Absentéisme au Sénat : Larcher répond aux critiques de Collomb

Absentéisme au Sénat : Larcher répond aux critiques de Collomb

Le président Les Républicains (LR) du Sénat, Gérard Larcher, dans la Vienne le 6 octobre 2016.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le mercredi 11 janvier 2017 à 17h20

CUMUL DES MANDATS - Gérard Collomb l'a fait savoir samedi : sanctionné pour son absentéisme au Sénat, il est remonté contre le nouveau règlement intérieur instauré par Gérard Larcher et vit un "vrai cauchemar" depuis que ses revenus sont tombés "à 4.000 euros par mois". Le président de la chambre haute lui a répondu ce mercredi, expliquant que le maire PS de Lyon avait "la liberté de ne pas exercer deux mandats".



"Est-ce qu'on peut être maire de Lyon à temps plein et sénateur à temps plein ?" a demandé Gérard Larcher en présentant ses vœux aux membres de l'Association des journalistes parlementaires. "Il semble que non, puisque c'est lui-même, Gérard Collomb, qui le dit", a-t-il poursuivi. "Et si quelqu'un ne peut pas exercer les deux mandats, il a la liberté de ne pas les exercer, c'est un choix", a asséné l'élu Les Républicains (LR) des Yvelines. "Ce que Gérard Collomb nous dit constitue une sorte d'hommage à la réforme que nous avons définie ensemble au Sénat". Celle-ci, appliquée depuis plus d'un an, frappe directement les absents récidivistes au portefeuille.

DES TAUX DE PRÉSENCE EN HAUSSE

"Mes revenus sont plafonnés, je ne touche donc rien en tant que maire de Lyon et président de la métropole. Je suis donc tombé à 4.000 euros par mois", avait lâché samedi Gérard Collomb auprès du Point, en se plaignant de sanctions appliquées par le Sénat pour absentéisme. Ce mercredi, le soutien d'Emmanuel Macron pour la prochaine présidentielle, s'est dit "blessé par cette polémique injuste", rappelant qu'il était "issu d'un milieu modeste, fils d'ouvrier et de femme de ménage".



Selon Gérard Larcher, cette réforme est une réussite : les questions d'actualité sont maintenant suivies par plus de 75% des sénateurs. Le taux de présence en commission est, lui, de plus de 80%. Il a par ailleurs réfuté l'excuse avancée par Gérard Collomb, un agenda "impossible à organiser". "Les questions au gouvernement sont fixées deux mois avant le début de la session, les commissions siègent tous les mercredis matin, et pour les votes solennels, c'est la conférence des présidents qui les fixe, trois semaines ou un mois à l'avance", a déclaré Gérard Larcher.

Le président du Sénat a également martelé que la question du non-cumul des mandats est "tranchée" par François Fillon, "fronde ou pas" dans les rangs. "C'est clair, net et tranché (...) Les Français attendent qu'on leur parle emploi, travail et sécurité, sujets de leur quotidien". S'il a observé que, dans tous les cas, "les couvées législatives ou sénatoriales de 2017 étaient techniquement très, très difficiles à modifier" vu la loi de 2014 renforçant les entraves au cumul des mandats, Gérard Larcher a surtout jugé impossible "d'expliquer à nos compatriotes que la première décision du premier conseil des ministres serait de se préoccuper du statut des élus" en réformant ou abrogeant cette loi.


"Même si je continue à penser que c'est un texte portant un certain nombre de risques pour la vie politique, (...) je partage sans réserve avec François Fillon (l'idée) que ce n'est pas la première priorité", a déclaré cet élu des Yvelines et ancien ministre, qui fut maire de Rambouillet plus d'un quart de siècle. Le président du Sénat a cependant jugé que le référendum sur la réduction du nombre de parlementaires, annoncé par le candidat de la droite et du centre en cas de victoire à la présidentielle, permettrait de "débattre du statut de l'élu, du retour à la vie professionnelle...". Mais ce "débat ne peut pas se faire dans la pulsion, la précipitation", selon lui. Le Sénat doit conserver "un rôle de représentation des territoires", à ses yeux.

 
132 commentaires - Absentéisme au Sénat : Larcher répond aux critiques de Collomb
  • le maire de Lyon peut aussi devenir attaché parlementaire de Fillon, il gagnera 8000 € par mois
    de quoi il se plaint le maire de Lyon, et tous les petits avantages en nature dans une grande ville comme Lyon !!!!!!

  • Mon dieu c'est terrible ,comment va t il faire avec 4000 euro par mois? Qu'il se demande comment font pour vivre ceux qui n'ont que le smic.,voir moins.

  • L'article : '... Les Français attendent qu'on leur 'parle' emploi, travail et sécurité, sujets de leur quotidien ...' Monsieur : Les Français attendent des actions, et on assez de vos discours et promesses vides. Des paroles, des paroles et encore des paroles. Ras-le-bol !

  • Si M. Collomb ne peut organiser son emploi du temps ,il a une solution :abandonner un mandat !S'il se trouve mal payé ,il va faire autre chose !

  • le senat : c'est le dortoire dorré des politiques, qui ne servent a rien.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]