A un mois de la présidentielle américaine, une affaire de piratage empoisonne un peu plus les relations entre Washington et Moscou

par euronews-fr

Un nouveau palier a été franchi dans l’escalade qui oppose les Etats-Unis et la Russie. Répondant aux accusations américaines sur son implication dans des piratages informatiques en pleine campagne présidentielle américaine, Moscou contre-attaque. Le ministère russe des Affaires étrangères a répliqué qu’il s’agissait d’une hystérie anti-russe sans précédent. Alors que les premières révélations sur les emails piratés dans le camp démocrate datent de juin, Washington a pour la première fois ouvertement pointé du doigt la Russie ce vendredi. Le président de la commission sénatoriale sur la cybersécurité internationale, Cory Gardner, dit même préparer une loi pour sanctionner Moscou. Les emails piratés ont semé le trouble dans le camp démocrate et font dire aux observateurs que Moscou veut Donald Trump à la Maison-Blanche. Ces emails sont notamment censés montrer le favoritisme dont a fait preuve l’appareil démocrate pour Hillary Clinton, au détriment de Bernie Sanders. Plus récemment, ce sont les bases de données électorales qui ont été victimes d’intrusions, et des experts ont également accusé Moscou, mais l’administration américaine se garde pour l’instant d’en faire autant. US formally accuses #Russian #hackers with political #cyberattacks – https://t.co/FeiOaW7gql #cybersecurity #CyberAware— Marc R Gagné MAPP (@OttLegalRebels) 8 octobre 2016

 
0 commentaire - A un mois de la présidentielle américaine, une affaire de piratage empoisonne un peu plus les relations entre Washington et Moscou
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]