G7 : la visite historique de John Kerry à Hiroshima

par euronews-fr

La cheffe de la diplomatie européenne est arrivée à Hiroshima ce dimanche. Federica Mogherini a rejoint ses homologues du G7 (Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Allemagne, Italie, Canada) pour deux jours de réunion ministérielle au Japon. La présence du secrétaire d’Etat John Kerry à Hiroshima est historique. C’est la première fois qu’un haut responsable américain est sur place depuis le premier bombardement atomique américain de l’histoire en 1945. La réunion du G7 a démarré par une cérémonie traditionnelle shinto. Un apparté culturel avant d’entrer dans le vif du sujet. Les ministres du G7 doivent aborder plusieurs dossiers brûlants dont le renforcement de la lutte antiterroriste après les attentats de Bruxelles, la crise migratoire ainsi que la situation au Proche-Orient et en Ukraine.Mais le Japon entend bien profiter de cette rencontre pour faire remonter à l’agenda la lutte contre la prolifération nucléaire. Un double symbole pour Hiroshima alors que la Corée du Nord, à 1000

 
1 commentaire - G7 : la visite historique de John Kerry à Hiroshima
  • Que fait Ayraut, là, à cette commémoration américaine ? Il était censé assister au G je ne sais pas combien et c’est tout. C’est scandaleux.
    Est-ce qu’on va arrêter de nous pomper de l’ai aux ignares, avec Hiroshima et Nagasaki où il y a eu bien moins de morts qu’en une seule nuit de bombardement sur Hambourg, Cologne et Dresde ?
    Pourquoi ne rappelle-t-on pas les centaines de milliers de chinois exterminés sadiquement – je dis bien sadiquement - en particulier à Shanghai, dans les années 30 par les japs ?
    Pourquoi ne rappelle-t-on pas les dizaines de milliers de « comfort girls » coréennes, mises à la disposition de la soldatesque japonaise entre1941 et 1945 ?
    Pourquoi ne rappelle-t-on pas les centaines de milliers de prisonniers de guerre notamment anglais et australiens exécutés sadiquement - je répète sadiquement - par les japs aux Philippines, en Birmanie, en Malaisie, à Singapour, en Papouasie.
    Pourquoi ne rappelle-t-on pas que les US ont largué sur e Vietnam plus de bombes que tous les belligérants réunis entre 1940 et 1945 ?
    Pourquoi ne rappelle-t-on pas que la décision du Président de Roosvelt de mettre fin à la guerre avec les japs de cette manière, n’avait d’autre but que d’épargner la vie de centaines de milliers de jeunes américains ?
    Que fait le Ayraut là-bas, à se prêter avec Kerry au petit jeu du jour bien connu, là comme ailleurs, variable avec le contexte, variable avec les circonstances, variable avec les contrats recherchés, variable avec « this » or avec les « that » et qui se résume d’une façon très simple: « what is good for America is good for you » ?
    Quelles instructions Ayrant avait-il reçues du « président » - je veux dire du monsieur qui habite rue du faubourg saint-honoré - mais en avait-il seulement reçues ?

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]