Venezuela: après un 75e mort, les manifestations continuent

Chargement en cours
 Un manifestant jette un cocktail molotov le 23 juin 2017 lors d\

Un manifestant jette un cocktail molotov le 23 juin 2017 lors d'une manifestation à Caracas

1/3
© AFP, FEDERICO PARRA
A lire aussi

AFP, publié le samedi 24 juin 2017 à 04h11

Rues et avenues bloquées, concerts de casseroles: l'opposition vénézuélienne a dénoncé vendredi la mort la veille d'un jeune manifestant, le 75e décès depuis début avril, s'attirant une réponse cinglante du président Maduro, qui l'a accusée de jouer avec le feu.

Armés de clairons et de sifflets ou martelant des casseroles, les manifestants de l'opposition ont bloqué les carrefours et les principales voies de Caracas et des autres villes du pays, générant un véritable chaos pour la circulation automobile.

"Pas un de plus", "Non à la dictature", "Non à la répression": sous ces banderoles accusatrices, dans un quartier de l'est de Caracas, les manifestants hurlaient leur colère contre Nicolas Maduro, "un lâche, assassin d'étudiants".

"C'est une manifestation contre la brutalité avec laquelle ils assassinent nos jeunes. J'ai mal à mon pays, nous devons sortir dehors pour lutter", témoignait Rina Torres, venue vêtue de noir pour participer aux rassemblements, dans un autre quartier de l'est de la capitale vénézuélienne.

Comme les autres, Rina était là pour dénoncer la mort jeudi à Caracas de David Vallenilla, 22 ans, atteint de trois balles au thorax. Des balles tirées par un sergent de la police de l'air, selon des photos et des vidéos diffusées par des médias locaux.

- "Compte-gouttes mortel" -

Cette information a été confirmée par le ministre de l'Intérieur Nestor Reverol, qui a précisé vendredi que le tireur avait été "identifié" et qu'une enquête était ouverte pour déterminer sa responsabilité.

S'exprimant devant les plus hauts gradés des forces armées vendredi, le président vénézuélien Nicolas Maduro a confirmé que le tireur serait soumis "à la loi", sans préciser cependant s'il avait déjà été placé en détention.

Dans cette déclaration, retransmise à la télévision nationale, le chef de l'Etat a appelé les forces de l'ordre à "faire en sorte" que "plus personne ne meure, jamais": "Il faut parvenir à la paix, à la paix et à la vie, et que plus personne ne meure, jamais. C'est l'objectif".

Dans son discours, M. Maduro a indirectement accusé les dirigeants de l'opposition de pousser à la violence: "Quels sont leurs objectifs ? Laisser la mèche allumée, et qu'il y ait un meurtre ici, un mort là ? C'est comme un compte-gouttes mortel", a-t-il accusé. 

- "Grande manifestation" samedi -

Invoquant le droit à la désobéissance civile, l'opposition, majoritaire au Parlement, n'a pas prévu de baisser pavillon: après avoir appelé la population cette semaine à ne plus reconnaître le gouvernement du président Maduro, très impopulaire dans un contexte de grave crise économique, elle a convoqué une nouvelle "grande manifestation" samedi à Caracas et dans le reste du pays.

La mort de David Vallenilla jeudi a porté à 75 le nombre de décès en près de trois mois de manifestations hostiles à Nicolas Maduro, manifestations dont l'intensité a redoublé depuis la décision du chef de l'Etat de convoquer pour fin juillet une Assemblée constituante, un projet rejeté par 69,1% des Vénézuéliens selon l'institut de sondages Datanalisis.

Le jeune homme est décédé alors qu'il participait à une manifestation, à l'appel de la coalition d'opposition MUD (Table pour l'unité démocratique), en soutien à la procureure générale Luisa Ortega, meneuse de la frange critique du chavisme (du nom de Hugo Chavez, président de 1999 à son décès en 2013), opposée à la Constituante.

"Mon fils luttait pour ses idéaux, c'est pour ça qu'il est parti. Je veux des explications", a confié, effondré, son père, près de la morgue Bello Monte à Caracas.

 
3 commentaires - Venezuela: après un 75e mort, les manifestations continuent
  • pas bête le bougre il sait que la-bas il risque la mort alors qu'en France règne le laxisme et le laissez faire tout juste si l'état Français donnerez volontiers la légion d'honneur aux délinquants

  • C'est drôle que notre Mélenchon national ne soit pas déjà là-bas pour défendre ses amis et leur idéologie qu'il nous promet pour redresser la France.....il préfère sans doute invectiver les journalistes c'est gratuit et moins risqué......et en plus c'est sont seul fond de commerce

  • Mélenchon en raison de ses affinités et proximité avec les gouvernants de ce pays va organiser un rassemblement pour "défendre" le peuple vénézuélien ??? Notre tribun de l'imposture et de l'invective semble ne pas être au courant de ce qu'il se passe là-bas

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]