Trump: la suspension des sanctions contre Moscou dépend des conflits en Ukraine et Syrie

Trump: la suspension des sanctions contre Moscou dépend des conflits en Ukraine et Syrie

Les présidents russe Vladimir Poutine et américain Donald Trump à Hambourg, en Allemagne, le 7 juillet 2017

A lire aussi

AFP, publié le dimanche 09 juillet 2017 à 18h05

Donald Trump a assuré dimanche que les sanctions contre la Russie ne seraient pas allégées tant que la situation en Ukraine et en Syrie ne serait pas résolue, mais des élus républicains exigent d'aller plus loin pour sanctionner l'ingérence russe dans l'élection présidentielle américaine.

"Rien ne sera fait jusqu'à ce que les problèmes ukrainien et syrien soient résolus", a tweeté le président, à son retour d'un périple de quatre jours en Europe, au cours duquel il a rencontré son homologue russe Vladimir Poutine pour la première fois.

"Les sanctions n'ont pas été abordées" lors de cette discussion, a-t-il ajouté.

Interrogé vendredi, le secrétaire d'Etat Rex Tillerson avait néanmoins laissé entendre que Donald Trump avait mentionné le projet de loi proposant de nouvelles sanctions contre la Russie, actuellement en discussion au Congrès américain.

La Russie, alliée du président syrien Bachar al-Assad, et les Etats-Unis sont convenus vendredi à Amman d'un cessez-le-feu en Syrie. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), il est entré en vigueur dimanche dans trois provinces du sud du pays en conflit depuis 2011.

En ce qui concerne l'Ukraine, Washington continue d'accuser Moscou de soutenir les rebelles séparatistes dans l'est du pays et a adopté de nouvelles sanctions le 20 juin à son encontre.

Ces sanctions visent 38 individus et entités en Ukraine ainsi que deux responsables gouvernementaux russes et une douzaine d'individus et organisations opérant en Crimée.

Le Kremlin dément tout soutien militaire et, profitant du sommet du G20 en Allemagne cette semaine, a affirmé que ces sanctions étaient assimilables à du protectionnisme caché.

- 'Un prix à payer' -

Un premier train de sanctions avait été mis en place en mars 2014, au plus fort de la crise ukrainienne, gelant les avoirs aux Etats-Unis de plusieurs dirigeants politiques, hommes d'affaires et de la banque russe Rossiya, tous considérés comme étant proches de Vladimir Poutine.

"Il est nécessaire que la Russie fasse le premier pas pour permettre une désescalade de la situation dans l'est de l'Ukraine, en particulier en respectant le cessez-le-feu, en retirant les armes lourdes et en permettant l'accès des observateurs de l'OSCE", l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, a déclaré dimanche Rex Tillerson, lors d'une visite officielle en Ukraine.

En outre, l'ancien président Barack Obama avait décidé le 29 décembre de sanctions contre la Russie, expulsant notamment 35 diplomates considérés comme des agents russes.

Ceci à la suite d'affirmations en octobre des agences du renseignement américain, qui avaient fait état d'une ingérence de Moscou dans le processus électoral américain.

Plusieurs enquêtes, dont l'une menée par le FBI, sont en cours aux Etats-Unis concernant des accusations de collusion entre la Russie et des membres de l'équipe de campagne de Donald Trump. Ce dernier a rejeté ces accusations avec force.

Plusieurs élus républicains ont critiqué dimanche le président américain, estimant que derrière son apparente dureté à l'égard de Vladimir Poutine, il n'avait pas été assez ferme sur la question des interférences lors du scrutin présidentiel.

Donald Trump "semble vouloir pardonner à Poutine et oublier", a regretté le sénateur républicain Lindsay Graham, qualifiant l'entretien entre les deux hommes de "désastreux". "Donc cela renforce ma résolution à soumettre au président Trump des sanctions punissant Poutine".

"Il est temps d'aller de l'avant et de travailler de manière constructive avec la Russie", a tweeté dimanche le président américain, ajoutant que son homologue russe avait "nié catégoriquement" s'être mêlé de l'élection de 2016.

"Il est temps d'aller de l'avant, oui, mais il y a un prix à payer", a estimé dimanche, sur la chaîne CBS, le sénateur républicain John McCain.

L'ancien candidat républicain à la Maison Blanche a également critiqué le projet, évoqué dimanche dans un tweet par Donald Trump, de création d'une "unité de cybersécurité", apparemment conjointe aux Etats-Unis et à la Russie.

"Je suis sûr que Vladimir Poutine pourrait être d'une grande aide dans cette initiative", a-t-il ironisé, "dans la mesure où c'est lui qui pirate".

tu/elm

 
5 commentaires - Trump: la suspension des sanctions contre Moscou dépend des conflits en Ukraine et Syrie
  • Les racketteurs sont toujours du même côté !!

