Affaire Grégory Au cœur du huis-clos entre Murielle Bolle et les gendarmes

A lire aussi

Libération, publié le vendredi 21 juillet 2017 à 20h36

Trente ans après l'assassinat de Grégory, 4 ans, retrouvé pieds et poings liés le 16 octobre 1984 dans la Vologne, les preuves se résument à peau de chagrin. Aucun élément matériel, pas la moindre trace ADN exploitable. Rien d'autres que ces éternels témoins avec leurs souvenirs fanés, leurs mots vagabonds et leurs secrets inavouables. Les gendarmes de la section de recherches de Dijon n'ont plus qu'un seul espoir pour rayer la mention «non élucidé» : que les langues se délient. Le 27 juin dernier, à 11 heures, lorsqu'ils placent Murielle Bolle, 48 ans, en garde à vue, ils font le pari de mettre fin à trente ans de silence.

Alors qu'elle est aujourd'hui mise en examen pour «enlèvement suivi de mort» et incarcérée, Libération a pu consulter les procès-…

Lire la suite sur Libération

 
0 commentaire - Affaire Grégory Au cœur du huis-clos entre Murielle Bolle et les gendarmes
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]