Mariage forcé en Belgique : le courage de parler

par euronews-fr

A l’occasion de la Journée internationale de la fille initiée par l’ONU, Insiders met en lumière dans ce reportage, le fléau des mariages forcés, une pratique très ancienne qui aujourd’hui, est considérée comme une atteinte aux droits de l’homme par les Nations Unies. D’après les estimations de l’organisation, environ 700 millions de femmes et 150 millions d’hommes mariés dans le monde l’ont été de force avant leur majorité. Une réalité qui concerne tous les continents, y compris l’Europe. En Belgique, Valérie Gauriat a rencontré des femmes victimes, venues d’Afrique, ou nées en Belgique. Elles osent témoigner de ce qu’elles ont subi. Mais combien d’autres ne parviennent pas à briser le silence au grand dam des associations et des autorités belges pourtant mobilisées sur ces questions. Chimène, togolaise, et Rokia, guinéenne, résident toutes deux dans un foyer d’accueil belge, elles ont fui leur pays pour échapper à des mariages forcés. Obtenir l’asile en Europe, c’est – disent-elle – une question de vie ou de mort. Au moment de notre rencontre, Rokia ne savait pas encore que sa demande serait acceptée quelques jours plus tard. “Quand mon papa est décédé, raconte-t-elle, j’ai été mariée à un ami à lui. Ce monsieur était diamantaire, il avait beaucoup d’argent, ils m’ont vendue à cet homme. J‘étais sa troisième femme. J’ai subi une excision pour la première fois quand j‘étais enfant, la deuxième fois quand j’avais douze ans et quand, pour la troisième fois, il m’a dit de me faire encore exciser, j’ai dit non! Parce que maintenant, je connais les conséquences néfastes de l’excision”, confie Rokia. “Le monsieur me frappait, me torturait même pour faire l’amour avec lui, parce que je ne voulais pas de ce monsieur-là! Il me battait tout le temps!” lance-t-elle avant d’ajouter : “Dans mon pays, ma vie est en danger, parce que j’ai désobéi à la famille.” Chimène, elle a échappé au mariage que sa famille voulait lui imposer avec l’homme beaucoup plus âgé qu’elle,dont...

 
0 commentaire - Mariage forcé en Belgique : le courage de parler
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]