  • Rien de changé avec les Américains, comme avec les Israéliens ,c'est toujours les autres qui ont tord; Le plus tristes est qu'un pays comme la France approuve ces sanctions, et les suit a la lettre, quitte a se priver de gros marché avec la Russie, qui font souffrir notre agriculture et notre commerce.

    Le rouble russe ne vaut plus une seule rondelle de nos tomates Zita, laissez donc tomber l'idée de vendre aux russes car ce serait à perte pour nous et encore je n'ai pas mis les frais de port dans le calcul qui serait encore plus plombé.

    faux. les russes n'ont plus les moyens d'acheter nos produits agricoles. poutine a ruiné son pays et son peuple en faisant des guerres qu'il ne pouvait pas financer

  • dixit l'article:
    "Trump: la suspension des sanctions contre Moscou dépend des conflits en Ukraine et Syrie ""
    les USA le seul pays au monde ,depuis la fin de la seconde guerre mondiale ,qui en guerre de manière quasi permanente ,se permet ce genre de remarques.....à quand des sanctions contre ce pays,et à quand les mêmes réflexions envers les dirigeants de ce pays ..

  • pourquoi les USA veulent ils toujours controler le monde????

    Pour vendre leurs armes, coca cola, big mac etc.

  • La France souffre plus de l'embargo Russe sur nos produits que l'inverse,quand la bêtise et l'incompétence sont au pouvoir c'est le peuple qui souffre...

    Mais qu'en savez ? Quelle est votre unité de mesure de la souffrance ?
    C'est le peuple russe qui souffre le plus à cause des actions intempestives de son président !

    Exactement ! Très bonne analyse ! ! ! !

    Monsieur Engiagri vous êtes intoxiqué par la propagande occidentale, avec des clichés sortis de Tintin au pays des soviets. Poutine a développé l'économie de son pays et la Russie n'a jamais été aussi riche, aussi prospère, aussi puissante et aussi libre depuis son origine. Le niveau de vie moyen des russes a été multiplié par 10 depuis que Poutine est au pouvoir.
    Bien que ce ne soit pas encore une totale démocratie, les russes sont plus libres qu'ils ne l'ont jamais été. Quant à monsieur Poutine il est considérer comme un sage, un fin stratège habile, un excellent joueur d'échecs, et jusqu'ici il n'a commis aucune erreur. Certes il est aussi l'ennemi déclaré du nouvel ordre mondial, tout comme Trump maintenant, c'est pourquoi ces deux personnages sont calomniés par les médias et par les satanistes partisans du nouvel ordre mondial, ainsi que par ceux qui sont intoxiqués par la propagande occidentale.

    ilfallaitledire  (privé) -

    magiki,
    Non, la russie est un tout petit pays qui essaie de se faire passer pour un grand.
    Le PIB russe est dérisoire, le PIB russe représente 6% du PIB américain !!
    PIB russe = 1 324,734 milliards de dollars !!!
    PIB USA =18 561,9 milliards de dollars !!!
    La russie occupe la 51ème place du classement en PIB/Hab juste derrière l'Argentine, pays en voie de développement !!!
    Par contre si l'on ouvre un livre d'histoire, il est aisé de constater que la russie a bien plus de sang sur les mains que les USA. Si l'on se réfère au nombre de pays que la russie a envahit, cela en fait la pays le plus hégémonique, impérialiste, expansionniste et colonialiste au monde ...

    Engiari, regardez ceux qui ont le plus perdu depuis cette nouvelles guerre froide ! La France est en très bonne mauvaise place ! Agriculture, bateau de guerre bradés à l’Égypte etc; Relisez le com de magiko, il a tout dit !

    Vu la valeur du rouble qui ne vaut plus une seule rondelle de nos tomates on leur vendrait à perte et sans compter les frais de port jusqu'en russie.

    faux. ça fait déja longtemps que les produits agricoles français sont vendus ailleurs, comme en chine qui augmente ses achats chez nous. et de toutes façons, les russes n'ont plus les moyens de se payer nos produits

    Ilfallaitledire devrait relire l'histoire avant de vouloir donner des leçons aux autres! la Russie est un pays millénaire qui a laissé des dizaines de millions de morts pour combattre le nazisme, les USA qui ont à peine plus de trois siècles d'existence n'intervienne dans les conflits (quand il ne les provoque pas) que par pur intérêt, demandez donc au peuple Vietnamien ce qu'il pense de cette grande démocratie bienveillante qui n’a pas hésité à les bombarder sans états d'âme au napalm pour les réduire au silence et qui aujourd'hui vienne donner des leçons d'humanisme aux autres....

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]