Russie: premières condamnations pour les partisans de Navalny

Chargement en cours
 Interpellation de l\

Interpellation de l'opposant Dinar Idrisov à Saint-Petersbourg, le 13 juin 2017

1/6
© AFP, OLGA MALTSEVA
A lire aussi

AFP, publié le mardi 13 juin 2017 à 17h46

La justice russe a commencé mardi à condamner les partisans de l'opposant Alexeï Navalny, qui a écopé lui-même de 30 jours de détention, au lendemain d'une journée de mobilisation marquée par plus de 1.700 arrestations et dénoncée comme une "provocation" par le Kremlin.

Au moins quatorze personnes à Saint-Pétersbourg ont été condamnées à 10 jours de détention et 10.000 roubles d'amende (156 euros). Les manifestants risquent jusqu'à quinze jours de prison, une peine qui peut être alourdie s'ils sont reconnus coupables de violence contre les forces de l'ordre.

L'opposant Ilia Iachine, qui a raconté à l'AFP avoir été arrêté lundi "au bout de trois minutes", a été condamné à 15 jours de détention. Il compte faire appel.

Deux manifestants font l'objet d'enquêtes judiciaires pour avoir fait usage de violences contre les forces de l'ordre, et risquent jusqu'à cinq ans de prison, selon le Comité d'enquête.

Au total, la police a interpellé 1.720 personnes à travers la Russie. Des milliers de manifestants avaient répondu à l'appel d'Alexeï Navalny à descendre dans la rue dans les villes du pays pour dénoncer la corruption, de Vladivostok, dans l'Extrême-Orient, à Kaliningrad sur la mer Baltique.

A Moscou, ses partisans s'étaient rassemblés sur la rue Tverskaïa, artère centrale de Moscou qui mène à la place Rouge et au Kremlin. Les forces de l'ordre ont réagi avec fermeté, avec coups de matraques et interpellations en masse.

La génération des lycéens et étudiants a confirmé sa mobilisation malgré le millier d'arrestation et les condamnations par lesquelles s'était soldée une précédente journée de manifestations en mars.

Alexeï Navalny avait déjà été condamné à 15 jours de prison à l'issue de ces manifestations d'une ampleur inédite depuis plusieurs années.

Il est toutefois trop tôt pour dire si ces manifestations constituent un mouvement ancré et durable alors que l'immense majorité des Russes continue de considérer Vladimir Poutine comme le garant de la stabilité.

Le Kremlin a affirmé mardi que la manifestation de Moscou était le fait d'un "groupe de provocateurs".

"La tenue de toute sorte d'événements autorisés, comme prévu par la loi, ne présente aucun danger. (...) Ce qui est dangereux, ce sont les manifestations de provocation", a déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov.

Les Etats-Unis et l'Union européenne ont condamné les arrestations de manifestants, l'UE soulignant qu'elles bafouaient "les libertés fondamentales d'expression, d'association et d'assemblée".

- 'Nouvelle génération' -

Alexeï Navalny, qui veut défier Vladimir Poutine lors de la présidentielle de mars prochain, avait été arrêté dès la sortie de son immeuble et condamné à 30 jours de détention.

"Vous êtes formidables, je suis fier de partager ce mouvement avec vous", a-t-il lancé à ses partisans mardi dans un message vidéo filmé avec son smartphone.

Cette nouvelle mobilisation intervient alors que Vladimir Poutine doit tenir jeudi son émission annuelle de questions-réponses avec les Russes.

A neuf mois de la présidentielle, elle montre aussi la volonté de l'opposant de défier frontalement le Kremlin. Il a en effet choisi de déplacer in extremis la manifestation au coeur de Moscou alors que la mairie l'avait autorisée exclusivement sur un autre site plus excentré. Mais, selon lui, les autorités avaient dissuadé les prestataires de lui louer une scène et des équipements sonores.

L'opposant cherche à "atteindre un très haut niveau de conflit politique afin que l'acceptation de sa candidature (à la présidentielle) paraisse un moindre mal pour les autorités", estime l'expert Gleb Pavlovski dans les colonnes du quotidien Vedomosti. "Mais pour l'instant, le nombre de personnes qu'il mobilise n'est pas suffisant", ajoute-t-il.

