On nous le dit tous les jours. Mais menons-la, cette guerre !", dit-il, selon Paris Match.
 
124 commentaires - Attentat à Nice : "J'ai été traité comme un subalterne", se plaint Estrosi
  • Mais c'est normal, il a toujours été le subalterne de sarko et il le restera, il n'a pas d'autre issue que celle là.

  • mercredi à 11:27
    Hier à 07:11
    Il y a 10 heures
    le 18 07 2016 à 20 55

    je n'arrive pas à comprendre pourquoi Estrosi se sent considéré comme un subalterne de la part de socialistes, il faudrait tout de même qu'il se rende àl' évidence !

    Il y a sur terre des gens qui sont toujours à dire que ce qui arrive est de la faute des autres ; il y a surtout des braves gens qui considèrent que les autres doivent apporter tout ce que eux con sidèrent comme décent pour leur vie, il y a des gens qui considèrent qu'ils sont venus au monde en tant que détenteur de la vérité absolue et que les autres ne sont la que pour faire de la figuration, il y a des socialises progressistes qui sont si opportunistes que quand leur bidule dogmatique leur sert de chausse trappe ou plus exactement de piège à loup, ils viennent, en démonstratifs humanistes, indiqués ce que sont les autres ...qui ne pensent pas comme eux tout en affirmant bien sûr qu'ils sont ouverts au dialogue et démocrates...

  • "J'ai été traité comme un subalterne" c'est sur après avoir été le subalterne de Mr Sarkozy, être celui de Mr Hollande, ça fait mal et ça remet les pieds sur terre !!!!

  • bah les requins se mangent entre eux voila pourquoi ont votent

  • Monsieur ESTROSI, si vous saviez comme j'en ai marre de voir votre bobine partout!!! Or, il me semble que vous n'êtes plus maire de Nice? il est vrai que le passe muraille ( le 1er adjoint qui vous remplace normalement ) est d'une docilité à toutes épreuves. La discrétion n'est pas votre atout principal, La façon de vouloir donner des leçons à tout le monde est à la hauteur de votre immense prétention. l'intelligence ne s'acquière pas, elle est innée et à ce titre vous n'avez pas été gâté!!! Alors svp disparaissez des écrans radar pour mon plus grand bien.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]