Allocations familiales: un débat "aura lieu", mais pas dans le cadre du budget

Allocations familiales: un débat "aura lieu", mais pas dans le cadre du budget

La présidente LREM de la commission des Affaires sociales de l'Assemblée nationale, Brigitte Bourguignon, issue du Parti socialiste, le 4 juillet 2017 à Paris

A lire aussi

AFP, publié le vendredi 13 octobre 2017 à 10h14

Un débat sur l'universalité des allocations familiales "aura lieu, mais pas dans le cadre de la discussion budgétaire", indique vendredi la présidente LREM de la commission des Affaires sociales de l'Assemblée, Brigitte Bourguignon, le député Olivier Véran précisant qu'il s'agit d'analyser la politique familiale "dans son ensemble".

Le groupe des députés La République en marche a décidé jeudi soir de ne pas soutenir la fin de l'universalité des allocations familiales que proposait une de ses membres à l'occasion de l'examen du projet de budget de la Sécurité sociale.

"Ce débat sur l'universalité des allocations familiales aura lieu, mais pas dans le cadre de la discussion budgétaire", a déclaré Brigitte Bourguignon (ex-PS) dans un entretien au Parisien. 

"C'est pourquoi la commission que je préside avait décidé fin septembre de lancer une mission d'information sur les perspectives de la politique familiale dans sa globalité", a-t-elle précisé.

"Il n'y aura pas d'amendement dans le cadre du projet de budget de la sécurité sociale, mais cette réflexion est importante", a pour sa part déclaré Olivier Véran, rapporteur LREM du projet de budget de la Sécu. "De fait, le débat est ouvert", "il y a une attente sociétale", a-t-il estimé sur RMC.

Le député de l'Isère a indiqué que la mission d'information, qui "démarrera dans les prochaines semaines", traitera "au-delà de la question des allocations", "de la politique familiale dans notre pays".

"Je l'ai déjà dit, à titre personnel, que j'étais d'accord pour que un couple qui perçoit plus de 8.000 euros et qui a encore 32,40 euros d'allocations par mois ne les perçoivent plus", a-t-il dit, invité avec insistance à préciser sa position quant à la question de la suppression des allocations familiales pour les plus hauts revenus. "Mais c'est une vision très partielle" de la question "beaucoup plus importante" de la politique familiale, a-t-il ajouté.

"Il y a eu du boulot qui a été fait dans le mandat précédent en matière de politique familiale, on peut encore progresser, on peut toujours progresser, et surtout s'interroger", a-t-il ajouté. "Je crois qu'il y a à peu près 20 prestations famille qui sont versées, différentes, personne ne s'y retrouve. (...) C'est tout ça qu'il faut être capable d'analyser, dans un ensemble. Il s'agit pas de dire l'universalité ou non".

Olivier Véran avait estimé fin septembre que la suppression des allocations familiales "pour les plus hauts revenus représenterait une économie d'environ 440 millions d'euros par an".

Le Premier ministre Edouard Philippe s'est engagé mercredi à mener un "vrai bon débat" sur une possible remise en cause de "l'universalité" des allocations familiales.

 
15 commentaires - Allocations familiales: un débat "aura lieu", mais pas dans le cadre du budget
  • supprimer les allocations à certains pour les redonner à qui ?? ceux qui viennent en France pour profiter (uniquement) de notre système et qui multiplie les enfants pour en avoir plus c'est le même problème pour les retraites : certains en touchent une sans avoir jamais cotisé??!! c'est tout le système et surtout les conditions qui sont à revoir

  • avatar
    JEANPAIN  (privé) -

    pourquoi ne pas conditionner les allocs comme toutes les aides à la nationalité Française avant tout?

  • le budge est le budget des patrons et de l'obscur monde de la finance.

  • Supprimer les allocations familiales c’est remettre en cause le principe fondateur de la branche famille qui a une vocation universelle. Cela ne fera pas faire d’économies avec la modulation en 2015, il n’y a pas eu de redistribution entre les plus aisés et les plus pauvres. A chaque fois c’est avant tout pour réduire la dépense sur le papier… et de surcroît cela va faire baisser inévitablement la natalité comme c’est le cas depuis 2015 !

  • Vous vous rendez compte la classe Moyenne Supérieure : 6000 euros soit 5 Millions de foyers touchent ces allocs !
    Mais que l'on arrête et que ceci soit redistribué à celles et ceux qui jeunes n'ont qu'un seul enfant

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]