Syrie: accord russo-américain sur un cessez-le-feu dans le sud

Chargement en cours
 Sergueï Lavrov et Vladimir Poutine, le 7 juillet 2017 à Hambourg

Sergueï Lavrov et Vladimir Poutine, le 7 juillet 2017 à Hambourg

1/2
© AFP, Mikhail KLIMENTIEV, SPUTNIK
A lire aussi

AFP, publié le samedi 08 juillet 2017 à 07h03

Russes et Américains sont convenus vendredi d'un cessez-le-feu à partir de dimanche à 09H00 GMT dans le sud de la Syrie, a annoncé le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov en marge du sommet du G20.

"Aujourd'hui, dans la capitale jordanienne, Amman, des experts russes, américains et jordaniens (...) se sont mis d'accord sur un memorandum pour la création d'une zone de désescalade" dans les provinces de Deraa, Qouneitra et Soueida, a indiqué Sergueï Lavrov à Hambourg (Allemagne).

"Dans cette zone, il y aura un cessez-le-feu (entre forces progouvernementales et rebelles) à partir du 9 juillet, à midi heure de Damas", a-t-il ajouté.

Dans un premier temps, "la sécurité autour de cette zone sera assurée par des forces et moyens de la police militaire russe en coordination avec les Jordaniens et les Américains", a précisé Sergueï Lavrov.

Son homologue américain Rex Tillerson a salué cet accord. "Il s'agit d'une première indication montrant que les Etats-Unis et la Russie sont capables de travailler de concert sur la Syrie", a-t-il dit.

Un haut diplomate américain du département d'Etat a toutefois reconnu qu'il ne s'agissait que d'"un premier pas d'un processus plus large" et que les Etats-Unis demeuraient "modestes" et "réalistes" dans leurs objectifs, compte tenu des échecs des cessez-le-feu précédents négociés par Washington et Moscou. Il a admis que "le contexte des relations entre les Etats-Unis et la Russie était difficile". Mais "nous avons le sentiment et ils ont le sentiment que si nous voulons un règlement du conflit syrien il faut que nous soyons tous les deux impliqués".

La Russie et l'Iran, alliés de Damas, et la Turquie, soutien des rebelles, ont adopté en mai le principe de la création de quatre zones sécurisées pour instaurer une trêve durable dans plusieurs régions, dans le cadre de négociations parallèles à celles parrainées par l'ONU.

L'une de ces zones se trouve dans le sud du pays, les trois autres dans la région d'Idleb (nord-ouest), la province de Homs (centre) et l'enclave rebelle de la Ghouta orientale (banlieue est de Damas).

Mais Moscou, Téhéran et Ankara ne se sont pas encore entendus sur la façon dont elles seront administrées, leur dernière session de négociations, en présence d'émissaires des rebelles et du gouvernement syriens, s'étant soldée mercredi à Astana par un nouvel échec.

Dans l'optique de ces deux jours de négociations dans la capitale kazakhe, le régime de Damas avait annoncé lundi une trêve unilatérale dans la "zone de désescalade" du sud du pays (provinces de Deraa, Qouneitra et Soueida), valable jusqu'à jeudi.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), les combats avaient effectivement "quasiment cessé" dans la zone.

Moscou estimait que cette "zone de désescalade" dans le sud du pays ne pouvait être mise en place qu'avec l'accord des Etats-Unis et de la Jordanie, pays frontalier de la Syrie.

A Amman, où l'accord annoncé vendredi a été scellé, le ministre jordanien de l'Information Mohamed Momani a qualifié ce cessez-le-feu dans le sud de la Syrie "d'accord tripartite" entre Russes, Américains et Jordaniens.

Selon l'agence officielle Petra, il a déclaré qu'un "cessez-le-feu se mettra en place (dimanche) selon les lignes de contact convenues entre les forces gouvernementales syriennes d'un côté et les rebelles de l'autre".

L'objectif de l'accord est notamment de "permettre l'accès de l'aide humanitaire" dans cette zone, selon ce responsable jordanien qui a précisé que l'arrangement devait "contribuer à créer un environnement favorable" en vue d'une solution politique au conflit.

A Hambourg, Rex Tillerson a par ailleurs indiqué que les présidents américain et russe Donald Trump et Vladimir Poutine avaient eu, vendredi lors de leur rencontre en marge du G20, une "longue discussion au sujet des autres zones en Syrie où nous (Américains et Russes) pouvons continuer à travailler ensemble pour procéder à une désescalade de la violence".