Le succès de M. Navalny auprès des étudiants, voire lycéens et collégiens, se confirme cependant malgré les avertissements de leurs universités et écoles contre leur participation à l'action du 12 juin.


"Il est devenu définitivement clair que la composition (des manifestations) est de plus en plus jeune", relève la politologue Ekaterina Schulmann. "Nous considérions cette génération comme loyale et conformiste, mais elle a démontré qu'elle était prête à descendre dans la rue", a ajouté cette experte, soulignant que la situation évoluait "très vite" à l'approche de l'élection présidentielle de 2018.

 
49 commentaires - Russie: premières condamnations pour les partisans de Navalny
  • Navalny non plus n'est pas propre...détournement de fonds d'une société privée pour financements divers dont publics mais attention, les lois russes ne sont pas les lois françaises. Là-bas c'est la corruption qui prime...il n'y a qu'à voir les autorités sur les routes !!!

    Mais oui. Sauf que ton poutine adoré est vraiment trempé dedans mais là ça gêne pas hein...

  • c'est une merveilleuse façon de renflouer les caisses de l'état, en France notre
    président a decidé pour tout ce qui est publique, il exigera/choisira le
    Journal seul qui aura droit de relater le suivi physique des approches du
    peuple, c'est à mourrir de rire d'en arriver là, il se laisse influencer par
    la Russie lui ?oh

  • et en france les partisants de melonchons fraper par la police et l opposant fillon mis en examin par le gouvernement hollande c est pas mieux en france

  • Avant les opposants était arrêtés "jugés" et disparaissaient de la circulation direction le Goulag ! Maintenant en prison pour un mois, allez encore un effort Vladimir et la Russie deviendra peut être une démocratie !

    Steppenwolf  (privé) -

    dans une démocratie digne de ce nom les responsables des manifestations respectent les modalités de la manifestation quand elle est autorisée. ce qui en l'occurrence là était le cas. les lieux de la manifestations font partis de ces modalités. et lorsque les modalités sont violées (manifester en dehors des lieux autorisés) par les responsables de la manifestation il en assument les conséquences

    stepp:
    dans une democratie digne de ce nom, jamais le pouvoir n'aurait été confisqué par un Poutine quelconque
    Entre son passage comme 1er ministre mais vrai dirigeant de la Russie (caché par un homme de paille) pour cause d'impossibilité d'un 3 eme mandat, puis la modification de la constitution faite "sur mesure" pour ce même Poutine,et par lui même, l'autorisant à être à nouveau president pour la 3 eme fois et bientôt la 4eme (vu comment l'opposition a été liquidé de façon violente), on ne peut décement pas parler de démocratie en Russie
    Poutine est quasi président à vie, ce qui revient à dire que nous en sommes revenu à un système de type URSS
    Donc, vos leçons de morale, vous pouvez les gardez pour les adorateurs de la grande Russie éternelle et de son guide suprème que vous idolatrez tant

    Avec leur niveau, peut être en 2250.
    Ils n'ont jamais connus que des profiteurs, ces gens là.

  • Ceux qui pensent que Navalny est un démocrate, au sens que nous donnons à ce mot, se trompent.
    Il suffit que quelqu'un manifeste et soit arrêté pour qu'il devienne le chantre de la liberté face à l'affreux dictateur, pour les anti-poutiniens primaires.
    Navalny est nationaliste contre l'immigration, plus proche d'un Orban que d'un Macron.
    Concernant la Crimée, il a dit que l'annexion était illégale, mais que celle-ci resterait en Russie et que les ukrainiens devraient s'y habituer.

    Steppenwolf  (privé) -

    il a aussi été condamné pour corruption.
    mais le bobeauf moyen franchouillard prend tout ce qui est écrit dans les journaux pour la vérité.

    En gros, vous nous décrivez une marine de chez eux mais, là vous êtes contre ?

    Rien dit, Alphaomega, l'affaire des russes, je regarde et commente au plus juste.
    Concernant Marine, dont vous semblez insinuer que je suis un de ses fidèles serviteurs, elle capitalise les voix des mécontents, mais n'a ni le programme et la carrure pour changer les choses.

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]