2017 : "Je m'engagerai pour Nicolas Sarkozy" annonce François Baroin

2017 : "Je m'engagerai pour Nicolas Sarkozy" annonce François Baroin

François Baroin le 31 mai 2016.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le dimanche 05 juin 2016 à 12h00

- Le député-maire de Troyes a annoncé ce dimanche qu'il soutiendra une éventuelle candidature de l'ancien président à la primaire Les Républicains, affirmant n'avoir "pas de doutes sur sa candidature". -

"Je m'engagerai pour Nicolas Sarkozy, mon choix est fait depuis longtemps" a assuré ce dimanche 5 juin François Baroin lors du "Grand Rendez-vous" Europe 1/Le Monde/i-TÉLÉ.

L'annonce n'est pas un scoop, la rumeur du ralliement du député-maire Les Républicains de Troyes à l'ancien chef de l'État circulait depuis un moment, mais elle est désormais officielle. Le président de l'Association des maires de France n'a d'ailleurs "pas de doutes sur (la) candidature" de Nicolas Sarkozy à la primaire de droite. Le patron Les Républicains pourrait se déclarer peu avant la date limite, en septembre prochain.

"Autour de Nicolas Sarkozy, il y aura une équipe rassemblée qui se mobilisera pour faire en sorte qu'il soit notre candidat à la sortie de la primaire (...) Il y aura une campagne et on ira tête baissée" a assuré celui qui fut l'un de ses principaux ministres (Budget, Économie, porte-parole du gouvernement). À ce propos, ce chiraquien de toujours se dit "heureux et fier (d'avoir travaillé) dans son gouvernement", assurant ne pas "faire partie de ceux qui tournent le dos" à leurs responsabilités passées. Une jolie pique à François Fillon, Bruno Le Maire, Nadine Morano ou encore Nathalie Kosciusko-Morizet, ex-membres du gouvernement sous Nicolas Sarkozy aujourd'hui candidats déclarés à la primaire et qui multiplient les critiques contre l'ancien président.

UNE ÉNERGIE AU-DESSUS DE LA MOYENNE

"Les Français sont inquiets, ils sont impatients. L'autorité de l'État est en train de se déliter dans tous les sens", relève l'élu, pour qui Nicolas Sarkozy a la capacité de relever le pays en crise. "Il faudra restaurer l'autorité de l'État. Il faut une énergie au-dessus de la moyenne et je pense que Nicolas Sarkozy, incontestablement, a cette énergie", fait-il valoir, saluant le rôle "important et essentiel" qui "a été le sien lors de la gestion de la plus grande crise financière depuis 1929", en 2008. Pour lui, l'ancien président a le "leadership, la force, la passion, la capacité de porter un projet collectif et de restaurer un État dans son autorité".

Depuis quelques années, les relations Sarkozy-Baroin apparaissent des plus amicales, l'ex-chef de l'État confiant volontiers son "affection" pour M. Baroin, ce dernier ne tarissant pas d'éloges à son endroit. Et même dans la récente boutade du président de LR, "Baroin, il a du talent, pour quelqu'un qui ne travaille pas, il fait une belle carrière", l'ancien ministre ne perçoit que "du troisième degré". "J'aime beaucoup Baroin", a-t-on plusieurs fois entendu dire l'ancien président pendant son quinquennat.

Depuis la défaite de 2012, Baroin semble n'avoir jamais douté du retour de l'ancien président. "Il y a un grand boulevard pour Sarkozy", disait-il après la défaite de François Fillon face à Jean-François Copé pour la présidence de l'UMP.

L'ENNEMI JUPPÉ

Nicolas Sarkozy a-t-il seulement une chance de sortir vainqueur de la primaire, alors qu'Alain Juppé le distance largement dans les sondages ? "Cette primaire ça ne peut pas être 'circulez y'a rien à voir', ça ne peut pas être l'addition des sondages, ça ne peut pas être l'addition du 'prêt-à-penser', ça ne peut pas être 'le candidat est déjà choisi par d'autres" a raillé ce dimanche François Baroin.

Le maire de Bordeaux n'est pas ailleurs pas très apprécié de ce dernier. "Je suis un homme libre. Avec Alain Juppé, la confiance n'est pas mutuelle" s'est-t-il contenté de dire ce dimanche, alors qu'il multiplie depuis quelques semaines les attaques contre l'ancien Premier ministre qui l'avait congédié de son gouvernement en 1995. "Pour nous, il n'est pas Jacques Chirac (...) Avec lui, on n'a été que de déception en déception", affirmait-il en octobre. Plus récemment, dans l'enquête de la journaliste Gaël Tchakaloff sur Alain Juppé, l'ancien ministre l'enfonçait un peu plus : "Je n'ai plus envie de travailler avec lui, je le lui ai dit. Je ne travaillerai plus jamais pour lui, même s'il est élu président de la République. Je ne veux plus être mis sous la tutelle de cet homme-là (...). Ce qu'il est ne correspond ni à ma construction d'homme, ni à mes principes".

D'ailleurs, sera-t-il le Premier ministre de Nicolas Sarkozy en cas de victoire en 2017, ainsi que l'assurait un responsable LR à l'AFP ? Interrogé à ce propos ce dimanche matin, il a répliqué : "soyons sérieux, vous avez des gens qui sont sous l'eau, on est en pleine mobilisation sociale, tout ça n'a aucun intérêt". "À ma connaissance, il n'y a qu'un nom sur un bulletin de vote, ce qui est important, c'est qu'autour de Nicolas Sarkozy, il y aura une équipe rassemblée", a-t-il enchaîné.
 
175 commentaires - 2017 : "Je m'engagerai pour Nicolas Sarkozy" annonce François Baroin
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]