La guerre en Syrie, qui a fait plus de 320.000 morts, a été déclenchée en 2011 par la répression de manifestations pacifiques prodémocratie mais s'est complexifiée au fil des ans avec l'implication de multiples acteurs sur un territoire de plus en plus morcelé.

mp-vl/ylf/nr/elc

 
15 commentaires - Syrie: accord russo-américain sur un cessez-le-feu dans le sud
  • Steppenwolf  (privé) -

    Défaite américaine annoncée en Syrie. La partie est finie, les Etats-Unis seront obligés, une fois Daesch écrasé, de déguerpir. Comme cela s’est passé au Liban en 1983 et en Irak en 2011. Les Kurdes syriens commettent une grande erreur en se fiant aux Américains qui ne vont pas se battre pour eux après la libération de Raqqa. L’armée américaine ne les soutiendra pas face au gouvernement syrien et à la Turquie. Ce que les Américains font à l’égard des Kurdes, est un acte non éthique et une erreur politique. Les Américains se sont servis des Kurdes pendant longtemps sous le régime de Saddam Hussein. Est-ce que vous pensez qu’ils auront une autre attitude envers les Kurdes syriens du PYD ? Les Kurdes irakiens ont été délaissés. Les Kurdes syriens connaîtront le même sort que leurs voisins irakiens.

  • Steppenwolf  (privé) -

    israel n'est pas rassuré. la zone de désescalade où le cessez le feu est contrôlée par la police militaire russe borde leur frontière. et israel aurait préféré que le contrôle se fasse "autrement". mais israel n'a rien à dire en syrie ce n'est pas eux qui décident et ils devront faire avec./

  • bon ! va t on enfin voir la politique des républicains américains se mettre a l œuvre nonobstant les critiques de l'ancienne administration qui voulait a tout prix éjecte Assad pour inféoder le pays comme les autres territoires du moyen orient au rythmes des morts et de la désolation de cette région .

  • il me semblazit que la SYRIE était en SYRIE
    j'ai dû me tromper

  • poutine a compris qu'il n'était pas de taille à affronter directement les occidentaux et leurs alliés opposants syriens . les russes veulent faire croire qu'ils sont les maitres du jeu , mais en fait, ils sont tellement faibles qu'ils n'osent même pas riposter quand les américains détruisent leurs colonnes lancées contre les combattants syriens appuyés pas l'occident. la seule arme de poutine, c'est sa propagande, mais elle n'a aucun effet sur le champ de bataille

    Encore un expert à trous sous.! C'est les USA et les européens qui ont compris ne pouvoir rien faire contre les russes !!! Sinon bachar aurait été descendu comme Kadhafi et Saddam Hussein depuis longtemps .!!

    La propagande anti,poutine vous monte au cerveau
    Sans poutine la Syrie serait aux mains de l'intégrisme religieux

    pourquoi13. la russie est un pays en faillite et son armée est totalement délabrée. ses seules "victoires" en syrie , poutine les doit a ses vieux avions contre des adversaires qui n'en avaient pas. on a vu ce qui est arrivé quand ils se sont frottés aux avions trucs et américains, poutine n'a pu que gesticuler sans pouvoir riposter. jould , sans poutine, la syrie serait dirigée par des syriens, et pas par des terroristes islamistes chiites libanais et iraniens. bachar n'est qu'une marionnette de poutine et des ayatollahs islamistes

    Steppenwolf  (privé) -

    on t'as reconnu danny70

    il semblerait que vous soyez le dernier soutien de poutine sur ce site

    Il a changé de pseudo ,mais on le reconnait quand même.Son langage n'a pas changé par contre.

    il semblerait que quelqu'un ai mis en rogne les pro-poutine . il semblerait aussi que ces gens-là se cachent souvent derrière la mention (privé) car ils n'aiment pas la contradiction. ou bien sont-ils directement au service du kremlin ou de ses vassaux français. il semblerait donc aussi que je ne sois pas le seul à avoir des arguments qui fâchent ces vils personnages

    STURMIIIG  (privé) -

    Mon cher, pour ce qui est de la France, celle-ci doit être hors course déjà, on voit que le budget de la Défense a subi une nouvelle réduction !

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]