2017 : Montebourg prendra sa décision "cet été"

2017 : Montebourg prendra sa décision "cet été"

Arnaud Montebourg au Mont Beuvray, le 16 mai 2016. (Archives)

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le lundi 30 mai 2016 à 12h25

L'ancien ministre de l'Economie Arnaud Montebourg a une certaine habileté pour éviter de répondre aux questions. Interrogé lundi 30 mai sur son éventuelle candidature à l'élection présidentielle en 2017, il a assuré qu'il prendrait sa décision "cet été"...

Soit "entre le 21 juin et le 21 septembre", a-t-il précisé.

Il n'a pas non plus souhaité s'exprimer sur son envie ou pas d'être candidat. "Quel est mon désir ? D'abord je me suis mis avec mon équipe à bâtir un grand projet alternatif à la politique de François Hollande, parce que nous avons un problème avec ces orientations-là. Moi j'ai un problème, je ne me sens pas représenté", a-t-il déclaré sur RTL. "Aujourd'hui je ressens la nécessité de bâtir un projet et éventuellement de le porter. J'ai juste besoin d'avoir le temps de le construire, d'en tester la solidité, d'en mesurer la force et ce qu'il est capable d'entraîner", a-t-il poursuivi.

Relancé par un auditeur sur ses intentions pour 2017, l'ex-ministre a répété avoir "besoin de temps". "Je prendrai ma décision cet été. Je réponds à votre auditeur. L'été, c'est entre le 21 juin et le 21 septembre. Voilà, ça se resserre". Le 8 mai, il avait affirmé qu'il prendrait ses "responsabilités", "s'il y (avait) des responsabilités à prendre" par rapport à la présidentielle mais qu'une telle décision, "difficile à prendre", ne se prenait "pas un an avant une telle échéance".

"DE BELLES PHRASES ET DE PETITES PROPOSITIONS"

Le 21 mai, l'ancien ministre a mis en ligne un site internet, "Le Projet France". "Il y a déjà 83.000 votes, 400 contributions, 250 propositions précises, c'est une plateforme qui a pour but d'associer les Français à la construction de ce que moi j'appelle un grand projet alternatif", a-t-il déclaré sur RTL.

"Arnaud a de belles phrases et de petites propositions", a réagi sur LCP le président du groupe socialiste à l'Assemblée Bruno Le Roux. "L'acte de candidature par belles phrases et petites propositions ne me semble pas être aujourd'hui nécessaire. Ce dont on a besoin, c'est d'un soutien et que les problèmes de personnes puissent régresser un peu".


Par ailleurs, interrogé sur l'échange musclé entre Emmanuel Macron et des militants de la CGT, Arnaud Montebourg a estimé que son successeur à Bercy avait fait preuve de mépris. "J'ai été élu pendant quinze années, je sais ce que c'est que solliciter le suffrage de nos compatriotes. Quand on sollicite le suffrage ou qu'on prétend le faire, la première précaution à avoir, c'est de respecter ceux, et notamment les plus modestes, qui disent qu'ils n'ont pas les moyens de se payer un costume", a-t-il dit.

"Quand vous êtes ministre de l'Economie, vous représentez toute l'économie, c'est-à-dire que vous êtes le ministre des entreprises, grandes et petites, et dans les entreprises, vous n'êtes pas que le ministre des gens qui ont réussi dans la vie. (...) Je pense que le respect est fondamental", a-t-il poursuivi. Emmanuel Macron a-t-il fait preuve de mépris ? "Je trouve qu'il y avait quelque chose comme ça", a estimé Arnaud Montebourg.



Une vidéo a montré un échange musclé entre le ministre et des militants de la CGT lors d'un déplacement à Lunel (Hérault) vendredi. Pris à parti par deux militants qui lui reprochaient notamment le recours au 49-3 à l'Assemblée nationale sur la loi travail, le ministre s'est emporté: "Vous n'allez pas me faire peur avec votre tee-shirt. La meilleure façon de se payer un costard, c'est de travailler", a-t-il déclaré sans que l'on puisse distinguer sur les images le message écrit sur le tee-shirt en question. "Mais je rêve de travailler monsieur Macron", lui a répondu un militant.

Sur LCP, le président du groupe socialiste à l'Assemblée, Bruno Le Roux, s'est dit "étonné par le propos tel qu'il est rapporté", parce qu'il est "tout le contraire d'Emmanuel Macron". "Sa parole pour être une parole nouvelle n'est jamais une parole méprisante", a-t-il fait valoir.
 
8 commentaires - 2017 : Montebourg prendra sa décision "cet été"
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]